19 nov. 2018

Noga : "Je crois que c'est dans la musique et la transition qu'on peut transcender"

(c)  Yann Zitouni
Dans son nouvel album "Next", enregistré notamment avec ses talentueux complices  Patrick Bebey (piano, claviers, senza, percussions, flûte pygmée...) et Olivier Koundono (cordes, basse, claviers...), Noga  s'est entourée de nouvelles plumes. Celles de Marie Nimier, Alexis HK, Patrice Guirao, Serge Lama... sans oublier Allain Leprest.
Des chansons qui parlent du temps qui passe, de la force de l'amour et de l'amitié, de l'absence...sur des mélodies métissées de jazz, de variétés et de world.
Un opus dense et vivifiant, traversé par un sentiment d'urgence mais qui, paradoxalement, invite à prendre une pause, à se ressourcer pour mieux repartir.
Rencontre avec une artiste qui se renouvelle sans se trahir.

- On trouve une pléiade d'auteurs dans "Next", c'est une première pour toi ?
 J'ai suivi les suggestions de Danièle Molko (récemment disparue) qui a initié ce projet.
- Dans la chanson "N'écoute que ceux qui ne te disent rien", Patrice Guirao te fait chanter "l'amour n'est qu'une béquille pour boiter toute une vie". Tu te retrouves dans ces mots ?
C'est une vraie question. Je lui ai écrit pour lui dire que je ne savais pas si je pouvais défendre cette phrase. Il m'a expliqué qu'il ne fallait pas que je m'arrête à la béquille parce que lui parlait d'amour.
- Il y a aussi des titres plus légers comme "Mes amies" ?
Je pense que cette légèreté tient beaucoup à la signature musicale. Pour moi, cette chanson est un clin d'oeil à toutes ces femmes qui m'ont permis de "transitionner" ! Dans l'album précédent, je faisais déjà référence au côté libérateur des potins féminins.
- Dans le livret, tu parles de ta résistance au changement ?
Je sortais de l'accouchement de l'album "Laisser partir". Avec ces nouvelles collaborations, je me suis retrouvée dans une sorte de précipitation, dix mois à peine après la perte de mon mari. Olivier (Koundouno) qui me connaît bien m'a permis de me remettre en question. Je crois que c'est dans la musique et la transition qu'on peut transcender.
Le temps qui passe tient une place importante dans "Next" ?
C'est une thématique qui a toujours été là. Quand on commence à perdre des gens on a encore plus envie d'apprécier chaque instant, d'aller à l'essentiel. J'ai parfois une tendance naturelle à butiner, à m'égarer dans des situations qui ne me nourrissent pas.
- Dans la biographie qui accompagne l'album, tu évoques aussi ce "vase qui tient tout" ?
Avec ceux qui m'accompagnent, nous avons une telle complicité que nous n'avons plus besoin de  parler. Je me souviens qu'à la fin de l'enregistrement, nous nous sommes retrouvés dehors à minuit. C'était un moment fort. Nous évoluons dans une transparence qui fait que tout devient simple.
- Une simplicité que tu souhaites partager avec le public ?
Même si cela ne m'empêche pas d'aimer la musique électronique, j'ai choisi d'être dans une pulsation plus terrestre, plus organique. Nous vivons dans une époque dominée par la peur, la rigidité. Je suis de plus en plus convaincue que cette musique a besoin d'être entendue.
- Il paraît qu'à l'origine, l'album devait s'appeler "Léger la vie" ?
C'est vrai. Il faisait référence au texte de Serge Guirao qui est d'une profondeur incroyable. Il a notamment écrit :  "Un jour suffit pour se donner la vie quand tout le reste est dit..." .
Cette chanson est difficile car on est constamment sur le fil du rasoir. Il faut éviter de tomber dans le pathos. Mais le titre "Next" s'est imposé comme une évidence.
- Peux-tu nous parler de ces "Psaumes de minuit" que tu interprètes en hébreu ?
C'est une langue ancienne et je trouve qu'elle apporte une autre vibration. Elle touche plus profondément nos cellules parce que nous venons tous de quelque part. Dans ces psaumes, tu peux trouver la signification des lettres de ton prénom. Les miennes peuvent se traduire par "Je ne cesserai jamais de chanter"...

Les 27 et 28 novembre 2018, à 20 heures, au Théâtre de l'Atalante, 10, Place Charles Dullin, 75018 Paris. 
Loc. points de vente habituels. Prix: 15 €.
Album "Next" (Musique Sauvage/Pias), disponible depuis le 26 octobre 2018.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire