11 mars 2015

En Filigrane: corps et cordes à l'unisson

(c) Ben Dumas
Sur scène, le violoncelle donne le la d'un corps à cordes inattendu. A l'archet: Ophélie Gaillard, "révélation soliste instrumental" lors des Victoires de la Musique Classique en 2003 a notamment fondé le collectif Pulcinella, travaillé avec Sidi Larbi Cherkaoui et Daniel Larrieu, enregistré plusieurs intégrales de Britten, Fauré, Chopin ou Brahms et enseigne depuis l'an dernier à la Haute Ecole de Musique de Genève. A ses côtés: Ibrahim Sissoko, danseur de hip-hop et directeur artistique de la Compagnie EthaDam qui se produit un peu partout dans le monde.
Des trajectoires qui avaient peu de chance de se télescoper ! Pourtant, avec ce spectacle intitulé "En Filigrane" leurs univers se mêlent et se fondent harmonieusement, entre virtuosité, humour et poésie.
Elle, petite et gracile ballade son encombrant instrument avec une incroyable facilité, tout en interprétant (dans des positions incongrues) les suites n° 1 et 4 pour violoncelle seul de Bach, des improvisations sur le thème de Carmen, une sonate de Gaspar Cassado... Lui, grand et massif, se plie à toutes les partitions, le corps parcouru d'ondulations qui semblent entrer en résonnance avec chaque note de musique. En toile de fond, les vidéos de Julien Tarride et de l'IAPS (International Artistic Production Studio) apportent une touche de fantaisie, notamment lorsque les silhouettes des deux complices s'invitent au milieu des projections. A l'évidence, Ophélie Gaillard et Ibrahim Sissoko prennent un malin plaisir à faire sauter les clivages et les codes. Dommage que la mise en scène ne soit pas toujours au diapason de leurs performances.

Jusqu'au 10 avril 2015, du mercredi au samedi à 21 h, mat. dim. à 17 h (relâche les 18 mars et 1er avril), au Théâtre Le Ranelagh, 5, rue des Vignes, 75016 Paris.
Loc. au 01.42.88.64.44. Prix: 30 et 35 € tarif réduit à 10 € (- 26 ans). www.theatre-ranelagh.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire