30 sept. 2019

L'affaire Moussorgski: une turbulente récréation musicale

(c) Vincent Deaubonne
Présenté il y a quelques jours à la Cité de la Musique (Philharmonie de Paris), ce conte jazz s'inspire de l'oeuvre "Les tableaux d'une exposition" de Modest Moussorgski (musicien russe et petit-fils du célèbre compositeur). Dix pièces pour piano dont chacune fait référence à un tableau du peintre Viktor Hartmann. 
Des tableaux aujourd'hui égarés ou détruits mais dont les titres servent ici de fil conducteur.
L'histoire débute dans un musée de Saint-Pétersbourg. Modest, le gardien, s'est assoupi et, à son réveil, il constate la disparition de dix tableaux. Il décide alors de se lancer à leur recherche...
Entouré de quatre talentueux musiciens de l'Orchestre Les 5000 doigts du docteur K (Alain Pierre à la direction musicale, à l'écriture, aux compositions et arrangements, aux saxophones et à la flûte, Jean-François Vincendeau à la contrebasse, Bertrand Dabo à la batterie et Thomas Mayeras au piano et aux arrangements), Modest entame une course-poursuite qui le conduira aux États-Unis, au jardin des Tuileries, dans les catacombes de Paris ou sur un marché à Limoges. Des étapes illustrées par des projections d'images et de dessins.
Sur sa route, il croise la sorcière Baba Yaga et  Mephistophélès, un ballet de poussins dans leur coque, le peintre Marc Chagall... On aurait presque envie que les personnages s'échappent de l'écran pour s'animer sur scène... 
Les enfants, à partir de 8 ans, suivront avec intérêt les aventures (et mésaventures) de ce drôle de gardien (joué par Olivier Clenet) qui ne sait vraiment plus où donner de la casquette et dont l'accent russe est plutôt divertissant.
(c) Vincent Deaubonne
Quant aux musiciens, ils accompagnent à merveille cette rocambolesque "Affaire Moussorgski".
Une turbulente récréation musicale... et picturale (de la Compagnie À Toute Vapeur) qui devrait séduire un large public. 

En tournée: le 23 octobre 2019 au Théâtre d'Angers et le 7 février 2020, Espace Capellia à La Chapelle sur Erdre (44)

Jean Guidoni pour un soir à l'Européen

(c) Chloé Jacquet
On aime ses albums évidemment, mais Jean Guidoni fait partie de ces artistes qui donnent leur pleine (dé)mesure sur scène.
Qu'il chante Jacques Prévert, Pierre Philippe,  Allain Leprest... ou ses propres mots, il  n'a pas son pareil pour installer un climat, bousculer les âmes bien-pensantes ou nous faire frissonner en nous embarquant dans un vertigineux "Grand huit" d'émotions.
Trop rare à Paris, il revient pour un unique concert, dans une salle qu'il affectionne.
L'occasion d'entendre, en live, des titres de son dernier opus "Légendes urbaines" sur des musiques de son complice Didier Pascalis (voir le 4 avril 2017 sur ce blog) mais aussi, sans doute, quelques succès d'hier comme "Y'a un climat", "Je pourris camarade", "Djemila" ou "Mort à Venise", qui n'ont pas pris une ride...

Le 26 novembre 2019, à 20 heures, à l'Européen, 
5, rue Biot, 75017 Paris. Prix, 27,30 €. 
Tél. 08.92.68.36.22. Loc. points de vente habituels. Infos sur le site http://www.leuropeen.paris/

27 sept. 2019

Dido et Catherine Ringer en concert gratuit pour "Herose"

A l'occasion de ses vingt-cinq ans et du lancement d'Octobre Rose, la campagne annuelle de lutte et de sensibilisation contre le cancer du sein, l'Association "Le Cancer du Sein, Parlons-en !" organise, le 1er octobre prochain, avec RTL2, une soirée exceptionnelle, à la Fontaine du Trocadéro, face à la Tour Eiffel.
Baptisé "Herose", un clin d'oeil au fameux Ruban Rose et à tous ceux  qui se battent contre la maladie, l'événement débutera dès 19 heures avec le DJ RLP, suivi d'une illumination en rose de la Tour Eiffel (en présence de personnalités qui soutiennent la cause) et enfin, à 20h30, grand concert en plein air avec les chanteuses Dido et Catherine Ringer.
En début de soirée, des bénévoles passeront dans la foule pour récolter des dons. Cette année, pas moins de 730 000 Euros seront ainsi distribués par l'Association, à six projets de Recherche, lauréats de ses prix Ruban Rose.

L'évènement est gratuit mais il est impératif de réserver via le lien billetterie : concertherosebyrtl2
ou sur http://www.cancerdusein.org/


26 sept. 2019

"Vibrations" au Palais des Papes

Pour la seconde année consécutive, le show "Vibrations" a investi l'historique Cour d'Honneur du Palais des Papes à Avignon.
Vous l'avez raté ? Pas de panique puisqu'il est encore visible jusqu'au 12 octobre prochain. Visible et audible car cette immersion à 360° fait appel aux techniques les plus sophistiquées en matière d'images et de sons.
Un spectacle orchestré par  des magiciens du genre: Cookies Production, une société spécialisée dans le 3D Mapping (qui a notamment mis en lumières les hôtels de ville d'Epernay, de Marseille, de Vincennes et le Théâtre de Nice) et par Spectaculaires et les Allumeurs d'Images dont le travail a déjà sublimé les cathédrales de Nantes, Bayeux, Chartres, la Fête des Lumières de Lyon, l'Umaid Palace de Jodhpur en Inde...
Cette année, le fil rouge est représenté par un papillon survolant les 11 tableaux dont deux nouveautés: les Vibrations de la ville et les Oliviers du Palais.
Pas moins de 14 projecteurs sont dirigés simultanément sur les 4 façades de la Cour d'Honneur, tandis que le son est diffusé en 16.1.
"La beauté est dans l'oeil de celui qui regarde" affirmait Oscar Wilde. Une citation qui illustre parfaitement cette mise en valeur de notre patrimoine.

Jusqu'au 12 octobre 2019, à Avignon. Prix: 12 € et tarif réduit à 10 € (gratuité pour les enfants de moins de 8 ans). Loc. points de vente habituels et sur les sites http://www.avignon-vibrations.com/ et http://www.avignon-tourisme.com/
Infos à l'Office de Tourisme d'Avignon, tél.: 04.32.74.32.74.

25 sept. 2019

Arthur Ely: 3 lettres qui en disent long...

(c) 2L2T
Avec sa gueule d'ange, ses cheveux en pétard et son apparente désinvolture, il dégage un charme certain...et il en joue ! Rappeur féru de chanson française, à moins que ce ne soit l'inverse, avec en prime quelques touches d'électro, Arthur Ely intrigue autant qu'il séduit.
Pour preuve, son premier album intitulé "En 3 lettres" dans lequel ce jeune artiste de 23 ans, originaire de Strasbourg, semble prendre un malin plaisir à brouiller les cartes. Pas sûr qu'on se lancerait contre lui dans une partie de poker !
Mais, au fil de titres comme "Seul à ma fête", "Mayday", "Le temps" ou "Soleil",  on sent poindre la mélancolie, l'exaltation, la crainte du temps qui passe, la soif de liberté...Confidences d'un jeune homme de 23 ans qui se sent à côté de sa génération, comme il le chante dans "Panorama" ?
Renonçant (suite à un accident) à ses rêves de devenir tennisman, Arthur Ely a quitté Strasbourg pour conquérir Paris. Une quête qui passera par les bars de la capitale: "Séduire trente personnes qui sont en train de bouffer, avec juste une voix et une guitare acoustique, c'est chaud" se souvient-t-il.
Quant à ses références, elles vont de Jimi Hendrix à Django Reinhardt, en passant par Balavoine. Autant dire que la palette est large, tout comme sa tessiture qui passe avec aisance du grave à la voix de tête.


Prix "Coup de coeur des Francos", cet été à La Rochelle, Arthur Ely se verrait bien dans le costume d'une rock-star. En attendant, il inscrit son nom parmi ceux des jeunes talents à suivre. Avec 3 lettres seulement...

- album "En 3 lettres" (Soixante Sept Mille/Sony Arista), disponible depuis le 20 septembre dernier.
- En concert le 27 novembre 2017, à 19 heures, au Théâtre Les Étoiles, 61, rue du Château d'Eau, 75010 Paris. 
Tél.: 01.42.47.16.56. http://www.lesetoiles.paris/

24 sept. 2019

Soprano fait son entrée au Musée Grévin

(c) Virginie Ribaut
Il y avait foule, jeudi dernier, pour saluer l'entrée du rappeur marseillais dans le célèbre musée, deux jours avant son concert à l'Arena La Défense de Nanterre.
Une sculpture de Stéphane Barret, qui trônera non loin de celles d'Elton John, de Jimi Hendrix mais aussi d'Edith Piaf, dans le nouvel espace dédié à la musique.
Une consécration évidente pour les membres de l'Académie Grévin présidée par Stéphane Bern.
 Depuis ses débuts au sein du groupe Psy4 de la Rime, jusqu'à ses récents albums "L'Everest" (plus de 800 000 exemplaires vendus) et "Phoenix" (déjà triple platine), l'artiste marseillais (d'origine comorienne) a enchaîné les succès.
 Au cours de l'hommage rendu par ses copains d'enfance, venus en nombre et en famille, on entendait les mêmes mots: respect, droiture, bienveillance... Tandis que dans le reportage diffusé durant la cérémonie (en présence de sa famille, de ses amis, de l'ambassadeur des Comores Mohamed Soulaïmana...), Soprano confiait notamment que l'important est le chemin que l'on prend pour arriver...Le sien l'a conduit au Musée Grévin où les 700 000 visiteurs annuels pourront saluer un artiste qui tient une place particulière dans le coeur du public.

Musée Grévin, 10, boulevard Montmartre, 75009 Paris

23 sept. 2019

Ah ! Félix: une loufoque épopée

(c) Edouard Richard
Pour entrer dans ce spectacle imaginé et mis en scène par Sonia Bester (avec Isabelle Antoine), il faut laisser aux oubliettes tous ses a priori !
On cherchera en vain une appellation. Théâtre ? comédie musicale ?  Farce ?
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)",  est un peu tout cela et plus encore. Une loufoque épopée hors du temps et des codes dont les textes sont signés Sonia Bester et Jean-Luc Vincent (sauf improvisation et libre adaptation de Salomé d'Oscar Wilde).
Le propos ? Un moine baptisé Félix aurait découvert à Alexandrie, à la suite d'une vision, la tête de Saint Jean-Baptiste et aurait reçu l'ordre de l'emporter en Aquitaine...Voilà pour le cadre, qui vole bien vite en éclats devant la fantaisie des situations et des personnages.
Sur scène, deux musiciens et chanteurs (Stéphanie Acquette et Vincent Mougel) accompagnent les joyeux protagonistes: il y a Adémar (Jean-Luc Vincent), impayable dans le rôle du gourou, un moine athée incarné par JP Nataf et enfin Diane Bonnot campant successivement la prof de catéchisme et la princesse Salomé.
Dès l'apparition de cette dernière, cette échappée en roue libre prend encore une nouvelle dimension et les spectateurs sont manifestement aux anges. Excellente comédienne, son tempérament volcanique lui permet de discipliner les répétitions de ses ouailles qui partent totalement en vrille.
(c) Simon Gosselin
La voix off est celle de Philippe Katerine et les musiques empruntent à la pop, aux Beach Boys ou à Richard Strauss, sur des arrangements et compositions de Simon Dalmais, Vincent Mougel et JP Nataf. Quant aux choeurs, ils sont joliment assurés par Les Voisins du Dessus.
Si vous aimez les univers déjantés, on vous promet quelques beaux éclats de rire...

