12 oct. 2015

Cyril Mokaiesh: un bel hommage aux poètes de la chanson

(c) Léonce Barbezieux
Ancien joueur de tennis (il a été champion de France Junior), ancien rockeur... Cyril Mokaiesh a trouvé sa "voix" dans la chanson française. Après deux albums solo intitulés "Du rouge et des passions" puis "L'amour qui s'invente" il a sorti en septembre dernier "Naufragés" dans lequel il revisite des titres de Philippe Léotard, Allain Leprest, Mano Solo, Bernard Dimey...
Un hommage puissant et bouleversant à ces artistes dont la carrière s'est achevée bien trop tôt. Sur scène, accompagné par le talentueux pianiste de jazz Giovanni Mirabassi, Cyril attaque son tour de chant par un texte approprié: "Ecoutez, vous n'm'écoutez pas" de Jacques Debronckart.
"Le défaut de ce projet, c'est qu'on vous parle de morts du début à la fin, alors que le but est de vous faire passer un bon moment", plaisante Cyril. Est-il utile de le rassurer en affirmant que (re)découvrir des chansons aussi belles que "Nu" d'Allain Leprest, "Les enfants rouges" de Mano Solo, "Bonne figure" de Stephan Reggiani, " Parler aux anges" de Pierre Vassiliu, "Des idiots comme moi" de Daniel Darc, "Chanson pour terminer" de Bernard Dimey...sans oublier "Plus rien ne va" de Vladimir Vyssotvski (dont les disques se vendaient sous le manteau !) est un moment rare.
Il offre aussi, en bonus, une jolie version de "La Rua Madureira" de Nino Ferrer, qui ne figure pas sur l'album.
Entre deux morceaux, il raconte des anecdotes, cite Cocteau pour qui la poésie éclairait la nuit. De nuit, il est ici beaucoup question. De mal de vivre aussi, d'errances, de destins fracassés...
Cyril Mokaiesh peut sembler un peu jeune pour exprimer le vécu de ces artistes. Mais, c'est justement la fougue avec laquelle il ressuscite pour nous ces grands poètes de la chanson qui le rend si attachant...

Jusqu'au 17 octobre, à 21 heures, au Châtelet, salle Nijinski, 1, place du Châtelet, 75001 Paris.
Tél.: 01.40.28.28.40.  www.chatelet-theatre.com
Album "Naufragés" (Un Plan Simple)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire