16 mars 2015

Natalia Doco : sensuelle et lumineuse

(c) Arno Lam
« Elle est jeune mais sa voix, à peine voilée d’un regret, exhale un fond de saudade, ce blues de l’exil qui fait vibrer le monde et nos cœurs » écrit à son sujet André Manoukian. Et on peut lui faire confiance !
Originaire de Buenos-Aires, Natalia Doco a quitté sa terre natale à vingt ans, chanté dans les bars au Mexique avant de s'installer en France. Après un EP remarqué et des reprises d'Amy Winehouse, Asaf Avidan ou Bob Marley qui ont fait le tour de la toile, la chanteuse, auteur-compositeur, a enregistré "Mucho Chino". Un premier album réalisé par Jacques Ehrhart ("Chambre avec vue" d'Henri Salvador, "Le sac des filles" de Camille...).  Comme un éclairage tamisé, son timbre sensuel nimbe d'un halo lumineux ses balades aux sonorités latines et ses relectures de « Et pourtant » de Charles Aznavour, « La Celestina » de Lhasa et « And I Love Her » des Beatles. 
Après un concert complet au Café de la Danse, en octobre dernier, elle est de passage à la Cigale, juste pour un soir...

Le 19 mars, à 20 heures, à la Cigale, 120 Bd Rochechouart, 75018 Paris. Tél. :01.49.25.89.99. Places : 24,20 €. www.lacigale.fr
En tournée: le 6 juin à Perigny (17), dans le cadre du Festival "Notes en Vert", le 13 juin à Bordeaux.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire