19 juil. 2018

Le Festival du Périgord Noir célèbre la pensée visible

C'est assurément l'un des événements culturels les plus courus en Nouvelle Aquitaine. L'un des plus anciens aussi, puisque le Festival du Périgord Noir fête, cette année, sa 36ème édition.
Après avoir célébré les "Drôles de dames" et "Les musiques autour de Lascaux", Périgord Noir a choisi de mettre l'accent sur "La pensée visible". Une pensée véhiculée par des artistes de renommée nationale et internationale et de jeunes talents dans des répertoires classiques, baroques et jazz.

Camille & Julie Berthollet
(c) Simon Fowler
Dès le 25 juillet, rendez-vous sur la Terrasse de l'Amitié (Montignac-Lascaux) pour une soirée "Accord(s) Majeur(s)" avec l'orchestre roumain Romanasul, suivi du concert des prodiges du violoncelle et du violon, les soeurs Camille & Julie Berthollet, accompagnées au piano par Guillaume Vincent.
Outre la découverte de lieux du patrimoine situés dans les environs de la fameuse grotte de Lascaux, le public appréciera une affiche aussi ambitieuse qu'éclectique avec la projection du film " Les Misérables" de Henri Fescourt (1925) dans la cour du Château de Sauveboeuf, le récital Beethoven/Brahms du célèbre pianiste Nicholas Angelich, celui du jeune Justin Taylor (clavecin) et de Fahmi Alqhai (viole de gambe), l'Ensemble Diderot avec la soprano Mercedes Arcuri, un week-end "Jazz aux Fraux", réunissant le Gauthier Toux Trio & Quatuor, les élèves de la classe de jazz du Conservatoire de région de Bordeaux, les musiciens de l'HEMU Jazz Orchestra de Lausanne pour un moment musical consacré à Boris Vian, une "carte banche" aux lauréats du Concours de Genève et à ceux de la Fondation Safran pour la musique, "Il Trionfo del Tempo e del Disinganno", l'oratorio de G.F. Haendel, sous la direction artistique de Iňaki Encina Oyón, le violoncelliste Edgar Moreau et le pianiste Pierre-Yves Hodique (Ravel, Brahms, Schumann, Schnitke), le concert clavecin et orgue de l'Académie d'orgue de Sarlat 2018 (gratuit)...
Edgar Moreau (c) Julien Mignot Erato
Et pour les mélomanes en herbe, l'Association "Les P'tits loups" proposera un spectacle baroque intitulé "Dans le secret des fables" autour de Jean de La Fontaine.

Du 25 juillet au 12 octobre 2018. Réservation en ligne sur http://www.festivalmusiqueperigordnoir.com/ par téléphone au 05.53.51.61.61. et sur place Festival du Périgord Noir, 
Place Bertran de Born (RDC à côté de l'office de tourisme), 
24290 Montignac.

17 juil. 2018

Chansons & Mots d'Amou: de la gaieté, de la fantaisie et toutes ces sortes de choses...

