12 avr. 2018

Stephen Triffit célèbre Sinatra à l'Olympia

Le timbre, la gestuelle, le swing et les traits rappellent indiscutablement Frank Sinatra. Le regard et l'élégance aussi.
Pourtant, Stephen Triffit n'a pas passé ses premières années dans les rues d'Hoboken (New Jersey) mais dans un village du Yorkshire, au nord de l'Angleterre. Et, avant de se glisser dans le costume et le répertoire de l'un des plus crooners du XXème siècle, il a notamment travaillé pour la Royal Air Force.
Après avoir remporté un vif succès à Las Vegas, au London Palladium, au Royal Festival Hall..., cet authentique artiste fera une unique escale parisienne à l'Olympia. Le temps de célébrer "The Voice", en compagnie d'un big band.

Pourquoi avez-vous choisi de marcher sur les traces de Sinatra ?
C'est arrivé comme ça. En fait, ce sont les gens qui ont choisi pour moi ! Je me souviens qu'à mes débuts dans les pubs, lorsque je chantais des titres d'Elton John ou Neil Diamond, on me disait qu'en m'écoutant on pensait à Sinatra. Un soir, dans le bar d'un ami, alors que j'étais un peu ivre, je me suis lancé dans une reprise de "New York, New York". Cela a été comme un déclic.
On célèbre cette année le 20ème anniversaire de sa disparition. Que représente-t-il encore aujourd'hui ?
Sinatra demeure une légende aux États-Unis. Dans le reste du monde, on aime sa voix et sa musique. En Angleterre d'où je suis originaire, il ne fait pas forcément partie de la culture. Quant à la jeune génération, je pense qu'elle a pu découvrir Sinatra grâce à des artistes comme Michael Bublé ou Robbie Williams.
Sur scène, vous restez fidèle aux versions originales ?
Absolument.
Il paraît que vous avez été invité à chanter pour les 50 ans de Bob Geldof?
Chanter Sinatra aux côtés d'artistes comme Mick Jagger ou Brian May était un moment inoubliable.
Vous ne ressentez pas une certaine lassitude, après toutes ces années ?
Cela reste vivant pour moi parce que chaque pays, chaque public est différent. Et le répertoire est assez vaste pour éviter l'ennui. Hormis des titres incontournables que j'interprète toujours sur scène comme "New York, New York", "My Way" ou "Strangers in The Night", il y a aussi des morceaux que j'aime et qui sont moins connus. J'essaie d'en introduire quelques-uns dans le spectacle.
Devant la glace de votre salle de bain, le matin, qui voyez-vous ?
Stephen Triffit ! Je n'ai aucun problème d'identité, je vous rassure.
 Adaptez-vous le récital en fonction des pays où vous vous produisez ?
Cela m'est arrivé. En Russie, par exemple, j'ai remarqué que le public aimait les chansons plus lentes.
Dans The London Evening Standard, on peut lire que votre ressemblance avec Sinatra est "imparfaitement parfaite". Qu'en pensez-vous ?
Je devrais peut-être poser la question à ma mère !
A l'Olympia, vous chanterez "My Way" ?
Comme d'habitude....

"Frankly Sinatra", le lundi 23 avril, à 20h30, à l'Olympia, 28, Bd des Capucines, 75009 Paris. 
Tél.: 08.92.68.33.68. Loc. points de vente habituels. Places: de 24,50 à 60 €. 
http://www.olympiahall.com/ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire