7 juin 2016

Oldan: un dandy inspiré

(c) Mélanie Robin
Homme de théâtre, il crée d'emblée un climat lorsqu'il arrive sur scène. Longue silhouette vêtue de noir, un feutre posé négligemment sur la tête et le geste ample, Oldan nous invite à partager son univers sombre et ironique, sensuel et un brin décadent. Au hasard des chansons extraites de ses précédents opus et du petit dernier baptisé "Anar Chic Album" (sorti en septembre dernier), on croise un ange noir, un singe, un roi de rien, un bottle man... ,et on le suit, grisé et "léger au bord de la falaise". Le tout rythmé par les percussions d'Alain Belamiri et la guitare de son compositeur Patrick Matteis. Sa personnalité, son timbre grave et légèrement éraillé font parfois songer à Bashung ou Thiéfaine. Mais ce dandy inspiré a une signature bien à lui, une manière particulière de jongler entre espoir fou et désespérance.
Le public d'Avignon a déjà pu l'applaudir dans des spectacles (dont il assuré l'écriture et la mise en scène) comme "Oscar Wilde est mort", "Les Fleurs du Mal sont fanées mon amour", "Boire, baiser, écrire un air de Bukowski" ou "Confessions d'un homme normal". Normal, Oldan l'est assurément, avec ses failles, ses blessures, ses rêves d'homme qui marche... qui le rendent si attachant.

Le 13 juin 2016, à 20 heures (avec Venice Bliss et The Blind Suns), aux Trois Baudets, 64, boulevard de Clichy, 75018 Paris. Tarif: 10 €. Tél.: 01.42.62.33.33.
http://www.lestroisbaudets.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire