19 juin 2018

Musée Sacem: l'histoire du patrimoine et de la création en un clic !

Exposition "Les femmes dans la création musicale"
(c) Musée Sacem
"Nous avons une longue histoire et une légitimité et, assez curieusement, nous n'avions pas de mémoire" confiait le compositeur Jean-Claude Petit (Président du Conseil d'Administration), il y a quelques jours, lors de la conférence de presse pour le lancement du Musée Sacem (Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique).
Un musée en ligne, entièrement gratuit, donnant accès actuellement à plus de 3000 archives (1000 à 3000 documents supplémentaires seront numérisés, chaque année).
Plus besoin de baguette pour trouver la source d'une oeuvre ni de tamis pour extraire les pépites de notre patrimoine ! Il suffira désormais d'un clic sur http://musee.sacem.fr/
Un site, généreusement illustré de photographies et de documents rares, voire inédits, qui se présente en quatre parties: "Nos archives", "Nos expositions", "Nos chroniques", "A propos" et un parcours s'effectuant par lieu, par date (au moyen d'une frise chronologique) et par créateurs.
Couverture de partition
"J'ai deux amours"
(c) Editions Francis Salabert/Fonds Sacem
Au fil de vos déambulations dans ce musée virtuel, vous pourrez entrer dans les coulisses de la création, découvrir des partitions, des anecdotes, des courriers, des formulaires d'examen d'entrée, des textes de chanson, des poèmes, des podcasts et vidéos, des expositions sur les thèmes: "Mai 68, de la révolte à la légende", "Du vinyle à internet, mille et une façons d'écouter la musique", "Les femmes dans la création musicale"... 
Parmi les documents qui feront le bonheur des mélomanes et des curieux: un télégramme de Giuseppe Verdi à la Sacem, l'examen d'entrée de Georges Brassens, un courrier d'Edith Piaf demandant à repasser son examen, des lettres de Boris Vian, la partition de "Aux armes et caetera" de Serge Gainsbourg, la couverture de la partition "J'ai deux amours", chanson interprétée par Joséphine Baker, la feuille de timbres du film "Les tontons flingueurs"...
Courrier d'Edith Piaf demandant
à repasser son examen
(c) Fonds Sacem
La liste est évidemment très longue puisque la Sacem, fondée en 1851, compte aujourd'hui 164 840 membres ( dont 20 012 créateurs étrangers issus de 166 nationalités) et représente plus de 121 millions d'oeuvres du répertoire mondial. Des oeuvres regroupant toutes les formes musicales jazz, chanson française, musiques de films et contemporaines, hip-hop, rap, world... mais aussi des répertoires destinés au jeune public, du doublage-sous titrage, de la poésie et de l'humour.
Une véritable histoire de la création qui devrait s'enrichir de nouveaux chapitres comme des contenus multimédias pour accompagner les internautes dans une visite plus immersive, un moteur de recherche, une interaction avec les utilisateurs, l'intégration de salles en réalité virtuelle, des animations sous forme de "carte blanche à..." ou encore la création d'un "coin des passionnés".



Aucun commentaire:

Publier un commentaire