5 nov. 2017

Stacey Kent "I Know I Dream"

"Ce n'est pas tous les jours que l'on propose un projet avec cinquante-huit musiciens ! Aujourd'hui, tout le monde essaie d'être très raisonnable..." confie Stacey Kent dans la présentation de
ce nouvel album, le premier enregistré avec un orchestre symphonique, en vingt ans de carrière.
Après deux millions de disques vendus, une médaille de Chevalier des Arts et Lettres et des concerts sold out dans les salles les plus prestigieuses de la planète, la plus francophile des vocalistes américaines nous revient donc avec "I Know I Dream". Douze morceaux mêlant compositions originales et reprises du répertoire anglo-saxon, brésilien et français.
On pouvait craindre que son timbre cristallin soit "écrasé" par l'orchestre mais ce dernier apparaît plutôt comme un écrin, un cadre destinés à mettre en valeur une élégante chanteuse qui passe du swing à la ballade avec une aisance déconcertante.
"Jim (Tomlinson, son compagnon et saxophoniste) et moi avons beaucoup parlé avec Tommy Laurence qui a arrangé l'album... Le plus important était de garder notre sensibilité et, au centre de tout, notre sens de l'intime" explique Stacey qui revisite notamment des titres d'Antonio Carlos Jobim, "La Rua Madureira" de Nino Ferrer, "Les amours perdues" de Serge Gainsbourg ou encore "Avec le temps" de Léo Ferré. Une chanson souvent reprise (avec plus ou moins de bonheur) dont elle propose une version pleine de sensibilité, dont l'émotion est palpable dans chaque inflexion vocale, sans jamais tomber dans la démonstration.
Deux ans après le lumineux et intimiste "Tenderly" (voir interview sur ce blog le 12 novembre 2015), Stacey Kent nous offre, une fois de plus, un superbe opus dont l'atmosphère nous transporte, entre douceur, allégresse et mélancolie. Comme dans un rêve...

Album "I Know I Dream" (Okey/Sony Music), disponible depuis le 20 octobre 2017
En tournée: le 9 novembre 2017 à l'Amphithéâtre de Lyon, le 14 novembre au Silo à Marseille, le 17 novembre à l'Opéra Garnier de Monaco, le 19 novembre, salle Pleyel à Paris...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire