13 août 2014

Anne Peko : « Barbara est un souvenir d’enfance »

(c) Henri Pinhas
S’attaquer au répertoire d’une grande figure de la chanson française est toujours périlleux. Entre les pâles copies, les réappropriations plus ou moins convaincantes, les « tribute », comme on dit, ne sont pas toujours à la hauteur de l’ambition. Et que dire des puristes, gardiens intransigeants de leur icône, au point de vouloir la conserver sous cloche ? Pourtant, pour qu’un artiste  traverse le temps et les modes, il faut cent fois sur le métier remettre …ses chansons ! Sur scène, dans un décor rouge et noir, Anne Peko confie: « Je n’ai jamais rencontré Barbara. Mais elle était venue chanter près de ma maison à Abidjan. C’est un souvenir d’enfance. ». Un souvenir qu’elle a choisi de partager, en toute complicité, avec le public et ses deux musiciens : Pierre Michel Sivadier (piano) et Serge Sala (guitare).
Au fil de ce tour de chant dont elle a signé la mise en scène, Anne nous fait (re)découvrir une Barbara tour à tour légère (« Ce matin là »), tourmentée (« L’Aigle noir », « Göttingen », « Nantes »), voyageuse (« Gare de Lyon »), passionnée (« Vienne », « Ma plus belle histoire d’amour ») et même un brin libertine avec « De jolies putes vraiment » (sur un texte de Rémo Forlani). Sans oublier une relecture jazzy de « « Dis ! quand reviendras-tu ? », en duo avec son pianiste.
De ses origines slaves, elle a conservé cette capacité de passer, en un instant, de l’humour à l’émotion, de la gravité à l’insouciance.
 Dans  ce spectacle baptisé « Ma cantate à Barbara », Anne Peko ranime la flamme de la Dame Brune, avec une fougue et un respect évidents, sans jamais l’imiter ni la trahir.  
Dimanche dernier, les trombes d’eau qui s’étaient abattues sur Paris auraient pu décourager les plus audacieux. Mais la salle était comble, les spectateurs ayant profité d’une embellie. Et ce ne fut pas la seule…
Annie Grandjanin

Chaque dimanche, à 19 h 30, jusqu’au 31 août, au Lucernaire, 53, rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris. Tél. : 01.45.44.57.34. www.lucernaire.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire