16 févr. 2018

Juliette "J'aime pas la chanson"

En 2002, elle avait sorti un album intitulé "Le festin de Juliette". De fait, chacune de ses productions se déguste avec délectation, tant les morceaux proposés (que d'aucuns appelleront track-list) rivalisent de saveurs inédites, de rimes riches, onctueuses, relevées parfois d'une pointe d'acidité. Avec " J'aime pas la chanson", l'artiste dresse pour nous une nouvelle table, dont la carte devrait satisfaire les palais (et les oreilles) les plus exigeants.
Un titre à ne pas prendre évidemment au pied de la lettre car, depuis sa "première cassette" (une rareté, incluse dans le coffret sorti en octobre 2016), Juliette n'a rien fait d'autre que défendre sa passion pour les ritournelles bien troussées.
 A l'occasion, elle remet même au goût du jour des refrains oubliés comme "C'est ça, l'rugby !", une ode au ballon ovale popularisée par les Frères Jacques.
Après une mise en appétit vantant les mérites de la "Procrastination", elle nous invite à suivre "La météo marine"et le vague à l'âme qui la cabosse, à nous pencher sur le mystérieux attrait des "Bijoux de famille", à prendre un chemin buissonnier par la rue des Écoles dans "Une adresse à Paris", salue le courage qu'il faut pour prendre un "Aller sans retour".
A peine remis de l'émotion suscitée par les chansons consacrées aux exilés ou à l'indifférence ("Midi à ma porte"), la chanteuse nous embarque dans les interminables congratulations des primés de la grande famille du cinéma ("Je remercie").
Un opus qui se termine par un joli clin d'oeil à un instrument ("Dans mon piano droit") qu'elle maîtrise avec la même virtuosité que les chansons dont elle a signé la plupart des textes et des musiques.
Tandis qu'elle nous régale d'un réjouissant  "A carreaux !", il faut bien l'avouer: on aime sans réserve "cette "ronde du cul, frisée du tif ... et ses lunettes sur le nez".

Album "J'aime pas la chanson" (Polydor/Universal), disponible depuis le 9 février.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire