18 nov. 2019

"Leprest en symphonique": un vibrant et somptueux hommage au poète

Nougaro affirmait qu'il était l'un des plus foudroyants auteurs de la langue française. Mais il aura fallu qu'Allain Leprest nous quitte pour  que certains mesurent enfin la place essentielle qu'il occupe dans la chanson et le vide laissé par son absence.
Sans prétendre à une quelconque réhabilitation "Leprest en symphonique" est avant tout un vibrant  hommage à ce poète écorché dont les rimes reflétaient un humanisme, un sentiment d'urgence et une redoutable lucidité. 
On pouvait craindre qu'une version symphonique dilue la puissance des mots, mais il n'en est rien. 
Les musiciens de l'Orchestre National des Pays de la Loire, sous la direction de Dylan Corlay, donnent au contraire une incroyable résonance aux vingt chansons qui composent cet album enregistré à La Bouche d'Air, salle Paul-Fort à Nantes, lors de la création du spectacle, en janvier dernier.
Quant aux quatre chanteurs qui participent à cet ambitieux projet, ils réussissent le périlleux exercice de se glisser dans l'univers de Leprest, en conservant leur propre sensibilité.
Outre Romain Didier, complice de toujours et compositeur de douze  mélodies (les autres étant de Nathalie Miravette, Etienne Goupil, Jean Ferrat...) dont le timbre grave et harmonieux se pose sur "Où vont les chevaux quand ils dorment" ou "Madame sans âme", les accents tendres et gouailleurs de Sanseverino font merveille dans des titres comme "Le ferrailleur" ou "Dans le sac à main d'la putain". Cyril Mokaiesh touche au coeur lorsqu'il interprète les mélancoliques refrains de "Il pleut sur la mer" ou "Les tilleuls". Et Clarika apporte une touche toute féminine et une généreuse énergie à des chansons telles que "Arrose les fleurs" ou "Le banquet des abysses". Moment magique également lorsque Cyril et Clarika partagent chacun une manche pour tricoter et détricoter "Le pull-over". 
Au final, tous se retrouvent sur le dernier morceau "D'Irlande" pour trinquer au ciel, à la mer...et à celui qui écrivait dans "Donne moi de mes nouvelles" :"connaît-on encore Leprest ? Fait-il encore des chansons ? Les mots vont, les écrits restent...". 
Un magnifique opus qui comblera les fidèles d'Allain Leprest et permettra à ceux qui le connaissent peu ou mal de découvrir l'oeuvre d'un indispensable poète.

- Album "Leprest en symphonique" (Tacet/L'Autre Distribution), disponible depuis le 15 novembre 2019.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire