5 mai 2014

Emeline Bayart "dépoussière" les chansons de la Belle Epoque

On ne compte plus les actrices qui se sont essayées à la chanson, avec plus ou moins de bonheur. Mais pour Emeline Bayart, l'exercice est une réussite ! Il faut dire que la jeune femme est loin d 'être une débutante puisqu'elle a étudié le piano et le chant et que, dès le conservatoire, elle se passionnait déjà pour "les chansons qui racontent des histoires". Accompagnée au piano par Osvaldo Calo, la comédienne remarquée récemment dans "Le Bourgeois Gentilhomme" mis en scène Par Denis Podalydès, a choisi de revisiter le répertoire du début du XXème siècle, dont certains titres étaient injustement tombés aux oubliettes. "J'ai fouillé parmi les vieilles partitions de la Bibliothèque Nationale et j'ai découvert une mine d'or" se réjouit-elle. Un trésor qu'elle exploite et partage généreusement sur scène avec un abattage époustouflant. Dans ce spectacle baptisé "D'Elle à Lui" elle redessine une étonnante (et parfois féroce) carte du tendre, entre brèves rencontres, tendresse, amour vache, aventures tarifées, libertinage...

(c) Vanessa Basté
Sa version de "Madame Arthur" nous ferait presque oublier celle de ses aînées. Quant à son interprétation du caustique "Quand on vous aime comme ça" (écrit par Paul de Kock, sur une musique d'Yvette Gilbert) elle est tout simplement hilarante. Tout comme   "Le Tango Stupéfiant". Changeant à l'envi de tessiture, Emeline endosse tour à tour les costumes d'une veuve de guerre, d'une pudique demoiselle ou d'une prostituée. "J'ai travaillé sur le sens et l'essence des textes mais également sur les personnages, de la même manière que pour les rôles que me proposent les metteurs en scène" explique-t-elle. Et, lorsqu'à la fin du tour de chant, elle fait passer le chapeau dans le public, on tire le nôtre pour saluer une artiste aussi drôle que talentueuse.
Annie Grandjanin

Les 15, 16 et 22 mai et les 5,6, 19 et 26 juin, à 20 heures, au Kibélé, 12, rue de l'Echiquier 75010 Paris. Réservations sur emeline.bayart@gmail.com
Et du 5 au 27 juillet, au Festival d'Avignon, au Théâtre du Bourg Neuf.

1 commentaire:

  1. Vue et entendue avec Philippe Meyer au Festival de la correspondance de Grignan, répertoire des chansons de 14-18. Nous avons tous passé un délicieux moment, drôle et grave à la fois, séduits par les talents de comédienne d'Emeline Bayart, et sa voix, toujours bien placée et parfaite. Philippe Meyer était très bon aussi, on le savait très bon conteur, mais on l'a découvert bon chanteur aussi, très belle soirée,

    RépondreSupprimer