24 nov. 2013

Carla chante, Nicolas signe les autographes...


Hier, on pouvait légitimement se demander si les spectateurs qui se pressaient au Casino de Paris étaient là pour applaudir l’artiste ou l’ex-première Dame de France. Avec l’espoir d’apercevoir Nicolas Sarkozy dans la salle. Ils ne furent pas déçus ! Après des « Nicolas reviens » et une standing ovation saluant l'arrivée de son époux, Carla Bruni a enfin investi la scène, accompagnée par deux musiciens. Un tour de chant qui, outre l'incontournable "Quelqu'un m'a dit" faisait la part belle aux titres de ses deux derniers albums «Comme si de rien n’était » et « Little French Songs » qu’elle n’avait pu présenter sur scène. Pour les raisons que l’on imagine…
 Dans un décor sobre : une bibliothèque, un pupitre, quelques lampes posées par terre et un écran où défilent des vidéos, elle apparaît en pantalon de cuir et veste rouge.  Une « Amoureuse » qui ne se prive pas de multiplier les clins d’œil. Notamment lorsqu’elle reprend « Si la photo est bonne » de Barbara. L’histoire d’une femme implorant la grâce d’un voyou auprès de son mari : « le président qui m’aime bien, qui m’aime tant ».  Et il suffit qu’elle interprète les premières notes de « Mon Raymond » ou « J’arrive à toi » pour que le public (qui n’a plus grand-chose à voir avec celui de ses débuts), tape des mains. Un enthousiasme qui atteint son comble  avec « Le pingouin » que d’aucuns voient comme une satire à l’encontre de l’actuel président.  Du coup, on oublierait presque qu'elle a écrit sur d’autres thèmes comme  le touchant « Salut Marin », dédié à son frère.
Et, lorsque Carla quitte la scène, après un récital plutôt réussi, c’est Nicolas qui signe les autographes…
Annie Grandjanin

En tournée en France, en Belgique, en Suisse et en Allemagne jusqu’à fin mars avec une escale à l’Olympia, le 11 mars 2014.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire