22 juin 2021

Exposition "Sen'Art": 7 artistes et créateurs à l'Orangerie du Sénat


Fred Juarez
Il y a trois ans, le collectif Sen'Art avait rencontré un vif succès lors de sa précédente exposition, avec plus de 21 000 visiteurs. Au fil de cette nouvelle édition, on découvre les oeuvres colorées de la plasticienne Delphine Sion, les sièges chics de Jeanne Julien, la décoration d'intérieur de la plumassière Béatrice Bost-Le Mouël, le "Fishart" d'Anne d'Autruche, les abat-jour brodés d'Anne-Laure Rouquet, les clichés du photographe Philippe Frétault ou encore les créations du designer de luminaires et mobiliers Fred Juarez. 

Ces deux derniers se sont notamment  rencontrés sur "Siddhartha",  un opéra-rock présenté au Palais des Sports (de novembre 2019 à janvier 2020). Fred était producteur et Philippe avait réalisé les photos et participé au tournage des clips au Portugal et en Espagne. Un spectacle musical évoquant la vie d'un jeune prince fuyant un destin tout tracé pour découvrir le monde et les hommes. Un thème qui fait étrangement écho au parcours de ces deux artistes... 

" A chaque fois que je quitte la musique, la musique m'appelle. Le luxe, c'est de choisir ce qu'on veut faire" confie Fred Juarez qui a travaillé au sein de labels comme Polydor, EMI, Universal, Virgin... avant de se lancer, il y a une dizaine d'années dans la soudure à l'arc !
Oeuvres de Fred Juarez

"Lorsque j'ai acheté mon premier poste à souder, j'ai dû apprendre à maîtriser la matière, la température, le bon angle. J'ai commencé à travailler sur les luminaires et j'ai aujourd'hui mon propre atelier"
Et lorsqu'on lui demande s'il ne se sent pas à des années lumière de ses activités dans le show-biz, il répond en souriant:  "J'ai deux vies ! Il m'arrive encore de faire de la direction artistique ou de donner des conseils à des jeunes qui m'appellent. J'insiste sur le fait qu'ils doivent rester eux-mêmes".  
Un principe qui guide également cet esprit curieux et inventif. Dans ses créations, on retrouve son goût pour la musique avec une étonnante commode-piano conçue à partir de pièces astucieusement recyclées:  le pupitre, les touches de clavier... Un cadre contenant des cadrans de montres amenant une réflexion sur le temps qui passe, le monde actuel...
"J'ai toujours travaillé par envie" confie encore Fred.


Philippe Frétault 
Une philosophie que Philippe Frétault semble partager. "Le métier de photographe  m'a permis de voyager un peu partout, lors de productions internationales". A La Havane pour "Soy de Cuba" (actuellement à l'affiche du Casino de Paris) ou encore en Afrique du Sud d'où il a rapporté quelques-uns des clichés d'animaux, en noir et blanc, présentés à l'Orangerie du Sénat. Une passion qui n'est pas sans risque ! "A un moment, un éléphant a commencé à agiter les oreilles et à frapper le sol avec sa patte. J'ai compris qu'il était temps de ranger mon appareil" se souvient-t-il.

Quant à la collection en noir et jaune, elle est le fruit de balades nocturnes dans Paris et l'ouest parisien. 

Photo de Philippe Frétault
Lorsqu'il ne court pas la savane ou les rues de la capitale, il met son talent au service de l'Equipe de France de water-polo. "C'est un monde assez proche de celui du spectacle avec les tournées, la vie en collectivité... Réalisateur de formation, il travaille aussi sur des clips, comme celui qu'il vient de réaliser pour le groupe rock Cloudy Head sur le titre "Blue". "Nous avons tourné dans la Beauce. J'ai profité de la présence d'éoliennes pour faire 2 ou 3 prises et les intégrer dans le décor".

A l'évidence, les deux artistes s'apprécient et il n'est pas exclu qu'ils se retrouvent sur d'autres projets communs.  En attendant, Fred Juarez confirme qu'il a plus d'une corde à son arc ! "Je travaille sur trois romans, dont un est inspiré par un petit carnet noir que j'ai trouvé. C'est celui d'une femme qui a écrit, à la plume, ce qui se passait durant la première guerre. Je suis parti de cette idée. C'est ma nouvelle passion ! Et il y a un autre truc que je voudrais essayer, c'est souffler le verre. Je trouve ça magique !



Tous les jours, jusqu'au 28 juin 2021, de 11h à 20h. Entrée libre. A l'Orangerie du Sénat, Jardin du Luxembourg, accès par la porte Férou, 19 bis, rue de Vaugirard, 75006 Paris. Infos sur le site www.expo-senart.com 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire