19 juil. 2018

Le Festival du Périgord Noir célèbre la pensée visible

C'est assurément l'un des événements culturels les plus courus en Nouvelle Aquitaine. L'un des plus anciens aussi, puisque le Festival du Périgord Noir fête, cette année, sa 36ème édition.
Après avoir célébré les "Drôles de dames" et "Les musiques autour de Lascaux", Périgord Noir a choisi de mettre l'accent sur "La pensée visible". Une pensée véhiculée par des artistes de renommée nationale et internationale et de jeunes talents dans des répertoires classiques, baroques et jazz.

Camille & Julie Berthollet
(c) Simon Fowler
Dès le 25 juillet, rendez-vous sur la Terrasse de l'Amitié (Montignac-Lascaux) pour une soirée "Accord(s) Majeur(s)" avec l'orchestre roumain Romanasul, suivi du concert des prodiges du violoncelle et du violon, les soeurs Camille & Julie Berthollet, accompagnées au piano par Guillaume Vincent.
Outre la découverte de lieux du patrimoine situés dans les environs de la fameuse grotte de Lascaux, le public appréciera une affiche aussi ambitieuse qu'éclectique avec la projection du film " Les Misérables" de Henri Fescourt (1925) dans la cour du Château de Sauveboeuf, le récital Beethoven/Brahms du célèbre pianiste Nicholas Angelich, celui du jeune Justin Taylor (clavecin) et de Fahmi Alqhai (viole de gambe), l'Ensemble Diderot avec la soprano Mercedes Arcuri, un week-end "Jazz aux Fraux", réunissant le Gauthier Toux Trio & Quatuor, les élèves de la classe de jazz du Conservatoire de région de Bordeaux, les musiciens de l'HEMU Jazz Orchestra de Lausanne pour un moment musical consacré à Boris Vian, une "carte banche" aux lauréats du Concours de Genève et à ceux de la Fondation Safran pour la musique, "Il Trionfo del Tempo e del Disinganno", l'oratorio de G.F. Haendel, sous la direction artistique de Iňaki Encina Oyón, le violoncelliste Edgar Moreau et le pianiste Pierre-Yves Hodique (Ravel, Brahms, Schumann, Schnitke), le concert clavecin et orgue de l'Académie d'orgue de Sarlat 2018 (gratuit)...
Edgar Moreau (c) Julien Mignot Erato
Et pour les mélomanes en herbe, l'Association "Les P'tits loups" proposera un spectacle baroque intitulé "Dans le secret des fables" autour de Jean de La Fontaine.

Du 25 juillet au 12 octobre 2018. Réservation en ligne sur http://www.festivalmusiqueperigordnoir.com/ par téléphone au 05.53.51.61.61. et sur place Festival du Périgord Noir, 
Place Bertran de Born (RDC à côté de l'office de tourisme), 
24290 Montignac.

17 juil. 2018

Chansons & Mots d'Amou: de la gaieté, de la fantaisie et toutes ces sortes de choses...

(c) Yann Orhan
Sept ans déjà ! Un cap paraît-il symbolique lorsqu'on parle de mariage. Et il faut bien avouer que celui de la musique et de la littérature, célébré à Amou depuis 2012, connaît une embellie, chaque premier week-end du mois d'août.
L'an dernier, pas moins de 7500 personnes se sont pressées dans les arènes, le Jardin de Baighthosse, sous le chapiteau de la Técouère ou au kiosque à musique pour assister aux festivités.
Il y a bien sûr les témoins de la première heure, comme Marie-Christine Barrault,  marraine historique de "Chansons & Mots d'Amou", que l'on retrouvera (en compagnie de Simon Dalmais), dans des lectures musicales d'Erik Satie, Roland Dubillard et Pierre Desproges.
Et c'est Juliette qui a accepté d'être la marraine de cette nouvelle édition,  placée sous le signe de "la gaieté, la fantaisie et toutes ces sortes de choses".
Un thème qui sied parfaitement  au répertoire de cette artiste qui, depuis trente ans, a élevé la chanson populaire au rang d'art majeur. Au fil d'albums comme "Que Tal ?", "Irrésistible", "Assassins sans couteaux", "Rimes féminines", "Le festin de Juliette" ou encore "J'aime pas la chanson" , son dernier opus, Juliette n'a jamais caché son goût pour la dérision, même si la tendresse, la clairvoyance et des accents plus graves pointent volontiers le nez au détour d'un couplet.
En parlant de festin, cette épicurienne sera évidemment entourée de nombreux convives.
A(c) Franck Loriou
Tout d'abord, François Morel avec qui elle partage cette passion pour les rimes bien troussées et une incorrigible tendance à ne jamais se prendre au sérieux. Il présentera ici son spectacle : "La vie (titre provisoire)".
A l'affiche également: un "atelier de réparation de chansons" orchestré par Alain Sourigues & Mouchès, Emmanuel Urbanet (membre fondateur des Joyeux Urbains dans un concert baptisé "Le grand rouquin blanc", une composition théâtrale et musicale de Jeanne Plante, Victoria Delarozière, le facétieux Wally, le jazz band festif du Sunbelt, Boby Lapointe par Mathieu Boulet, un programme Alphonse Allais, Vialatte et Devos avec Nicolas Martel & Alexis Kune, "La partie à trois" d'Askehpug, Guillo et Genty, un bal des p'tits loups, des ateliers de chant et d'improvisation autour de Boby Lapointe... Sans oublier "Rocca, Wally, Rabelais... Cherchez l'intrus", histoire de clore, comme il se doit, ce "pantagruélique" programme.


Les 3, 4 et 5 août 2018, à Amou (Landes).Pass Festival 3 jours: 45 €, pass vendredi : 26 €
pass samedi : 35 € et pass dimanche à 20 €. Gratuit pour les moins de 12 ans.
Infos et billetterie sur le site http://www.chansonsetmotsdamou.fr/ 
et à l'Office de Tourisme d'Amou. 
Tél.: 05.58.89.02.25 - mailto:www.reservation@amoutourisme.com

9 juil. 2018

La grâce intemporelle de Mika Hary

(c)  Tamaz Karavan
Après une prestation remarquée à la Philharmonie de Paris lors d'un hommage à Barbara, cette jeune chanteuse originaire d'Israël était de passage à Paris, le 27 juin dernier, au Duc des Lombards, le temps de présenter son album "When Morning Comes". Un disque produit par Matt Pierson (Joshua Redman, Brad Mehldau...) dans lequel la chanteuse (et auteur) nous transporte, au gré de son timbre aérien et intense, aux frontières du jazz et de la pop. "A 16 ans, j'ai découvert les songwriters, à commencer par Joni Mitchell. Et là, tout un champ des possibles s'est ouvert pour moi" confie-t-elle en interview.
Un champ qu'elle cultive avec une rare délicatesse. Du lumineux "When Morning Comes" au mélancolique "Hope There's Someone" en passant par les lyriques envolées de "Im Glad We Had This Conversation", l'apaisant "Sunny Came Home" ou les accents envoûtants de "Nishmati", Mika Hary nous offre une impressionnante palette de nuances et d'émotions.
Sur la scène du Duc des Lombards, elle a également interprété, en français et en hébreu, de superbes versions de "La Dame Brune", de Georges Moustaki et de "Perlimpinpin"de Barbara. "Cette chanson m'a amenée à découvrir l'immense talent de Barbara, une chanteuse qui me fascine".
A l'évidence, entre Barbara et Joni Mitchell, ses références sont plutôt "classiques", mais l'artiste apporte à son tour de chant une grâce intemporelle, une touche de modernité, qui font songer à Feist ou Agnès Obel.
Ecouter Mika Hary, c'est un peu comme si l'on découvrait... le premier bonheur du jour !

" When Morning Comes" (BMG), disponible depuis mai 2018.

2 juil. 2018

L'été de Barbara Pravi

(c) YannOrhan
Le spectacle musical "Un été 44" a mis son talent en lumière et elle a sorti son premier EP (7 titres), quelques jours à peine avant le 21 juin. La saison porterait-elle bonheur à Barbara Pravi ?
Ce qui est sûr, c'est que cette jeune artiste rayonne littéralement sur scène. On ne s'étonnera pas davantage que son concert du 28 juin dernier, célébrant la sortie du disque, se soit déroulé dans un théâtre parisien baptisé "Les Étoiles" !
"Je n'ai pas échappé à la règle qui veut que l'on raconte sa vie dans un premier album" confie Barbara, au début de son tour de chant.
Une vie faite de petits et grands bonheurs, de drames aussi. Comme ce titre "Mal-amour" dans lequel elle parle de la violence faite aux femmes, "de ces coups qu'on prend pour des caresses". Un sujet sensible et douloureux qu'elle aborde sans pathos, avec des mots qui touchent droit au coeur. Et lorsqu'elle évoque sa calamiteuse histoire avec un dénommé "Louis", elle ne manque pas de le remercier... puisqu'il lui a tout de même inspiré sa première chanson d'amour !
Entre deux confessions pudiques, Barbara se souvient également de ses étés insouciants au bord de la mer avec "Saint-Raphaël", de ses petits boulots ("Je sers") tout en nous invitant à savourer "L'automne avant l'heure". Et elle nous fait fondre de tendresse pour "Déda". Son grand-père à qui elle dédie cette belle déclaration d'amour.
Depuis ses débuts la demoiselle a gagné en assurance et prend un plaisir de plus en plus évident à partager ses émotions sur scène. Une aisance acquise sans doute lors de la tournée effectuée en première partie de Florent Pagny. Les fans de ce dernier s'étaient d'ailleurs déplacés pour l'applaudir. La chanteuse affiche en effet un subtil mélange de modernité et de classicisme qui rassemble toutes les générations. Modernité dans les textes, la voix, les mélodies pop ou quand elle revisite en le féminisant (avec la complicité de Tomislav Matosin) le titre "Kid", d'Eddy de Pretto. Mais elle a aussi cette approche du métier "à l'ancienne", tout en humilité et en générosité, privilégiant la complicité avec le public.
Alors, quand elle offre quelques pas de claquette avant d'interpréter, en rappel, l'entraînant "Pas grandir", on se dit que Barbara Pravi a décidément tout d'une grande !

EP (Capitol Music France/Universal), disponible depuis le 15 juin 2018.