(c) Yann Orhan
Sept ans déjà ! Un cap paraît-il symbolique lorsqu'on parle de mariage. Et il faut bien avouer que celui de la musique et de la littérature, célébré à Amou depuis 2012, connaît une embellie, chaque premier week-end du mois d'août.
L'an dernier, pas moins de 7500 personnes se sont pressées dans les arènes, le Jardin de Baighthosse, sous le chapiteau de la Técouère ou au kiosque à musique pour assister aux festivités.
Il y a bien sûr les témoins de la première heure, comme Marie-Christine Barrault,  marraine historique de "Chansons & Mots d'Amou", que l'on retrouvera (en compagnie de Simon Dalmais), dans des lectures musicales d'Erik Satie, Roland Dubillard et Pierre Desproges.
Et c'est Juliette qui a accepté d'être la marraine de cette nouvelle édition,  placée sous le signe de "la gaieté, la fantaisie et toutes ces sortes de choses".
Un thème qui sied parfaitement  au répertoire de cette artiste qui, depuis trente ans, a élevé la chanson populaire au rang d'art majeur. Au fil d'albums comme "Que Tal ?", "Irrésistible", "Assassins sans couteaux", "Rimes féminines", "Le festin de Juliette" ou encore "J'aime pas la chanson" , son dernier opus, Juliette n'a jamais caché son goût pour la dérision, même si la tendresse, la clairvoyance et des accents plus graves pointent volontiers le nez au détour d'un couplet.
En parlant de festin, cette épicurienne sera évidemment entourée de nombreux convives.
A(c) Franck Loriou
Tout d'abord, François Morel avec qui elle partage cette passion pour les rimes bien troussées et une incorrigible tendance à ne jamais se prendre au sérieux. Il présentera ici son spectacle : "La vie (titre provisoire)".
A l'affiche également: un "atelier de réparation de chansons" orchestré par Alain Sourigues & Mouchès, Emmanuel Urbanet (membre fondateur des Joyeux Urbains dans un concert baptisé "Le grand rouquin blanc", une composition théâtrale et musicale de Jeanne Plante, Victoria Delarozière, le facétieux Wally, le jazz band festif du Sunbelt, Boby Lapointe par Mathieu Boulet, un programme Alphonse Allais, Vialatte et Devos avec Nicolas Martel & Alexis Kune, "La partie à trois" d'Askehpug, Guillo et Genty, un bal des p'tits loups, des ateliers de chant et d'improvisation autour de Boby Lapointe... Sans oublier "Rocca, Wally, Rabelais... Cherchez l'intrus", histoire de clore, comme il se doit, ce "pantagruélique" programme.


Les 3, 4 et 5 août 2018, à Amou (Landes).Pass Festival 3 jours: 45 €, pass vendredi : 26 €
pass samedi : 35 € et pass dimanche à 20 €. Gratuit pour les moins de 12 ans.
Infos et billetterie sur le site http://www.chansonsetmotsdamou.fr/ 
et à l'Office de Tourisme d'Amou. 
Tél.: 05.58.89.02.25 - mailto:www.reservation@amoutourisme.com

9 juil. 2018

La grâce intemporelle de Mika Hary

(c)  Tamaz Karavan
Après une prestation remarquée à la Philharmonie de Paris lors d'un hommage à Barbara, cette jeune chanteuse originaire d'Israël était de passage à Paris, le 27 juin dernier, au Duc des Lombards, le temps de présenter son album "When Morning Comes". Un disque produit par Matt Pierson (Joshua Redman, Brad Mehldau...) dans lequel la chanteuse (et auteur) nous transporte, au gré de son timbre aérien et intense, aux frontières du jazz et de la pop. "A 16 ans, j'ai découvert les songwriters, à commencer par Joni Mitchell. Et là, tout un champ des possibles s'est ouvert pour moi" confie-t-elle en interview.
Un champ qu'elle cultive avec une rare délicatesse. Du lumineux "When Morning Comes" au mélancolique "Hope There's Someone" en passant par les lyriques envolées de "Im Glad We Had This Conversation", l'apaisant "Sunny Came Home" ou les accents envoûtants de "Nishmati", Mika Hary nous offre une impressionnante palette de nuances et d'émotions.
Sur la scène du Duc des Lombards, elle a également interprété, en français et en hébreu, de superbes versions de "La Dame Brune", de Georges Moustaki et de "Perlimpinpin"de Barbara. "Cette chanson m'a amenée à découvrir l'immense talent de Barbara, une chanteuse qui me fascine".
A l'évidence, entre Barbara et Joni Mitchell, ses références sont plutôt "classiques", mais l'artiste apporte à son tour de chant une grâce intemporelle, une touche de modernité, qui font songer à Feist ou Agnès Obel.
Ecouter Mika Hary, c'est un peu comme si l'on découvrait... le premier bonheur du jour !

" When Morning Comes" (BMG), disponible depuis mai 2018.

2 juil. 2018

L'été de Barbara Pravi

(c) YannOrhan
Le spectacle musical "Un été 44" a mis son talent en lumière et elle a sorti son premier EP (7 titres), quelques jours à peine avant le 21 juin. La saison porterait-elle bonheur à Barbara Pravi ?
Ce qui est sûr, c'est que cette jeune artiste rayonne littéralement sur scène. On ne s'étonnera pas davantage que son concert du 28 juin dernier, célébrant la sortie du disque, se soit déroulé dans un théâtre parisien baptisé "Les Étoiles" !
"Je n'ai pas échappé à la règle qui veut que l'on raconte sa vie dans un premier album" confie Barbara, au début de son tour de chant.
Une vie faite de petits et grands bonheurs, de drames aussi. Comme ce titre "Mal-amour" dans lequel elle parle de la violence faite aux femmes, "de ces coups qu'on prend pour des caresses". Un sujet sensible et douloureux qu'elle aborde sans pathos, avec des mots qui touchent droit au coeur. Et lorsqu'elle évoque sa calamiteuse histoire avec un dénommé "Louis", elle ne manque pas de le remercier... puisqu'il lui a tout de même inspiré sa première chanson d'amour !
Entre deux confessions pudiques, Barbara se souvient également de ses étés insouciants au bord de la mer avec "Saint-Raphaël", de ses petits boulots ("Je sers") tout en nous invitant à savourer "L'automne avant l'heure". Et elle nous fait fondre de tendresse pour "Déda". Son grand-père à qui elle dédie cette belle déclaration d'amour.
Depuis ses débuts la demoiselle a gagné en assurance et prend un plaisir de plus en plus évident à partager ses émotions sur scène. Une aisance acquise sans doute lors de la tournée effectuée en première partie de Florent Pagny. Les fans de ce dernier s'étaient d'ailleurs déplacés pour l'applaudir. La chanteuse affiche en effet un subtil mélange de modernité et de classicisme qui rassemble toutes les générations. Modernité dans les textes, la voix, les mélodies pop ou quand elle revisite en le féminisant (avec la complicité de Tomislav Matosin) le titre "Kid", d'Eddy de Pretto. Mais elle a aussi cette approche du métier "à l'ancienne", tout en humilité et en générosité, privilégiant la complicité avec le public.
Alors, quand elle offre quelques pas de claquette avant d'interpréter, en rappel, l'entraînant "Pas grandir", on se dit que Barbara Pravi a décidément tout d'une grande !

EP (Capitol Music France/Universal), disponible depuis le 15 juin 2018.

25 juin 2018

Olivier Maille: "Ce qui me guide, c'est l'envie !"

Olivier Maille (à droite)
(c) 2018, Air Wings Publishing-Cyrille Janssens
Il a remisé sa robe d'avocat, spécialisé dans le droit du travail, pour coiffer les casquettes d'auteur, metteur en scène et accessoirement comédien.
Du barreau aux planches, Olivier Maille a franchi le pas, avec succès, en signant des comédies drôles et pertinentes, à l'image de sa dernière création "Don Juan est une femme".
Un spectacle présenté à Paris au Théâtre du Gymnase puis aux Feux de la Rampe et qu'il jouera cet été au Festival off  d'Avignon aux côtés de Raphaelle Lenoble, Fanny Lucet, Hubert Myon et Mathieu Coniglio. Rencontre avec un passionné qui plaide aujourd'hui en faveur de l'humour au second degré...

Comment passe-t-on du métier d'avocat à celui d'auteur pour le théâtre ?
Je n'ai jamais cherché le succès et la célébrité. Ce qui me guide, c'est l'envie.
C'est vrai que tu as commencé à écrire des comédies, par pudeur ?
En fait, je ne voulais pas retomber dans les problématiques  auxquelles j'avais été confronté lorsque j'étais avocat. Il y a plusieurs formes d'humour mais, en ce qui me concerne, je suis incapable de faire du premier degré. J'ai toujours préféré les archétypes aux stéréotypes. Dans mes pièces, il n'y a pas de méchants, j'écris plutôt sur les loosers ! J'étais touché par Pierre Desproges parce qu'il avait trouvé un truc incroyable, c'est qu'on pouvait être incisif et bienveillant.
Quelle était ta motivation lorsque tu as imaginé la pièce "Don Juan est une femme" ?
J'aimais l'idée d'être un homme qui écrit "Don Juan est une femme" ! Je voulais aussi démontrer que tout cela est un faux débat et qu'il est difficile de défendre l'absence de point de vue. On en veut à l'autre parce qu'on est mal dans sa peau de femme et inversement. On ne cible pas le mal au bon endroit. Dans cette pièce, tous les personnages sont malheureux et ils expriment leur souffrance.
Sur internet, un spectateur affirme que ce spectacle est la preuve que le rire n'est pas l'ennemi de la subtilité. Cela t'inspire quoi ?
Je l'ai lu et ça me touche bien sûr, même si je n'ai pas de prétention. Je laisse au public la liberté de trouver ce que j'ai envie de raconter.
Tu as abordé des thèmes plus graves comme l'esclavagisme ?
Oui avec "Chats Noirs, Souris Blanches". Et je songe à un spectacle sur les sans-papiers. C'est compliqué, en tant qu'auteur, de savoir si tu veux faire réfléchir ou sourire. Nous sommes comme les anciens bouffons du roi, notre fonction est de divertir.

Tu auras combien de pièces au Festival off d'Avignon, cet été ?
L'an dernier, j'en avais 3 et cette fois, il y en aura 5: "Don Juan est une femme", "Chats Noirs, Souris Blanches", "Absolutely pas fabuleuses", "La vie rêvée des autres" et "Couple: les dix commandements". 
Tu seras également sur scène ?
Oui, je reprends le rôle de Benjamin dans "Don Juan est une femme". Ce n'est pas évident d'être à la fois auteur, metteur en scène et comédien. Je dis toujours que si je ne trouve pas de meilleur comédien, je joue. Donc, je joue rarement !

"Don Juan est une femme", du 6 au 29 juillet 2018, à 21h30, au Théâtre Alizé, 15, rue du 58ème Régiment d'Infanterie, 84000
Avignon. Tél.: 04.90.14.68.70. 
Et du 11 octobre au 29 décembre 2018, les jeudis, vendredis et samedis à 21h30, au Théâtre Clavel, 3, rue Clavel, 75019 Paris. Tél: 09.75.45.60.56.

19 juin 2018

Musée Sacem: l'histoire du patrimoine et de la création en un clic !

Exposition "Les femmes dans la création musicale"
(c) Musée Sacem
"Nous avons une longue histoire et une légitimité et, assez curieusement, nous n'avions pas de mémoire" confiait le compositeur Jean-Claude Petit (Président du Conseil d'Administration), il y a quelques jours, lors de la conférence de presse pour le lancement du Musée Sacem (Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique).
Un musée en ligne, entièrement gratuit, donnant accès actuellement à plus de 3000 archives (1000 à 3000 documents supplémentaires seront numérisés, chaque année).
Plus besoin de baguette pour trouver la source d'une oeuvre ni de tamis pour extraire les pépites de notre patrimoine ! Il suffira désormais d'un clic sur http://musee.sacem.fr/
Un site, généreusement illustré de photographies et de documents rares, voire inédits, qui se présente en quatre parties: "Nos archives", "Nos expositions", "Nos chroniques", "A propos" et un parcours s'effectuant par lieu, par date (au moyen d'une frise chronologique) et par créateurs.
Couverture de partition
"J'ai deux amours"
(c) Editions Francis Salabert/Fonds Sacem
Au fil de vos déambulations dans ce musée virtuel, vous pourrez entrer dans les coulisses de la création, découvrir des partitions, des anecdotes, des courriers, des formulaires d'examen d'entrée, des textes de chanson, des poèmes, des podcasts et vidéos, des expositions sur les thèmes: "Mai 68, de la révolte à la légende", "Du vinyle à internet, mille et une façons d'écouter la musique", "Les femmes dans la création musicale"... 
Parmi les documents qui feront le bonheur des mélomanes et des curieux: un télégramme de Giuseppe Verdi à la Sacem, l'examen d'entrée de Georges Brassens, un courrier d'Edith Piaf demandant à repasser son examen, des lettres de Boris Vian, la partition de "Aux armes et caetera" de Serge Gainsbourg, la couverture de la partition "J'ai deux amours", chanson interprétée par Joséphine Baker, la feuille de timbres du film "Les tontons flingueurs"...
Courrier d'Edith Piaf demandant
à repasser son examen
(c) Fonds Sacem
La liste est évidemment très longue puisque la Sacem, fondée en 1851, compte aujourd'hui 164 840 membres ( dont 20 012 créateurs étrangers issus de 166 nationalités) et représente plus de 121 millions d'oeuvres du répertoire mondial. Des oeuvres regroupant toutes les formes musicales jazz, chanson française, musiques de films et contemporaines, hip-hop, rap, world... mais aussi des répertoires destinés au jeune public, du doublage-sous titrage, de la poésie et de l'humour.
Une véritable histoire de la création qui devrait s'enrichir de nouveaux chapitres comme des contenus multimédias pour accompagner les internautes dans une visite plus immersive, un moteur de recherche, une interaction avec les utilisateurs, l'intégration de salles en réalité virtuelle, des animations sous forme de "carte blanche à..." ou encore la création d'un "coin des passionnés".



15 juin 2018

Fête de la Musique 2018

Le graphisme et les couleurs de l'affiche de cette nouvelle édition, ne feront pas forcément l'unanimité... mais rien ne saurait gâcher la fête créée, il y a 37 ans, par Jack Lang.
Deux nouveautés cette année: une "Fête de la Musique à l'école" destinée à mettre en valeur les projets musicaux et encourager la participation des établissements scolaires et six concerts en régions organisés par le Ministère de la Culture qui affiche ainsi sa volonté de "décentraliser" cette journée du 21 juin. Des concerts qui remplacent le traditionnel rendez-vous dans les jardins du Palais-Royal de Paris et se dérouleront dans six villes représentatives de la diversité du territoire, avec la participation de centres musicaux ruraux, de groupes locaux, des "Concerts de Poche" et d'artistes consacrés.
A l'affiche: le duo Amadou & Mariam à Château-Arnoux-Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence), Dani Terreur à Château-Thierry (Aisne), Palatine et Dominique A à Verdun (Meuse), VSO avec le youtubeur Maxenss et Jeanne Added à Marsillargues (Hérault), Metro Verlaine et Sanseverino à Pacy-sur-Eure (Eure), le guitariste et songwriter Omara "Bombino" et l'Orcheste National de Barbès à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).
Autres temps forts: la soirée FIP (depuis le Rocher de Palmer) avec Touré Kunda, l'ouverture du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux pour des visites musicales proposées par le Conservatoire, Ricard Live Music qui investit pour la première fois le Parc de la Villette avec un grand concert gratuit réunissant Clément Bazin, DBFC et MNNQNS ou encore la soirée France Inter à l'Olympia avec Eddy de Pretto, Camille, Ben Harper, Angèle, Jain...
Et bien sûr toutes les initiatives à découvrir, au hasard de vos déambulations sur le bitume de Paname, en province et même à l'étranger puisque des villes comme Vancouver, New York, Berlin, Tokyo, Conakry, Kuala Lumpur...se sont mises au diapason de cette Fête de la Musique.

Infos sur le site http://www.fetedelamusique.fr/