18 mai 2016

"Célimène et le Cardinal": moderne et audacieux


Écrire une suite du Misanthrope de Molière, en 1992,  était un pari pour le moins audacieux. Mais l'auteur Jacques Rampal (disparu en 2015) nous offre avec "Célimène et le Cardinal", mis en scène par Pascal Faber, un pur moment de théâtre, classique dans la forme et incroyablement moderne sur le fond.
Célimène et Alceste, campés par deux excellents comédiens Gaëlle Billaut-Danno (nomination 2015 aux Molières dans la catégorie révélation féminine) et Pierre Azema (prix d'interprétation masculine au Festival Avignon Off 2014) se retrouvent après vingt ans de séparation. Elle, fille de duc, a abandonné la cour pour se marier à un riche bourgeois (qui taquine à l'occasion le dessin coquin) et donner naissance à quatre enfants. Lui est devenu cardinal.
Sous couvert de lui proposer ses services de confesseur, il s'invite chez son ancienne maîtresse pour laquelle il éprouve toujours un coupable penchant.
Mais alors qu'il pensait trouver une brebis docile et repentante, le prélat découvre une femme, piquante en diable, qui le pousse dans ses retranchements et ses contradictions. Jusqu'à faire vaciller, ou presque, cet homme d'église pétri de préjugés. Affichant une quarantaine rayonnante et insolente, Célimène dénonce l'hypocrisie des puissants, défend la cause des femmes et des pauvres, revendique le droit à l'égalité. Tandis qu'en filigrane, on perçoit les lueurs d'une passion jamais éteinte. Complices et adversaires à la fois, les acteurs tiennent la pièce de bout en bout, faisant ressortir la justesse et la modernité du propos. Un pur moment de théâtre, à voir d'urgence car la Comédie Bastille n'affiche que 30 représentations exceptionnelles.

Du jeudi au samedi, à 19 h 30, à la Comédie Bastille, 5, rue Nicolas Appert, 75011 Paris.
Tél.: 01.48.07.52.07. http://www.comedie-bastille.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire