15 juin 2017

Pétillante et extravagante Anne Baquet

(c) Michel Lys
Sur la photo, elle paraît immense, mais lorsqu'elle balance ses chaussures à talons et sa longue traîne rouge, Anne Baquet est en fait un petit bout de femme. Un petit bout de femme qui, depuis son premier spectacle "J'aurais voulu dev'nir chanteuse" a placé la barre assez haut en multipliant les performances de chanteuse, comédienne et danseuse.
Après "Cette nuit, c'est mon jour" (voir le 5 février 2015 sur ce blog) où elle se métamorphosait en une dizaine de personnages aussi loufoques les uns que les autres, elle se glisse ici dans une extravagante tenue de chanteuse lyrique pour ce spectacle intitulé "Soprano en liberté", mis en scène par Anne-Marie Gros.
En liberté, elle l'est assurément, on pourrait même dire qu'elle fonctionne sans garde-fou, en roue libre, pour se balader dans un répertoire qui va de Francis Morel à Prévert, en passant par Moustaki, Chico Buarque, Isabelle Mayereau, François Rauber, Frédéric Chopin...
Couchée sur scène, juchée sur le piano (de Claude Collet, Christophe Henry ou Grégoire Baumberger, en alternance), endossant l'imperméable de l'"Inspecteur Derrick", abordant des classiques comme le Prélude en sol majeur n°5 de Rachmaninoff ou "Ah ! je veux vivre" de Charles Gounod, comme on se prépare  à entrer sur le ring... il y a belle lurette que la soprano fait valser les partitions.

(c) Michel Lys
A l'occasion, elle aime aussi butiner du côté du rock ou de la pop. Il faut la découvrir dans des relectures très personnelles de "Ticket to Ride" de Lennon et McCartney ou "Bohemian Rhapsody" de Freddie Mercury pour comprendre que la chanteuse n'entend pas rester dans les cordes parfois rigides du lyrique.
Au passage, Anne Baquet nous invite... "Dans ma baignoire" (de Michel Rive-Gauche/Claude Bolling) avec effet mousse et bulles de savon à l'appui. Tout en proposant une version très réussie de la chanson de Juliette "Ô casseroles, Ô faussets" . Un spectacle qui est peut-être un poil moins déjanté et original que le précédent mais dans lequel elle a choisi de privilégier la voix. Et quelle voix !

Jusqu'au 27 août 2017, à 21 h, le dimanche à 19 h, au Lucernaire, 
53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris. 
Tél.: 01.45.44.57.34. http://www.lucernaire.fr/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire