25 sept. 2017

Dominica Merola : entre Rome et Montréal

Elle est québécoise mais, comme son nom l'indique, cette chanteuse, compositrice et pianiste a des origines italiennes (par son père). Une double culture qui lui permet de passer des rives du Saint-Laurent à celles de la Méditerranée avec une égale aisance, parfois même de mêler harmonieusement ses racines lorsqu'elle nous propose une version franco-italienne de la chanson de Félix Leclerc "Le Petit bonheur".
Chanteuse à voix, comme un certain nombre de ses compatriotes, Dominica évite pourtant le piège de la démonstration en abordant ce concert intimiste (seule au piano) avec une belle et touchante simplicité. Le tout accompagné de considérations et anecdotes plutôt drôles que cette joyeuse bavarde (son côté latin !) prend plaisir à partager avec le public.
Outre des chansons de facture assez classiques (extraites notamment de son dernier album "Bohémienne de coeur") et de belles découvertes comme "D'ici et là-bas" , l'artiste nous régale de reprises réussies comme le superbe "Hallelujah" de Leonard Cohen et "Je reviens chez nous" de Jean-Pierre Ferland. Un titre qui fut popularisé par Les Compagnons de la Chanson et Nana Mouskouri.
Et lorsqu'elle interprète, a cappella, "L'Air de Carmen" de Bizet, le timbre sensuel et puissant de cette italo-québécoise fait passer à la fois un rayon de soleil et des frissons dans la salle.
Après avoir participé à de nombreux festivals Outre-Atlantique et offert deux beaux concerts au Sentier des Halles à Paris, il y a quelques jours, Dominica Merola a choisi de parcourir les routes de nos belles provinces...

En tournée: le 29 septembre à la Salle Alice Marin de Lagny sur Marne, le 30 septembre au Centre Culturel Louis Aragon de Saint-Florent, le 5 octobre à Chatellerault, le 20 octobre à Besançon, le 28 octobre à la Chapelle de Profondsart (Belgique)...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire