21 janv. 2018

Les Caramels Fous font leur cirque

A l'origine, cette troupe d'artistes non professionnels s'est distinguée en détournant des oeuvres célèbres. Ils ont ainsi proposé des spectacles aussi loufoques que "Les Dindes Galantes", "Les Aventures de l'Archevêque perdu", "La Chose pourpre du Caire", "La Bête au Bois Dormant", "Madame Mouchabeurre"...
Après le succès de "Il était une fois complètement à l'Ouest" (voir sur ce blog, le 26 janvier 2015), les chanteurs, danseurs et comédiens se remettent en piste avec "Cirque plein d'airs". L'histoire d'un chapiteau, au bord de la faillite, après le décès de sa vedette la femme à barbe. Fabio, son héritier tente d'entretenir la flamme en composant avec Enzo, le clown dépressif, l'atrabilaire Monsieur Victor ou  l'incontrôlable dompteuse. L'arrivée d'une troupe de tziganes va donner un nouveau souffle au cirque tout en exacerbant les tensions.
 L'occasion pour le collectif, qui lutte contre toutes les formes de discriminations, d'aborder un tournant plus "politique" que par le passé.
Est-ce la première collaboration avec le metteur en scène Stéphan Druet ou celle du directeur musical et arrangeur vocal David Jean ? Les magnifiques costumes et maquillages créés par Denis Evrard ou les efficaces chorégraphies imaginées par Alma de Villalobos ?  Cette nouvelle aventure des Caramels Fous est une réussite. Le délire est toujours présent avec les parodies de chansons de Prince, Donna Summer, Claude François, Indochine, Bourvil, France Gall, David Bowie et Madonna. Sans oublier quelques incursions dans des partitions signées Rossini, Bizet ou Donizetti. Mais, alors que les premiers spectacles dégageaient parfois un joyeux parfum d'amateurisme, cette dernière production est impressionnante de précision dans les danses ("La parade des clones" notamment) et le chant.
On passe du rire à l'émotion avec un égal bonheur, tout en s'attachant aux personnages qui évoluent sur la piste.
Nul besoin d'emprunter la boule de cristal de la mystérieuse diseuse de bonne aventure, pour prédire que Les Caramels Fous n'ont pas fini de nous enchanter...

Jusqu'au 4 mars 2018, au 13ème Art, Centre Commercial Italie 2, Place d'Italie, 75013 Paris. 
Tél.: 01.53.31.13.13. Tarif unique à 35 € et carré or à 50 €.
Infos pour les dates et horaires des représentations sur le site http://www.le13emeart.com/ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire