30 mars 2020

Pierre-Yves Duchesne: "Le chant est une planche de salut pour vivre au jour le jour"

Pierre-Yves Duchesne
Qui n'a pas chanté sous la douche le matin pour saluer le printemps  ou le soir, après une dure journée ? Que ce soit pour laisser éclater sa joie, exprimer des émotions ou rompre la solitude, le chant est salvateur. Il peut aussi devenir une passion. Comme celle qui anime Pierre-Yves Duchesne, depuis qu'il a fait ses premiers pas sur les planches de sa Belgique natale. Dans sa biographie, on peut lire qu'il fut le seul artiste francophone  à jouer le rôle-titre du "Fantôme de l'Opéra" à Hambourg.
De "La vie Parisienne" mise en scène par Jérôme Savary à l'Opéra Comique, à "Cats" au Théâtre Mogador, en passant par "My Fair Lady", "Les Contes d'Hoffmann", "L'Homme de la Mancha" ou "Le Pays du Sourire", il s'est frotté à bon nombre de répertoires. Chanteur, comédien, metteur en scène, coach, l'homme est aussi un passeur. Il y a une quinzaine d'années, il a fondé l'Académie Internationale de Comédie Musicale (AICOM), première école européenne pluridisciplinaire dans les métiers de la danse, du chant et du théâtre. Ce campus installé à Créteil est actuellement fermé, pour cause de confinement. Mais, depuis quelques jours, Pierre-Yves Duchesne dispense gratuitement des cours de technique vocale sur sa page Facebook. Un rendez-vous baptisé "La PY Hour"...

- Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur "La PY Hour" ?
Nous avons commencé le samedi 21 mars. Chaque jour, à 11 heures, week-end compris, je donne gratuitement des cours de technique vocale, ouverts à tous. Je pensais avoir une vingtaine de personnes qui me suivraient. Aujourd'hui (le 27 mars) j'en suis à 400 avec plus de 7000 vues. Le chant est idéal pour se mettre en miroir. Nous allons poursuivre jusqu'à la fin du confinement. Il y a aussi des rendez-vous le soir avec Lara Fabian, des artistes anglo-saxons et quelqu'un qui intervient depuis Vancouver. Ce qui fait qu'au total, nous avons pas moins de 3 heures de live.
- Vous êtes également coach vocal sur la nouvelle saison de "The Voice" ?
Oui. Les demi-finales et finales sont évidemment reportées. C'est une expérience formidable pour moi. Je me suis même remis en question sur un certain nombre de choses.
- C'est-à-dire ?
J'étais un peu élitiste en ce qui concerne la voix. Quand on est spécialiste, on oublie parfois de voir autre chose. Là, je me suis aussi intéressé aux histoires de ces candidats et beaucoup m'ont touché.
- Comme celle de ce jeune homme qui chantait pour sa soeur disparue ?
Je l'ai accompagné dès le début. J'avais quinze jours pour lui enseigner les bases et en faire un chanteur.
- Que ce soit au sein d'AICOM ou la télévision, à quel moment sentez-vous qu'un jeune artiste a un  potentiel ?
Etrangement, cela se passe dans les dix premières secondes. Je fais confiance à mes poils !
- Vous êtes heureux dans votre rôle de pédagogue ?
AICOM
Je suis comblé ! Je ne pense pas que ma vie aurait été si pleine si je n'avais pas eu cette possibilité de partager et distribuer ce que j'ai acquis. Avec AICOM, j'ai réalisé le fantasme que j'avais à 18 ans !
- Peut-on dire qu'il y a un âge idéal pour débuter ?
Non. C'est du cas par cas. J'ai eu des élèves qui, à cinq ans, possédaient déjà un certain nombre de qualités.
- Donner des cours sur internet, c'est inédit pour vous ?
C'est un support que je connaissais mal. Cela ne fait pas partie de ma culture. Aujourd'hui, compte tenu de ce que nous traversons, c'est capital pour partager et transmettre.  Quand on travaille sur la voix, on travaille aussi sur la posture, la concentration, la respiration, le lâcher-prise... Le chant est une  planche de salut pour vivre au jour le jour.

- Page Facebook live Pierre-Yves Duchesne
Campus AICOM, 10, rue Albert Einstein, 94000 Créteil. http://www.aicomparis.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire