1 juin 2021

Réédition de l'album "Dibiye" de Francis Bebey, le papa de la world music.

(c) Thomas Dorn
Chanteur, poète, homme de radio, musicologue, compositeur, guitariste, joueur de sanza et de flûte pygmée, auteur de nombreux ouvrages dont "Le fils d'Agatha Mundio" (Grand Prix Littéraire d'Afrique Noire en 1968),  Francis Bebey a également développé le département musique à l'Unesco, représenté l'Afrique au Haut Conseil de la Francophonie (créé en 1984 par François Mitterrand en 1984)... Un cursus d'autant plus impressionnant que l'homme rayonnait de simplicité et d'humour.

Ceux qui ont eu le privilège d'assister à ses concerts n'ont pas oublié le passionnant conteur qui, entre deux titres, expliquait au public la symbolique de ses instruments. Vingt ans après sa disparition, le label PeeWee! Collection réédite son dernier album "Dibiye". Et parce qu'il y a toujours quelque chose d'un peu magique dans le sillage de celui qu'on surnommait "le papa de la world music", ce label (anciennement Pee Wee Music) vient de renaître après deux décennies de sommeil ! L'occasion de rééditer cet opus, enregistré en 1997, qui aura  influencé bon nombre de chanteurs et musiciens.  Entre douceur et gravité, envoutantes incantations comme l' "Invocation to Rain For The Sahel" ou les accents quasiment lyriques du magnifique "Stabat Mater Dolorosa" (chanté en français, en anglais et en langue douala), on se laisse porter par le grain prenant de l'artiste, accompagné ici de ses fils Patrick et Toups et de Noël Ekwabi. 

Séance d'enregistrement de Dibiye, au studio Pee Wee Aubervilliers (1997)


"C'est Patrick qui avait facilité la rencontre, se souvient Vincent Mahey (co-fondateur du label). Francis avait l'habitude de faire de la musique comme un artisan fabrique son pain dans sa cuisine. Etre en studio n'était pas un processus très naturel pour lui. Pas plus que de prendre le temps de mettre du vernis sur ses oeuvres. Lorsque Patrick et lui chantaient à l'unisson, on entendait une seule voix. On sentait que ça venait de très loin. C'était troublant". Avec le recul, je me suis senti coupable d'avoir laissé tout ça dormir dans des cartons". On ne s'étonnera donc pas que cet album, présenté dans une version deluxe, inaugure la série Collection avec un livret comprenant des photos et une interview inédite + 3 bonus disponibles par QR Code : un enregistrement inédit issu des séances originales de "Dibiye": "Yam Daabo" ainsi que deux compositions de Francis Bebey, produites par Patrick en 2004, "Essok'am et "Engome" (offerte au compositeur John Williams). 

Pochette d'origine
"Quand mon père est arrivé en France, il a travaillé à Radio France International puis à l'Unesco. Alors qu'il était invité aux Etats-Unis pour donner un concert de guitare classique africaine, il a été surpris par l'accueil chaleureux qu'il a reçu. Il a alors décidé de tout lâcher pour vivre de sa musique et de ses écrits. Nous étions 5 enfants et ma mère l'a encouragé. Mon père disait toujours que, sans elle, il ne serait rien passé, confie Patrick Bebey. Ce dernier reprend d'ailleurs le titre "Stabat Mater Dolorosa", lors de ses concerts.  "C'est une chanson importante pour moi parce qu'elle représente l'humanité de mon père".

- Réédition de l'album "Dibiye" (PeeWee! Collection/PeeWee Distribution/Believe), disponible depuis le 28 mai 2021.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire