3 oct. 2016

Kandace Springs "Soul Eyes"

(c) Mathieu Biton
Après un premier EP de R&B, sorti en 2014, la jeune Kandace Springs, originaire de Nashville, a choisi de creuser son sillon dans un répertoire soul, mâtiné de jazz et de pop. On s'attarde volontiers sur des titres comme "Place to Hide", "Neither Old Nor Young", The World Is A Ghetto", "Novocaine Heart"... Mais de "Soul Eyes", une superbe reprise du standard de Mal Waldron qui ouvre l'album jusqu'à "Rain Falling", une composition originale de Kandace, ce sont les onze titres que l'on écoute en boucle. Un premier opus, sorti sur le prestigieux label Blue Note et produit par Carl Sturken et Evan Rogers.
Au Duc des Lombards, le 12 septembre dernier, où elle fêtait la sortie de "Soul Eyes", Kandace a notamment répondu à une courte interview, le temps de livrer quelques anecdotes. Elle raconte ainsi que son père, choriste à Nashville, lui a fait découvrir des artistes comme Aretha Franklin, Nina Simone ou Roberta Flack, que, consignée dans sa chambre pour y faire du ménage, elle se motivait en écoutant Nora Jones et que sa passion pour les voitures l'a amenée à mettre, plus d'une fois, ses mains dans le cambouis. Elle a d'ailleurs travaillé quelques temps dans ce domaine. Au passage, elle évoque les circonstances de sa rencontre avec Prince. Ce dernier, séduit par sa reprise de "Stay With Me" de Sam Smith, postée sur la toile, l'a en effet invitée à le rejoindre sur scène lors d'un concert à Paisley Park, célébrant le 30ème anniversaire de la sortie de "Purple Rain". C'est même lui qui l'aurait encouragée à revenir à une musique plus organique. Un conseil que la demoiselle s'est empressée de suivre en enregistrant "Soul Eyes". "C'est l'album que j'ai toujours voulu faire" confie la chanteuse et musicienne qui s'est entourée d'une solide équipe : le trompettiste Terence Blanchard, les guitaristes Dean Parks et Jesse Harris, le batteur Vinnie Colaiuta, le bassiste Dan Lutz, l'organiste Pete Kuzma et le percussionniste Pete Korpela.
A défaut de se pencher sur les rugissements de moteurs capricieux, Kandace Springs nous fait entendre son timbre suave et mélodieux... Et l'on ne peut que s'en réjouir car "Soul Eyes" est l'une des belles surprises de cette rentrée discographique.

"Soul Eyes" (Blue Note/Decca/Universal), disponible depuis le 30 septembre dernier. En concert le 16 novembre prochain au Jazz Club Étoile.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire