21 janv. 2018

Familie Flöz - Hôtel Paradiso: un mimodrame insolite

(c) Michael Vogel
Avec ce nouveau spectacle, imaginé par un collectif berlinois, on entre dans un univers à la fois trash, burlesque et poétique. Un monde à mi-chemin entre le théâtre visuel, le mime et l'art du masque. Les premières minutes sont déroutantes car le propos laisse une large place à l'imagination.
Un homme se tient derrière la réception d'un hôtel qui n'a pas de paradisiaque que le nom. Décor vieillot et poussiéreux, fleurs en plastiques, rideaux à fleurs aux couleurs délavées.... L'établissement est tenu par une vieille femme acariâtre, entourée de ses enfants et d'un inquiétant cuistot. L'aïeule mène son petit monde à la baguette ou plutôt à coups de canne dans les mollets de ses rejetons.
Entre deux querelles, ils époussettent le portait d'un
(c) Michael Vogel
homme (le défunt mari et père ?) avant de lui rendre un hommage muet. La force de ce spectacle est en effet qu'aucune parole n'est échangée, tout se jouant sur la gestuelle. On ne parlera pas davantage de  mimiques expressives puisque les personnages sont affublés de masques.
L'action s'emballe avec l'arrivée de clients multipliant les situations rocambolesques, voire dramatiques. Le quatuor endosse tous les rôles annexes: une femme de ménage kleptomane, deux policiers pas très malins, un voleur, un inspecteur venu supprimer les étoiles de l'Hôtel Paradiso... L'occasion d'une scène assez touchante lorsque la vieille dame effondrée quitte la scène pour réapparaître dans le tableau.
Une performance indiscutable pour cette insolite et talentueuse Familie Flöz qui sillonne la planète depuis plus de vingt ans.

Jusqu'au 4 février 2018, du mardi au samedi à 19 h, le samedi à 16 h 30, à Bobino, 14-20, rue de la Gaîté, 75014 Paris. 
Loc. points de vente habituels. Places: de 22 à 51 €.
 http://www.bobino.fr/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire