9 sept. 2013

Jean-Paul Farré en campagne

On connaît l’acteur de théâtre et de télévision, l’auteur, le pianiste, le créateur de spectacles musicaux comme « Les douze pianos d’Hercule » (Molière en 2010)…Cette fois, Jean-Paul Farré brigue une nouvelle casquette : celle de président de la chanson poélitique !

(c) Didier Pallagès
Pour présenter son programme intitulé « Ferré, Ferrat, Farré » il donc a imaginé une campagne qui conjuguerait politique et poésie. Et logiquement puisé dans le répertoire de Léo Ferré et Jean Ferrat pour incarner l’esprit de ce drôle de meeting musical, habilement mis en scène et éclairé par Ghislaine Lenoir. Accompagné sur scène par deux solides acolytes, Florence Hennequin au violoncelle et Benoît Urbain au piano et à l’accordéon, Farré revisite ainsi « Les anarchistes », « Monsieur tout blanc », « C’est extra », « Madame la misère », « Nuit et brouillard », «On ne voit pas passer le temps »… Le tout entrecoupé de compositions personnelles comme « Les comiques se recyclent », « L’heure d’été » ou encore « Un train pas comme les autres ». L’histoire loufoque d’un président de la république égaré sur le ballast en pyjama de soie. Bien sûr, le fil conducteur s’emmêle parfois en empruntant des détours fantaisistes mais c’est aussi la force de ce tribun facétieux qui refuse de se prendre au sérieux. Avec un phrasé à rendre envieux certains hommes politiques, Jean-Paul Farré distille ainsi  un peu plus d’une heure de poésie, de tendresse, de gravité, de révolte,  avant de terminer sur  « L'âge d’or » de Léo Ferré. Farré président ? On vote pour...
Annie Grandjanin

Jusqu’au 13 octobre, du mer. au sam à 20 h 30, mat. dim. à 15 h, au Vingtième Théâtre, 7, rue des Plâtrières, 75020 Paris. Tél. : 01.43.66.01.34.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire