9 déc. 2018

"J'ai des doutes": un spectacle pélillant d'intelligence et d'humour

 François Morel tient une place particulière dans le coeur de chacun d'entre nous. Un peu comme un grand frère que l'on suit les yeux fermés, parce qu'il nous promet toujours de belles et passionnantes aventures. Sa poésie, sa générosité et la clairvoyance de son regard sur la société en font l'un des comédiens et chroniqueurs les plus attachants du moment.
On le présente volontiers comme le digne héritier de Bourvil avec qui il partage le don de nous émouvoir et de nous faire rire.
Alors lorsqu'il met toutes ces qualités (et il n'a pas fini de nous surprendre !) au service d'un "monument" comme Raymond Devos, on peut s'attendre à tutoyer les sommets !
Avec "J'ai des doutes", François Morel nous invite à le suivre dans l'univers du maître de l'absurde, des paradoxes et des jeux de mots. Pas question pour autant d'endosser le fameux costume bleu ciel car si le comédien marche dans les pas du colosse franco-belge, il ne cherche jamais à l'imiter.
Une escapade, tendre et joyeuse, qui débute justement dans les cieux lorsqu'il campe Dieu pour interpeller Saint-Pierre sur un tonitruant : "Je m'ennuie, convoquez-moi Devos !"
(c) Giovanni Cittadini Cesi
L'occasion de retrouver des morceaux savoureux comme "Caen", "Sens dessus dessous", "Mon chien c'est quelqu'un", "J'ai des doutes"  ou "Je hais les haies" dont le texte défile sur un écran, en fond de scène. Entre deux sketches, il nous régale de chansons courtes, donne la réplique à son facétieux complice, le pianiste (et compositeur) Antoine Sahler, nous rejoue des séquences du fameux Grand Échiquier de Jacques Chancel, avec une marionnette...
Plus qu'un hommage à celui qui affirmait : "le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter", François Morel propose ici un spectacle pétillant d'intelligence et d'humour.
Sans doute, l'un des plus réjouissants de cette fin d'année.

Jusqu'au 6 janvier 2019, à 18h30 (relâche les lundis, les 9 et 25 décembre et le 1er janvier et représentation du dimanche 6 janvier à 15h, au Théâtre du Rond-Point, salle Renaud-Barrault, 2 bis, avenue Franklin Roosevelt, 75008 Paris. Tél.: 01.44.95.98.21. Prix: 38 € et tarifs réduits de 12 à 28 € (sur justificatifs).
 http://www.theatredurondpoint.fr/

L'Ensemble National Virsky: époustouflant de virtuosité

(c)
Dernière chance aujourd'hui d'applaudir cette impressionnante troupe venue d'Ukraine !
Durant deux heures, avec un entracte de 20 minutes, histoire de souffler un peu...les 70 danseuses et danseurs offrent un énergique (et très coloré) florilège de danses traditionnelles (comme le fameux Hopak), de prouesses acrobatiques et de figures proches du hip hop.
Du grand art ...

Ce dimanche, à 16 heures, au Palais des Congrès, Place de la Porte Maillot, 75017 Paris.

5 déc. 2018

Exposition "Doisneau et la musique" à la Philharmonie de Paris

Il est entré dans bon nombre de foyers avec son fameux "Baiser de l'Hôtel de Ville", ses photos en noir et blanc de bistrots, de gamins  dans les rues de Paname et de banlieue, d'artisans, de bateleurs... Tendre, teinté d'humour et d'une certaine nostalgie, son regard lui a valu d'être considéré comme un "photographe humaniste".  Humaniste, Robert Doisneau l'était assurément, avec ce brin de malice que l'on retrouve dans l'exposition "Doisneau et la musique" conçue par sa petite-fille Clémentine Deroudille (commissaire des expositions Brassens et Barbara).
Une galerie de portraits (avec de nombreux inédits), dont la bande-son est composée par Moriarty et scénographiée par Stephan Zimmerli (musicien et graphiste du groupe).
Au hasard d'une joyeuse déambulation,  on trouve des photos présentées par thèmes: la rue, la chanson, les studios, Maurice Baquet et les années 80/90.
Un parcours qui se poursuit au coeur de l'exposition permanente du Musée de la Musique, comme une chasse au trésor, pour débusquer des clichés disséminés au milieu des instruments et des oeuvres d'art. On découvre ainsi les Rita Mitsouko devant l'Hôtel Chopin, Maurice Baquet revêtu d'un tee-shirt à l'effigie de Bach...
"Toute ma vie je me suis amusé, je me suis fabriqué un petit théâtre" disait Doisneau. Un petit théâtre que les visiteurs visitent avec le sentiment de partager un moment à la fois intime et rare avec le photographe.

Du 4 décembre 2018 au 28 avril 2019, du mardi au vendredi de 12h à 18h, le samedi de 10h à 20h et le dimanche de 10h à 18h (fermé le 25 décembre et le 1er janvier), à la Cité de la Musique-Philharmonie de Paris, 221, avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris.
Tél.: 01.44.84.44.84. Prix: 9 € et tarif réduit à 5 €. Infos sur le site http://philharmoniedeparis.fr/

4 déc. 2018

Rendez-vous: Virsky Ensemble National d'Ukraine et le Ballet de l'Opéra National de Kiev

(D.R.)
- "L'ensemble folklorique le plus dynamique et palpitant que le monde ait jamais connu !" peut-on lire dans The Daily Telegraph au sujet de cette troupe fondée par deux chorégraphes de renom: Pavlo Virsky et Mykola Bolotov. Pour la première fois sur la scène du Palais des Congrès, les danseurs proposeront des tableaux aussi colorés que virtuoses, illustrant la richesse de leur culture. Une approche à la fois contemporaine et respectueuse des traditions qui devrait séduire un large public.


Du 5 au 9 décembre 2018, au Palais des Congrès de Paris, 2 Place de la Porte Maillot, 75017 Paris. Loc. points de vente habituels. Places: de 30 à 79 €. http://www.viparis.com/


- Après de longues années d'absence à Paris, le prestigieux Ballet de l'Opéra National de Kiev, dirigé par Aniko Rekhviashvili, revient dans la capitale pour une série de représentations, forcément exceptionnelles. Comptant 24 ballets à son répertoire, il présentera ici "Casse-Noisette" (musique de Piotr Illitch Tchaïkovski), oeuvre romanesque par excellence, dans une chorégraphie de Valeriy Kovtun, d'après la version originale de Marius Petipa.
 Et, pour se mettre au diapason du 150ème anniversaire de la troupe et de cette période festive, le Théâtre des Champs-Elysées affichera les couleurs d'un Noël ukrainien.

Du 23 décembre 2018 au 6 janvier 2019, au Théâtre des Champs-Elysées, 15, avenue Montaigne, 75008 Paris. Tél.:  01.49.52.50.50. Prix: de 15 à 89 € (le 31 déc. de 15 à 95 €). 
 http://www.theatrechampselysees.fr/

23 nov. 2018

Le Cirque Plume fait ses adieux avec panache

(c) Yves Petit
"Par essence, l'éternité qui nous est donnée est celle de la lecture, la vision, le partage d'un poème..." écrit le co-fondateur de la compagnie Bernard Kudlak dans le programme de "La dernière saison" du Cirque Plume.
Dès leurs débuts, ces audacieux pionniers se sont démarqués du cirque traditionnel avec des spectacles décalés, drôles, poétiques et oniriques.
Au point qu'une trentaine d'années plus tard, ils ont durablement marqué cet art de leur griffe, pardon de leur plume !
Pour ces représentations à la Villette, le chapiteau abrite une forêt jurassienne peuplée d'étranges personnages, de poètes et de musiciens: un jongleur courant après une plume, une contorsionniste chaussée de skis, une équilibriste sur des bouteilles, une autre qui évolue avec une rare dextérité dans un cerceau aérien, un artiste zoomorphe...Car ici c'est l'homme qui imite l'animal !
Un spectacle rythmé par les saisons et les musiciens interprétant les compositions originales de Benoît Schick. Pas de piste évidemment mais une scène où les acteurs se livrent à des roulades, des compétitions d'abdominaux, des percussions sur des bidons, ramassent les feuilles mortes, la neige... et des sacs en plastique !
Une "dernière saison" célébrée dans la joie et le partage, tandis que l'orchestre, juché sur un kiosque tournant et entouré de parapluies multicolores et lumineux, entame une ultime valse.
(c) Benoit Dochy
Le bonheur est sous le chapiteau du Cirque Plume. Cours-y vite, cours-y vite, il va filer...

Jusqu'au 30 décembre 2018, du mer. au ven. à 20 h, le sam. à 19 h et matinée le dimanche à 15 h, à 'Espace Chapiteaux du Parc de la Villette, 211, avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris.
Prix: 35 € et tarifs réduits à 16 et 25 €
Tél.: 01.40.03.75.75. Infos sur le site http://lavillette.com/

22 nov. 2018

Chanson Plus BIfluorée: les maîtres queux de la parodie

 Après une "Cuvée spéciale" qui flattait généreusement les papilles, ces joyeux épicuriens remettent le couvert et nous invitent à partager un truculent festin avec "Chanson Plus Bifluorée...passe à table".
Une table dressée et mise en scène par Marinette Maignan.
Pour l'occasion, ils ont mis les petits plats dans les grands !
Outre quelques spécialités qui, à l'instar de la daube (rien à voir évidemment avec le terme péjoratif !) sont encore plus goûteux réchauffés, la carte affiche de nouvelles saveurs.
Arborant toques et tabliers, Michel Puyau, Sylvain Richardot, et Xavier Cherrier nous régalent de solides plats de résistance comme l'énergique et jazzy "Repas Boogie Wouah",  le lyrique "Con te partirò",  le cocasse "Grosse chignole de mes amours" (clin d'oeil à Luis Mariano), vantent les mérites des producteurs de poulets bios et du chocolat qui guérit....
Entre deux services, ces maîtres queux de la parodie s'amusent de la mode vegan, de la cuisine politique ou de la popote fiscale.
Après une séquence publicitaire (il faut bien payer le personnel !) consacrée à l'indispensable Sopalin, sur l'air de "Avoir un bon copain"  le trio  rend hommage aux victimes de l'attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo  avec une version bouleversante de la chanson de Brel "Quand on n'a que l'amour" qui devient "Quand on n'a que l'humour".
Une étape gastronomique qui se termine logiquement par l'un de leurs grands classiques "Moi je fais la vaisselle", détournement réussi du célèbre "J'ai encore rêvé d'elle" du groupe Il était une fois...
On ne va pas détailler ici toute la carte car elle est aussi généreuse que ces trois joyeux cuistots mais sachez tout de même que pour cet authentique repas de gala (avec apéro-gourmand offert à l'issue du spectacle) , la note est loin d'être salée puisque
(c) Armelle Périe
 la fourchette de prix se situe entre 24 et 34 € !
Il est donc vivement conseillé de réserver ses couverts ...

Jusqu'au 7 janvier 2019, le dimanche à 16 heures et le lundi à 20h30 (séances supplémentaires les 8, 15, 22, 29 décembre 2018 et 5 janvier 2019 à 18 h, le 24 déc. à 19h, le 25 déc. à 16h, le 28 déc. à 18h30 et le 1er janvier 2019 à 16 h), au Théâtre La Bruyère, 
5, rue La Bruyère, 75009 Paris. 
Locations au 01.48.74.76.99. et points de vente habituels. http://www.theatrelabruyere.com/

20 nov. 2018

Les bonnes ondes d'Arthur de la Taille

(c) Seb Farges
Il y a quelques jours sur la scène parisienne des Trois Baudets, cet artiste bordelais interprétait, seul avec sa guitare, quelques titres extraits de son premier album "Ministère des ondes", déjà consacré "coup de coeur" par l'Académie Charles Cros.
Une riche palette musicale avec des couleurs folk et pop, un soupçon d'influences latines pour faire plus exotique...
Difficile de résister au charme intemporel et au timbre de ce jeune auteur-compositeur qui s'interroge avec sensibilité et une certaine désespérance sur "les anges", les dérives du monde  ("Sans visa","On ne verra pas tout"), les amis qui partent ("Pour que tu reviennes")...
On peut aussi préférer (ce qui est notre cas) les chansons d'amour comme "l'Or des jours","Ma belle", "Ellie's Song" (dédiée à sa fille) qui lui ont inspiré de jolies rimes.

Après la belle aventure du duo de guitares Gadgé, celui formé avec sa soeur Clémence (Calame), Arthur de la Taille se lance dans l'aventure en solitaire.
"Quand est-ce qu'on part, qu'on met les voiles ? Faut qu'on essaie de larguer les amarres" demande-t-il dans la chanson "Changer d'air". On a bien envie de le suivre...

- album "Ministère des ondes" (L'Autre Distribution), disponible depuis le 19 octobre dernier.
Prochain concert le 6 décembre 2018 à Bordeaux (Le Caillou du Jardin Botanique).