23 janv. 2013

Le charme acidulé des Divalala

(c.)My Marin
Elles ont baptisé leur récital "Chansons d'amour traficotées" et, le moins qu'on puisse dire, c'est que ces demoiselles maîtrisent joliment l'art de redessiner une carte du tendre à la fois drôle et décalée. Puisant dans un répertoire qui mêle gentilles bluettes comme "Premiers baisers", "L'amour à la plage", "Demain tu te maries"... et des morceaux plus "consistants" tels que "Ma plus belle histoire d'amour" de Barbara ou "Que serais-je sans toi" de Ferrat, le trio embarque le public dans un flot de sentiments amoureux. Depuis les premiers émois jusqu'à l'inévitable rupture, en passant par l'attente, l'épanouissement, la trahison... Car, comme le chantait les Rita Mitsouko: "les histoires d'amour finissent mal, en général !"...
Mais, avec les Divalala, tout est prétexte à s'amuser. On salue pourtant quelques moments plus sérieux comme leur interprétation combinée de "J'attendrai", "Pour ne pas vivre seul" et "Je suis malade" qui relève incontestablement de la performance vocale. A cappella ou presque, puisqu'elles détournent parfois des objets du quotidien pour s'accompagner, ces chanteuses aux allures de divas nous font passer par toute une gamme d'émotions, sans complexes, avec une légèreté qui nous transporte.
Annie Grandjanin

Prolongations jusqu'au 14 mai, les lundis et mardis à 20h, à l'Essaïon, 6, rue Pierre au Lard 75004 Paris. Tél.: 01.42.78.46.42. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire