7 févr. 2018

Williams Brutus: une entrée remarquée sur la scène world

 Les plus curieux auront sans doute reconnu le timbre de l'autre moitié de Saï, un duo acoustique formé il y a une dizaine d'années. A l'époque il se produisait avec son complice rencontré sur les pistes du 400 mètres, une épreuve qui lui a permis de décrocher la troisième place du championnat de France d'athlétisme. "J'ai renoncé au sport car je ne m'estimais plus assez performant. Ma passion pour la musique a repris le dessus" confie l'artiste originaire d'Haïti.
C'est d'ailleurs lors d'un voyage sur cette île où il n'était pas revenu depuis l'âge de cinq ans que William Brutus a éprouvé le besoin de graver ses émotions sur ce premier album solo baptisé "L'Estère". "Lorsque je me suis lancé dans ce projet, j'ai cherché un nom d'artiste mais celui de ma naissance s'est imposé comme une évidence. Quant au disque, il porte celui de mon village car toutes les chansons m'ont été inspirées par ce retour aux sources". Des textes écrits quelques mois plus tard et qui parlent tous d'amour et d'espoir. "Là-bas, j'ai ressenti une émotion et une force incroyables. En France, il suffit d'appuyer sur un bouton pour faire jaillir l'électricité et on oublie que ce n'est pas le cas pour tout le monde. Malgré cela, les gens que j'ai rencontrés étaient tous souriants" confie Williams.
Formé à la guitare classique au Conservatoire de Mâcon (la ville de sa famille d'adoption), il a également composé les musiques de cet opus, naviguant harmonieusement entre reggae, soul, pop et sonorités africaines. Un répertoire métissé, accentué par le mélange des instruments classiques et traditionnels comme le violoncelle ou la Kora, très populaire dans le blues mandingue, que l'on peut entendre sur "Dilé". Onze titres emmenés par le Tube "You can't Stop The Rain" et portés par une voix aussi suave que prenante. On peut évidemment s'interroger sur la reprise inattendue du succès de Cyndi Lauper "Girls Just Want To Have Fun" ?  "J'ai toujours adoré cette chanson. Elle reste en tête et me donne la pêche" explique le chanteur qui réussit brillamment l'exercice.
Après avoir assuré les premières parties de UB 40, Maxime Le Forestier, Patrick Bruel ou Pierpoljak (l'album sort d'ailleurs sur le label de ce dernier), Williams Brutus fait une entrée remarquée sur la scène world. Car, n'en déplaise à ceux qui lui ont collé un peu vite l'étiquette de révélation reggae, cet artiste prouve, une fois de plus, que la musique se moque des frontières...

"L'Estère" (Garvey Drive Records/Musicast), sorti le 2 février dernier.
En concert le 3 mars 2018 à Mâcon (La Cave à Musique), le 22 mars  2018 à Dijon (Bistrot LaScène)...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire