25 janv. 2018

"Enooormes": les joies et les affres de la maternité en chansons

(c) Nathalie Robin
Contre toute attente, trois copines qui n'ont rien programmé, se retrouvent enceintes en même temps ! Il y a Capucine, fervente catholique, naïve et touchante, convaincue qu'il ne faut pas s'opposer à la nature. Une adepte de l'accouchement "dans la douleur"... qui n'est pas forcément du goût de Barbara,  l'exubérante fashion victim. Cette dernière songe tout d'abord à avorter car cette grossesse ne s'inscrit évidemment pas dans son planning surchargé. Et enfin, il y a Mia, rebelle et fragile qui a fait un bébé toute seule.
Trois jeunes femmes que tout oppose mais qui se retrouvent dans les joies et les angoisses de ces neuf mois de préparation, entre les nausées, les envies incontrôlables, les contractions, l'inévitable prise de poids ou la recherche du prénom dans le calendrier des Dieux du Stade !
Entre deux interrogations existentielles, elles s'adonnent à la pâtisserie, devisent autour d'une tasse de thé, prennent des cours pour se familiariser avec le langage bébé et répètent les bons gestes pour changer les couches.
(c) Nathalie Robin


Des saynètes jouées et chantées par trois comédiennes en alternance. Jeudi dernier, c'est Cécilia Cara qui, dans un registre inhabituel pour elle, incarnait une Capucine confondante de naturel. Magali Bonfils était tout aussi convaincante dans les robes couture et les escarpins vertigineux de  Barbara. Et Claire Pérot, dans la salopette de Mia, a touché le public, en interprétant notamment "Baby blues avant l'heure". 
Au-delà du propos plutôt sympathique, ce qui séduit dans ce spectacle co-écrit par Emanuel Lenormand et Alyssa Landry, sur des compositions de Thierry Boulanger, ce sont les chanteuses ! Au point qu'on regrette presque que ces apprentis parturientes mettent de telles qualités vocales au service de gentilles bluettes vantant (ou non) les mérites de la péridurale, le supplice du lumbago ou le réconfort apporté par la dégustation intempestive de fraises !
Malgré un titre qui aurait mérité aussi un peu plus de subtilité, on passe une soirée joyeuse, parfois émouvante et sans aucun temps mort.

Jusqu'au 28 avril 2018, les jeu. et ven. à 21 h, le samedi à 17 h et 21 h, au Théâtre Trévise, 14, rue de Trévise, 75009 Paris. Tél.: 01.48.65.97.90. http://theatre-trevise.com/


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire