7 déc. 2017

Barbara Pravi: "Jai besoin de travailler dans l'humain"

(c) Yann Orhan
Dans le spectacle "Un été 44"qui avait remporté un succès mérité au Comédia, elle incarnait Solange, une jeune femme sensible, prise dans la tourmente des trois mois qui ont précédé la libération. Outre son jeu et sa rayonnante présence, son interprétation de la chanson "Seulement connu de Dieu" (de Claude Lemesle et Charles Aznavour) était tout simplement bouleversante...laissant entrevoir une artiste avec laquelle il faudrait désormais compter. Pour preuve, l'accueil réservé aux concerts donnés récemment au Réservoir à Paris, pour fêter la sortie de son premier EP. Des textes soignés et inspirés, sur des mélodies pop, résolument modernes, qui touchent au coeur dès la première écoute.
Barbara Pravi, un nom à retenir...

- Au réservoir c'était la première  fois que vous interprétiez vos propres chansons sur scène ?
Oui. Nous avons fait 7 dates. Chaque fois, j'avais le sentiment de marcher sur du coton.
- Comme pour cette tournée avec Florent Pagny ?
C'est une vraie chance pour moi d'avoir été invitée à assurer sa première partie. Je ne pensais pas qu'il était possible d'avoir une équipe aussi adorable autour de soi. Nous avons débuté le 1er décembre dernier en Belgique et j'ai trouvé que le public de Florent le reflétait bien. Il est à l'écoute et extrêmement bienveillant.
- Vos chansons sont-elles autobiographiques ? Notamment "Malamour" qui parle de la violence faite aux femmes ?
Je m'inspire beaucoup de mon vécu. Pour "Malamour" j'ai essayé de garder de la distance. Je ne voulais pas de regard accusateur. Il fallait que tout cela demeure à la fois intime et pudique.
- Pour autant, vous reconnaissez-vous dans les mots militante et féministe que l'on a pu lire à votre sujet ?
Je ne me considère pas comme cela. C'est assez réducteur et je n'ai jamais aimé les cases. Les textes que j'écris ne sont pas féministes, ils sont réalistes. Ce qui m'importe avant tout, ce sont les rencontres. J'ai besoin de travailler dans l'humain.
-Après avoir interprété la chansons originale du film "Heidi" (d'Alain Gsponer), il paraît que vous aimeriez bien prêter votre voix à un personnage de Disney ?
J'adorerais ! J'ai un carnet où je note des choses que j'aimerais faire dans la vie. Et chanter dans un film de Disney en fait partie. A 5 ans, j'ai même fait envoyer une cassette de moi pour le casting de "La Petite Sirène 2", mais il fallait avoir 7 ans minimum... Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu chanter mais j'ai commencé par faire des études de droit avant de m'autoriser à envisager ce métier.
- Écrire des chansons figure également dans ce carnet ?
J'ai commencé très jeune, juste pour moi. Mon père est philosophe. J'ai été élevée dans l'amour des mots, des choses qui ont du sens. Mes textes ont pris la forme de chansons il y a 4 ans. Grâce à Jules (Jaconelli) qui m'a appris à écrire.
- La chanson est un format plus facile pour exprimer vos sentiments ?
Je cadre mieux mes idées et j'ai plus de facilité pour trouver les mots. Dans la chanson "Déda" qui s'adresse à mon grand-père, il y a des choses que je suis incapable de lui dire en vrai. J'ai fait 7 versions de ce texte avant d'y arriver. Je ne voulais pas tomber dans le pathos. Entre nous, il y a des ondes très fortes mais c'est un amour assez muet.
- Pouvez-vous nous parler de l'album à venir ?
Il s'appellera "Déda, Sarah et les autres..." et devrait sortir avant l'été 2018. J'espère qu'il parlera aux gens...

EP Barbara Pravi (Capitol Music France)
En tournée:  en première partie de Florent Pagny, les 8 et 9 décembre à Dijon, le 10 décembre à Montbéliard, le 12 décembre à Lyon, les 30, 31 janvier, 2 et 3 février 2018 au Casino de Paris... 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire