28 févr. 2014

Le répertoire français "dynamité" par un trio suédois


(c) Alain Guizard
Pour l'état civil,To, Mär et Glär sont frère et sœurs. Sur scène, la fratrie est réunie sous le nom de «  Blond and Blond and Blond ». Après avoir séduit leurs compatriotes avec leur «HØmäj à la chonson française », ils investissent le Sentier des Halles avec ce show musical totalement déjanté. Avec eux « Au bal masqué » prend des accents lyriques, « Pandi Panda » se transforme en rap, avec cours d'anatomie à l'appui, et « Pull marine » donne l’impression d’être chanté sous l’eau. Et que dire de leur version hallucinée de « Banana Split » ? Entre deux sketches où ils délirent sur Jésus, leur enfance en Suède, les affres d’une femme accouchant d’un homard sur l’air de « Femme libérée », leur passion pour les textures… le trio nous embarque pour un « Voyage, voyage » aux allures de fable politico-sociale. Une fable illustrée de photos de boat people, de « La croisière s’amuse » et de personnalités politiques sur le thème de « t’as pas ton billet ». 
Un spectacle tellement original qu’on fait volontiers l’impasse sur quelques traits d'humour un peu douteux. Mais, ce qui est sûr, c'est que ces drôles de vikings détournent et dynamitent le répertoire français avec une liberté et une fantaisie qui forcent le rire.
Annie Grandjanin
Jusqu’au 30 juin, chaque lundi à 20 heures (à noter un concert supplémentaire le 30 mars à 17 h),  au Sentier des Halles, 50, rue d’Aboukir, 75002 Paris. Loc. points de vente habituels et par tél. au 08.92.68.36.22. Tarifs : 20 € sur place (14 € pour les adhérents et 15 € en prévente)
www.lesentierdeshalles.fr 

24 févr. 2014

Rendez-vous...

- Exposition Vinylsback ! Dans le cadre du Salon Vintage qui se tiendra à l’Espace Blancs-Manteaux les 15 et 16 mars prochains, ne ratez pas la sélection de 25 photos et pochettes d’albums (grands formats) du label Blue Note (qui célèbre ses 75 ans).
De 11 h à 20 h, 48, rue Vieille du Temple, 75004 Paris. Entrée : 4 €. Plus d’infos sur www.salonduvintage.com

- Concert « Spring Quartet ». Un concert incontournable pour les amateurs de jazz moderne. Aux côtés du batteur (et pianiste) américain Jack DeJohnette, considéré par le New York Times comme « l’un des plus plus grands musiciens de l’histoire du jazz », le saxophoniste Joe Lovano, la compositrice et bassiste Esperanza Spalding et le pianiste argentin Leo Genovese.
Pensez à réserver !
Le 15 avril, à 20 heures, au Théâtre du Châtelet, 1 Place du Châtelet, 75001 Paris. Tél. : 01.40.28.28.40. Places : de 15 à 55 €. www.chatelet-theatre.com

- Paris Combo. Pour fêter la sortie de son nouvel album « 5 », le groupe mené par la chanteuse Belle du Berry sera en showcase à la Fnac Saint-Lazare (forum des rencontres).
Le samedi 1er mars, à 16 heures. Entrée libre.

23 févr. 2014

"L'intégrale Nougaro", l'histoire de toutes ses chansons par Laurent Balandras


Il y a dix ans, le 4 mars 2004, Claude Nougaro disparaissait, juste avant la sortie de « La note bleue ». Un album, enregistré sur le fameux label Blue Note,  dans lequel il chantait notamment: « J’ai envie d’écrire mais je ne sais pas quoi. La mort, je l’avoue, me laisse coi »
C’est avec ces mots que Laurent Balandras termine le livre qu’il vient de lui consacrer. Plutôt qu’une biographie traditionnelle, l’auteur a choisi de raconter Nougaro par le biais de ses chansons. Une immersion en « Nougarie », comme un voyage aux sources de l’inspiration du troubadour toulousain. Depuis les premiers essais poétiques du jeune Claude, alors pensionnaire chez les dominicains, jusqu’à ses textes posthumes, le tout décliné dans l’ordre chronologique de leur création. Au fil des pages, on suit ses premiers pas au cabaret Le Lapin Agile, on apprend que Philippe Clay avait refusé « Une petite fille », qu’il fut chanté par Richard Anthony, que Marcel Amont créa « Le Jazz et la Java » ou encore que la chanson « Nougayork » marquant son retour sur le devant de la scène, en 1987, a été écrite en dix minutes chez Sue Mingus, la veuve de Charlie Mingus.
Au détour d’anecdotes drôles et émouvantes, Laurent évoque aussi le précurseur de la world  adaptant des standards brésiliens comme « Bidonville » (musique de Baden Powell) ou « Tu verras » (musique de Chico Buarque), l’amoureux du jazz… et des femmes, ses collaborations avec des musiciens tels que Michel Legrand, Richard Galliano, Maurice Vander..., son amitié avec Jacques Audiberti qui l'encourage "à faire descendre la poésie dans la rue".
Dans cet ouvrage passionnant, richement documenté (avec une discographie et un chapitre répertoriant les principaux hommages et œuvres posthumes), l’auteur nous conte avec verve et talent l'histoire de chansons qui ont traversé quatre décennies. Et d'un artiste qui savait donner à chaque mot une densité poétique, un relief sonore, qui demeurent uniques. Au point que, malheureusement, la nouvelle génération paraît encore frileuse lorsqu’il s’agit de revendiquer l’héritage de Nougaro.
Annie Grandjanin

Editions de La Martinière. Ouvrage publié dans la collection de Gilles Verlant. 448 pages. 21 €.

19 févr. 2014

Mell: une chanteuse qui décoiffe


(c) Marylène Eytier

Elle a paraît-il fait ses premiers pas de chanteuse à la suite d’un pari ! On ne sait qui a perdu, mais ce qui est sûr, c’est que Mélanie Frisoli (son vrai nom) s’est rapidement prise au jeu. Avec cinq albums en dix ans, la demoiselle n’a pas vraiment mis la pédale douce. Ni boudé son plaisir d’écrire et composer des chansons dans lesquelles elle laisse libre cours à son sens de l’autodérision. Dès son premier opus « Mon pied en pleine face », sorti en 2003, Mell impose sa griffe: du rock qui ne se prend pas au sérieux. Avec « Voitures à pédales », « C’est quand qu’on rigole », puis « Western Spaghetti » auquel a notamment collaboré Christian Olivier des Têtes Raides, elle navigue joyeusement entre courant alternatif, tendance punk, rock et chanson française. Entretemps, le public a pu la découvrir en première partie des Wampas, Calexico, Sanseverino, Catherine Ringer… et à l’affiche de nombreux festivals (Francofolies de la Rochelle, Printemps de Bourges, « Alors chante » à Montauban).
En avril dernier, Mell a négocié un virage plus introspectif avec « Relation Cheap ». De « Oh mon amour » à « Elle rêve » ou « Un pied dans le vide », elle raconte des histoires d’amour dérisoires, bancales. Sur la scène du Sentier des Halles où elle se produisait il y a quelques jours, seule avec sa guitare, elle a séduit par sa belle énergie et son humour ravageur… tout en se perdant un peu dans la technique. Mais, lorsqu’elle chante « Oh mon amour, si tu t’en vas, il y aura du monde en bas de chez moi », on comprend que, même si elle fustige les dérives de notre époque et la superficialité des rapports humains, cette fougueuse amazone n’entend pas sombrer dans la désespérance…
Annie Grandjanin

- Album « Relation Cheap » (Ardisto/L’Autre Distribution)
En tournée : le 21 février à Meisenthal (57), le 13 mars à Genève (Festival « Voix de Fête »), le 28 mars à Carvin (62) dans le cadre du festival « Les Enchanteurs », le 12 avril à Dommarien (52).

17 févr. 2014

Y'a d'la folie dans... Airnadette !


(c) TheSealyMan
Ils chantent et parlent en playback dans des brosses à cheveux ! Reprennent des répliques cultes de films ou des chansons célèbres de ces quarante dernières années et portent des tenues kitschissimes ! Pourtant, même si « Airnadette » est un melting-pot de ce que vous avez déjà vu et entendu…ce show ne ressemble décidément à rien de connu. Sauf si vous avez eu la chance de le découvrir en première partie de Camille ou de M. à Bercy.
La troupe, qui ne fait pas toujours dans la dentelle, ne ménage pas ses efforts pour brouiller les pistes. Dans une ambiance très « sexe, drogues et rock’n’roll » Scotch Brit, Jean-Françoise, Château Brutal, Moche Pitt, Gunther Love et M-Rodz (le nom de scène des protagonistes) incarnent chacun une époque ou une tendance : il y a l’échappé des années soixante-dix, la rappeuse, la lolita rebelle… Le pitch ? Les débuts et la montée en puissance (et en délires) d’un groupe de rock, pris en main par un manager (Philippe Risotto) caricatural à souhait. Sur des chorégraphies de Lydia Dejugnac et une mise en scène ébouriffante de PEF des Robins des Bois, « Airnadette » joue à fond la carte du détournement. Durant une heure vingt, sans temps mort, on passe ainsi de Star Wars au Père Noël est une ordure, Starmania, Thriller de Michael Jackson, Roméo et Juliette, Britney Spears, Florent Pagny…Le tout assorti d'une gestuelle et de gags désopilants. Alors que les contraintes de la bande-son laissent peu de place à l’improvisation, "Airnadette" échappe à tous les codes. Et c'est justement la force et l’originalité de ce spectacle totalement déjanté.
Annie Grandjanin

Jusqu’au 23 avril, chaque mercredi à 20h30, à l’Européen, 5, rue Biot, 75017 Paris. Infos et billetterie : 01.43.87.97.13. Places : 32 € (tarifs réduits à 15 et 27,50 €). www.leuropeen.info

10 févr. 2014

Violoncelle sur Canapé: une jolie récréation musicale


(c) Hermine Cleret
Seule avec son instrument, Cécile Girard attaque, quasiment dans la pénombre, avec les notes du prélude de la 1ère suite de Bach, l’un des morceaux les plus connus, composés pour le violoncelle. Elle enchaîne toujours avec Bach (Gavotte de la 5ème suite) puis avec un air traditionnel irlandais. L’atmosphère est « sérieuse » voire un peu statique et on craint de s’être laissé piégé par l’attrait du sous-titre « De Bach à Pink Floyd… ».  Mais très vite, avec l’arrivée du guitariste David Doucerain et de quelques anecdotes sur son parcours de musicienne qui « ne voulait pas jouer que du classique », Cécile nous entraîne avec une certaine espièglerie  à la découverte de la discothèque familiale où la « grande musique » faisait bon ménage avec le rock, la variété, le jazz, la pop et le folklore. Cultivant une belle connivence avec son acolyte, elle joue alors « Shine on you fifth mother » (Pink Floyd/Genesis), quelques notes d’  « Antisocial » (de Trust), « Barbara » de Prévert et Kosma, « Le Funambule » inspiré par le texte de Jean Genet…Tout en offrant un clin d’œil à la musique concrète en reproduisant le son du mécanisme d'un petit canapé convertible qui trône sur scène.
Après avoir improvisé à partir d'un mot choisi par le public, elle pose son violoncelle sur les genoux, comme une guitare, pour interpréter « Stances à un cambrioleur » de Brassens. A l'évidence, cette artiste passionnée qui a travaillé avec Juan José Mosalini, Thierry « Titi » Robin, Chanson Plus Bifluorée, Le Quatuor ou encore Jean-Marie Machado a plus d’une corde à son archet !  Bien sûr, la musicienne prend nettement le pas sur la chanteuse. Mais, avec cette jolie "récréation" musicale, Cécile Girard tisse un fil joyeux et poétique entre les cultures et les airs qui l’ont bercée...
Annie Grandjanin 

Jusqu’au 6 mai, chaque mardi à 19 heures, au Ciné 13 Théâtre, 1 avenue Junot 75018 Paris. Places à 25,50 € ( tarifs réduits à 17,50 et 12,50 €).  Tél. : 01.42.54.15.12. www.cine13-theatre.com


6 févr. 2014

Des news, des news...


- Solidays 2014. Cette année, le festival a choisi de rendre hommage à Nelson Mandela en le plaçant en haut de l’affiche. Une affiche qui annonce d’ores et déjà la participation de Franz Ferdinand (pour la première fois à Longchamp),Yodelice, M., Vitalic VTLZR , The Parov Stelar Band, Gesaffelstein... Le 14 février prochain, 25 000 pass 3 jours seront mis en vente à partir de 39 € (ils passeront ensuite à 49 €, 59 € puis 89 € pour les retardataires). Les pass 2 jours, billets jour, Nuit et Camping seront disponibles dès le 17 février à 10 h. On ne saurait trop vous conseiller de mettre une alarme ou un nœud rouge sur vos agendas car le festival affiche souvent complet avant l’ouverture des portes !
Les 27, 28 et 29 juin à l’Hippodrome de Longchamp. www.solidays.org

- Oüi Don’t Care. La radio rock qui fête ses 27 ans d’existence lance ses soirées parisiennes. Coup d’envoi le 14 février pour une spéciale Saint-Valentin aux Caves Saint-Sabin (situées dans le XIème arrondissement). D'autres rendez-vous proposeront un thème différent, chaque mois, dans un lieu atypique de la capitale.
De 23 h à 5 h, 50 rue Saint Sabin 75011 Paris. Entrée libre

- Le Prix Adami Deezer de Talents. Pour la 5ème édition de ce prix ouvert à tous les styles de musique (artistes solos et groupes en développement résidant en France, signés ou autoproduits), Deezer et l’Adami récompenseront 3 lauréats, sélectionnés par 3 jurys. Les heureux gagnants bénéficieront de 10 000 € d’aide Adami pour développer leur projet musical,  d’une Deezer Session enregistrée dans les locaux de Deezer et d’un concert événement au Casino de Paris le 10 juin prochain. Les candidatures sont à envoyer jusqu’au 2 mars sur www.deezerdetalents.com

La Framboise Frivole: bravissimo !


(c) Lynn Vandenbroeck
On ne présente plus ce duo flamand qui, depuis plus de vingt ans, nous régale de spectacles aussi déjantés que savoureux. Ainsi, après l’opéra bouffe « Furioso », il présente « Délicatissimo », un show qui puise dans tous ingrédients à sa portée : un fond de classique, quelques mesures de comptine pour enfants ou de rock, des notes pop, de la variété… et pour lier le tout un humour bouillonnant !  Portant redingote et nœud pap’,  Peter Hens (ténor et violoncelliste) et le pianiste Bart Van Caenegem (dont on salue le retour) nous proposent cette fois de partir à la recherche de l’archet perdu ! Au gré de leur fantasque et initiatique périple, on embarque à bord de l’Arche de Noé, on assiste à une relecture de l’Evangile ou de La Marche Nuptiale, on croise les Rois Mages devenus quatre, l’ « Aigle noir » de Barbara métamorphosé en Dumbo, Néron, Lawrence d’Arabie… Le tout ponctué de musiques de Saint-Saëns, Bizet, Beethoven et de refrains "détournés" de Tom Jones, Hallyday, Gainsbourg ou Claude François. Clin d’œil aux nouvelles techniques, le pianiste lit ses partitions sur un iPad qui permet également de ...contrôler les éclairages ! Au final, après avoir enfourché une moto imaginaire pour un impressionnant quatre-mains au piano, ces virtuoses nous offrent un numéro de haute voltige : celui d’un crooner qui, grâce aux mimes de son inventif complice, retrouve… les paroles de sa chanson !  A voir absolument...
Annie Grandjanin

Jusqu’au 26 avril, du mardi au samedi à 21 h, mat. le sam. à 16 h, au Théâtre des Bouffes Parisiens, 4, rue Monsigny, 75002 Paris. Places : de 10 à 39 €. Tél. : 01.42.96.92.42. www.bouffesparisiens.com

2 févr. 2014

Pierre Lapointe s'offre son premier Olympia

(c) David Romero

Véritable star au Québec, son nom n’avait encore jamais brillé sur le fronton du célèbre music-hall. Pourtant, après son concert mercredi dernier, Pierre Lapointe a largement gagné ses galons de vedette de ce côté-ci de l’Atlantique. Auteur compositeur, il avait séduit de nombreux aficionados avec des albums comme  «  La Forêt des Mal-Aimés » ou « Sentiments Humains », d’une poésie pointue et assez introspective. Avec « Punkt », son nouvel opus, le chanteur s’intéresse cette fois aux choses du sexe, qu’il commente longuement. Le tout teinté d'un humour un peu potache sans doute hérité de ses années d'étudiant aux Beaux Arts. Côté décor, un énorme « Punkt » en ballon gonflable rose bonbon qui s’illumine au gré des ambiances. Doté d'un sacré grain de folie, Lapointe s'amuse à dévoiler sur scène ses nouveaux titres comme « La Sexualité » ou « Nu devant moi » avant de renouer avec des atmosphères plus mélancoliques pour « Nos joies répétitives », ou l’émouvant « Tel un seul homme  » qu’il interprète en acoustique avec sa « gang ». Evitant la démonstration vocale, même s’il faut bien avouer que le chanteur possède un bien bel organe, il alterne pop, rock et ballades, avec une incroyable aisance scénique. Quittant la scène sur « Au Bar des suicidés » il revient en compagnie de M. (Matthieu Chedid) pour un duo magique  sur « Nostalgic du cool » puis enchaîne avec « Deux par deux rassemblés » tandis que Matthieu se joint aux musiciens.
Mais c’est seul au piano qu’il termine ce superbe concert en revisitant « C’est extra » de Léo Ferré.
Sous le charme, comme le public, on a bien du mal à quitter la salle…
Annie Grandjanin

Album « Punkt » (Audigram)
En tournée : le 5 février à Cenon (Rocher de Palmer), le 7 février à Plan des Ouates (Suisse), le 9 février à l’Aéronef de Lille, le 11 février à Caluire Et Cuire (Radian Bellevue), le 25 février au Théâtre Maisonneuve de Montréal…