Les 7, 8 octobre et 4, 5 novembre 2019, à 19h30, Église Saint-Eustache, salle des colonnes (entrée par le 4 Impasse Saint-Eustache), 75001 Paris. 
En tournée: les 3 et 4 décembre 2019 à Alençon (Scène Nationale 61), le 5 décembre 2019 à Flers (Scène Nationale 61). Loc. Points de vente habituels. Infos sur mailto:compagnie@madamelune.com

20 sept. 2019

Jazz sur Seine : 8ème édition

On dit volontiers que Paris est la seconde capitale du jazz. Une évidence, quand on découvre le programme que nous réserve cette nouvelle édition de "Jazz sur Seine". Une musique qui s'enrichit d'une large palette de couleurs: blues, funk, latino, électro...
Durant plus de deux semaines, pas moins de 180 concerts seront  proposés dans 25 clubs parisiens et en Île-de-France. Ainsi que des master-classes, des ateliers de sensibilisation auprès des jeunes scolaires et un atelier de Musicothérapie par le jazz.
Impossible de citer ici le nom de tous les musiciens participant à l'événement (ils seront 450 cette année !). On se contentera donc de vous titiller un peu en annonçant d'ores et déjà Peter Bernstein Quartet (featuring Sullivan Fortner, Leon Parker & Doug Weiss) au Sunside, Emmanuel Borghi Trio avec Pierrick Pedron
 (Triton),  Kelylee Evans (New Morning), le Django Festival Allstars, Blanchard-Schmitt-Beier (Jazz Café Montparnasse), Andy Emler & Guests (au studio 104 de la Maison de la Radio),   André Ceccarelli "West Side Story" (Baiser Salé), Paris Combo (Jazz Café Montparnasse),  Kyle Eastwood (Espace Carpeaux), Steve Coleman and Five Elements (New Morning), Emmanuel Bex Trio "50 Nuances de Blues" (Triton), Géraldine Laurent Quartet (Sunset hors les murs/ New Morning), Franck Avitabile Trio (Duc des Lombards),  Michele Hendricks Quintet (Sunside), Anne Ducros Trio avec A. Moignard & D. Imbert (Sunside) ...

Bakos (DR)
Lou Tavano (DR)
Et le 15 octobre, la fameuse soirée showcases,en partenariat avec l'Adami, pour partir à la découverte d'une vingtaine de projets d'artistes à suivre (Lou Tavano, Bakos, Obradovic-Tixier duo, Antiloops, Bloom, Plume, Oxyd avec Magic Malik....).
Un rendez-vous incontournable pour les programmateurs, les producteurs et les tourneurs, toujours à la recherche de nouveaux talents (entrée gratuite pour le public).

Organisé par Paris Jazz Club, le réseau des lieux de Jazz de Paris & Île-de-France, ce festival atteste de la grande richesse du jazz. Une richesse accessible à tout puisque, cette année encore, le pass 3 concerts est à 40 € et l'offre découverte à 10 €.

Du 11 au 26 octobre 2019. Infos sur le site http://www.parisjazzclub.net/

16 sept. 2019

Thomas Fersen: mini-concert gratuit à la Fnac Saint-Lazare

Depuis "Le bal des oiseaux", on piaffe d'impatience à l'idée de découvrir les nouvelles fables de Thomas Fersen. Des histoires poétiques, tendres et farfelues qui parlent d'un improbable coup de foudre entre un parapluie et une chauve-souris, des ronds de carotte, de pingouins, de Dracula...
Cette fois, avec "C'est tout ce qu'il me reste" (dans les bacs le 27 septembre), il nous conte les  mésaventures d'un élève de troisième. A découvrir lors du mini-concert qu'il offrira le 28 septembre 2019, à 16 heures, à la Fnac Saint-Lazare. 
Un événement gratuit et libre d'accès, dans la limite des places disponibles.

Passage du Havre,
109, rue Saint-Lazare, 75009 Paris.
                                                                                                                                                                                                                      

François Staal célèbre "L'En-vie" au Trianon

"J'aime m'amuser avec les mots" confiait François Staal lors de la sortie de son précédent album "L'incertain" (voir le 21 novembre 2016 sur ce blog). Des mots que ce poète habille de rock, tout en poussant toujours plus loin l'exploration de nouveaux sons.
Comme dans "L'En-vie" (sous-titré "Passants nous sommes"), un album enregistré "à l'ancienne", en immersion avec ses musiciens (The Black Doves), dans le mythique studio du Manoir de Léon.
Cette fois encore, il nous embarque dans son univers à la fois sombre et lumineux, avec des titres comme « Flamboyants », « Rien ne s’est passé »  ou «Les ciels immenses » (feat Karen Lano).
A découvrir sur la scène du Trianon où il fêtera la sortie de ce huitième opus. Avec, en première partie, la chanteuse Marine Bercot.
Si "l'En-vie" vous prend...

Le 28 septembre, à 19h45, au Trianon, 80, boulevard de Rochechouart, 75018 Paris. Prix: de 9,90 € à 16,60 € (carré or à 26,60 €). 
Tél.: 01.44.92.78.05. Loc. points de vente habituels.
http://www.letrianon.fr/

13 sept. 2019

"Quand l’amour des notes...", une musicomédie douce-amère

L'amour est un sujet inépuisable... Mais il est souvent compliqué d'apporter une nouvelle pierre à ce fragile édifice. L'originalité de ce spectacle, écrit et mis en scène par Céline Devalan est de mêler théâtre et chansons.
Une "musicomédie", interprétée par le groupe Serge Para (guitares, claviers et saxophones) et quatre comédiens (Céline Devalan, Mélanie Devalan, Mélisandre Meertens et Anthony Courret).
Trois femmes et un homme qui s'interrogent sur le sentiment amoureux. L'une le voit comme un truc magique, une révélation, une autre le considère comme une erreur, voire une maladie tandis que la troisième n'y croit pas du tout. L'homme se demande surtout comment il va annoncer à sa femme qu'il veut la quitter...
Entre questions existentielles, besoin de se prouver qu'on peut encore séduire, lassitude, plans drague et crêpage de chignon sur scène, les acteurs nous invitent à entrer dans ce grand jeu de l'amour et du hasard. Un jeu parfois excessif.
Quant aux chansons, elles ont le charme suranné des amours d'hier.
Dans la salle, le public ne boude pas son plaisir de partager ces joutes verbales et musicales qui, à défaut de résoudre le grand mystère de l'amour, nous font passer quelques jolis moments.

Jusqu'au 5 octobre 2019, tous les samedis à 21h30, au Théâtre Essaïon, 6, rue Pierre au Lard, 75004 Paris. Tél.:  01.42.78.46.42.
Prix: 25€ et tarif réduit à 18 €. www.essaion-theatre.com



"Rêves de Gosse": un concert exceptionnel au Théâtre des Champs-Elysées

(c) "Théâtre des Champs-Elysées"Auguste Perret, UFSE,Saif, 2019
Depuis 1996, l'Association "Les Chevaliers du Ciel" s'efforce de changer le regard sur le handicap et la différence, en organisant des événements destinés à sensibiliser un large public.
Comme ce concert, le 9 octobre prochain, en présence des parrains Véronique Jannot et José Garcia. Pour l'occasion, ce dernier endossera le costume de Monsieur Loyal.
Sur scène, c'est l'Orchestre d'Harmonie de la Musique de l'Air, dirigé par Claude Kesmaecker, qui accompagnera les nombreux participants: Olivia Ruiz, Patrick Fiori, Ben l'Oncle Soul, Julie Zenatti, Yves Lecoq, Daniel Guichard, Incantèsimu, Félicien Brut, Guito'B, Gilles Arcens, Thierry Cojan, Angelina et Pierre Rivet.

Le 9 octobre 2019, à 20 heures, au Théâtre des Champs-Élysées, 
15, avenue Montaigne, 75008 Paris. Tél.: 01.49.52.50.50. 
Prix: de 20 à 60 €. Loc. points de vente habituels. 
Infos sur le site http://www.revesdegosse.com/tce.

10 sept. 2019

"Entretiens d'embauches et autres demandes excessives" ou l'univers impitoyable du monde de l'emploi

(c) Photo Lot
Déjà présenté lors de festivals et au Théâtre Déjazet notamment,  le spectacle "Entretiens d'embauches et autres demandes excessives" a séduit un large public (voir sur ce blog le 30 janvier 2017). Il faut dire que les situations, parfois ubuesques, rappelleront sans doute quelques souvenirs à bon nombre d'entre nous !
Un succès qui doit beaucoup au texte et à la mise en scène inventive d'Anne Bourgeois. Et surtout au jeu de Laurence Fabre, qui porte le spectacle de bout en bout.
En un peu plus d'une heure, la comédienne se met quasiment à nu pour nous faire partager ses rêves de petite fille, ses espoirs, ses désillusions et les embûches (questionnaires absurdes, employeurs misogynes, tentatives de déstabilisation...) rencontrées pour décrocher un entretien. Voire même un CDI,  si affinités...
Un "seule en scène" émouvant, drôle, grinçant et terriblement d'actualité.

Jusqu'au 14 janvier 2020, les lundis et mardis à 21h (relâches les 24 et 31 décembre), au Théâtre Essaïon, 
6, rue Pierre au Lard, 75004 Paris. 
Tél.:01.42.78.46.42. Prix: 25 € et tarif réduit à 18 €.


9 sept. 2019

Fabien Martin: "En amour, il faut apprendre l'impermanence des choses..."

(c) Mike Ibrahim
Depuis "Ever Everest", sorti en 2004, ses productions se comptent à peine sur les doigts d'une main. Fabien Martin n'est pas un homme pressé. Pas un boute-en-train non plus ! Chez lui, l'humour est toujours sous-jacent,  tout comme les sentiments que cet auteur-compositeur décrit avec pudeur.
Son nouvel opus ".aMour(s) aux sonorités pop, a été entièrement enregistré dans l'intimité de son studio. Des chansons entrecoupées d'extraits de "Scènes de la vie conjugale" d'Ingmar Bergman qui racontent la naissance et la fin d'une histoire d'amour.
De "Nina Myers" (référence à l'un des personnages de la série "24 heures chrono") à "L'amour serait presque parfait" en passant par le subtil et poétique "Nuages", Fabien Martin nous livre sans doute son disque le plus personnel. Le plus exaltant aussi...


Peut-on parler d'album-concept, même si le terme est parfois galvaudé ?
Un concept fait appel à la création et cet album est tout sauf une création. Je ne me suis pas levé un matin en me disant je vais faire un disque. La plupart des chansons étaient déjà là. Je suis juste allé les chercher.
On a pourtant l'impression qu'elles ont été écrites et composées pour ce projet ?
Cela tient à la réalisation. Le son a été fait en un mois et tout a été enregistré avec les mêmes musiciens. J'avais en tête les images de ce film avec Rosanna Arquette où l'on voit des enfants grandir, sous l'oeil du même réalisateur. En amour, il faut apprendre l'impermanence des choses. Écrire permet de faire remonter des souvenirs, des envies. C'est un peu comme une autopsie. On voit que l'amour est là mais il est un peu mort. L'idée est de trouver comment il est mort...
Pourquoi as-tu choisi ces extraits de "Scènes de la vie conjugale" de Bergman ?
Pour être franc, j'avais une autre idée au départ mais c'était compliqué alors que lorsque je me suis adressé à la Fondation Bergman, j'ai obtenu les droits en quelques semaines. Finalement, je trouve que ça colle bien parce que c'est un vrai dialogue.
Dans l'intermède "Lola pleure", c'est ta fille que l'on entend, non ?
Oui. J'étais en train d'enregistrer des maquettes et ma fille qui avait 6 mois s'est mise à pleurer. J'ai retrouvé la maquette. Je n'ai pas recréé ce moment, il était là.
Est-ce que "a.Mour(s) puise dans une histoire personnelle ?
Il n'y a pas tout moi... mais tous les sentiments sont vrais ! Ce que j'ai écrit me correspond, même si je n'ai pas tout vécu. Ce qui est propre à chacun, c'est la manière de ressentir et de vivre les mêmes situations. Je n'ai pas écrit cet album pour crier ma douleur. C'est juste un point de vue, un angle.

Tu as volontairement composé des musiques plutôt enjouées ?
Je ne voyais pas l'intérêt de rajouter du noir sur du gris !
Même si le propos est pessimiste, on sent qu'il n'est jamais totalement désespéré ?
Peut-être que l'amour commence quand il n'y a plus de passion ? Que c'est juste un truc organique et chimique. Dans ma vie, je suis davantage dans le ressenti que dans l'analyse.
Il faut faire confiance à la vie. Je ne fais jamais d'album sans espoir. La fin d'une histoire, c'est forcément le début d'une autre...

- album ".aMour(s) (Littoral Records/L'Autre Distribution), disponible le 20 septembre 2019.





Une rentrée pétillante avec les Swinging Poules

Du Grand Point Virgule à l'Alhambra en passant par le Théâtre de l'Essaïon, les Swinging Poules ne cessent d'étendre leurs terrains de jeux.  Mieux, elles jouent les prolongations !
Une aubaine pour ceux qui ceux qui abordent cette rentrée avec un brin de vague à l'âme.
Après le succès de leurs "Chansons synchronisées" au début de l'année (voir le 22 mars 2019 sur ce blog), Florence Andrieu, Charlotte Baillot et Caroline Montier, toujours accompagnées de leur fidèle pianiste Philippe Brocard, reviennent donc pour vous faire (re)découvrir quelques standards et pépites du répertoire.
Des demoiselles pétillantes d'humour et de talent, qui n'ont pas leur pareil pour vous donner envie de swinguer dans votre fauteuil avec des refrains comme " La drague pour les nulles", "Je suis irrésistible" ou "Il fait trop beau pour travailler"...

Le mercredi à 21h et le jeudi à 21h30, jusqu'au 21 novembre 2019, à l'Essaïon, 6, rue Pierre au Lard, 
75004 Paris.
Tél.: 01.42.78.46.42. Loc. points de vente habituels. http://www.essaion.com/ 

4 sept. 2019

Alain Bashung: un concert-hommage au Grand Rex

En 1987, Alain Bashung s'était produit au Grand Rex et il projetait d'y revenir pour fêter la sortie de son dernier album "Bleu pétrole". Il était donc symbolique d'y organiser cet hommage au poète disparu le 14 mars 2009.
Baptisé "Immortel", ce concert patrimonial produit  (pour la première fois) par l'INA, proposera de découvrir, sur grand écran, et en exclusivité, des images issues de ses archives. Une projection mise en scène par Christian Eudeline.
C'est Yan Péchin (guitariste et fidèle collaborateur de Bashung)  qui assurera la direction musicale de cette soirée exceptionnelle réunissant ses musiciens mais aussi Chloé Mons (sa compagne), Brigitte Fontaine, Raphaël, Feu! Chatterton, Miossec, Hubert-Félix Thiéfaine...

Le 2 octobre 2019, à 20 heures, au Grand Rex, 1 boulevard Poissonnière, 75002 Paris.
Réservation au 01.42.64.49.40, sur http://legrandrex.com/
http://bit.ly/immortel_bashung et points de vente habituels.

Les cultures urbaines font leur "Revolution" !

Lorsque le mouvement a pris son envol en France, au début des années 80, certains prétendaient que l'engouement pour le hip-hop ne durerait pas plus d'une saison ! Tant pis pour ces empêcheurs de tourner... sur la tête.
Lancé par Hiya! (collectif et média culturel) le Festival "Revolution" promet un évènement à la hauteur du phénomène. Douze heures de live non stop (de midi à minuit) avec une affiche à faire pâlir bon nombre de programmateurs : une quinzaine d'artistes et groupes ont répondu présents pour participer à ce grand rendez-vous des cultures urbaines. Au programme également, des graffeurs qui réaliseront des fresques en temps réel, des danseurs, des beatboxers, des DJ's et des représentants d'Emmaüs, La Maison de la Femme, Linkee, Make Sense, NQT, Oxfam et GreenPeace. Des associations connues pour leurs actions en faveur des démunis, des femmes victimes de violences ou pour la protection de l'environnement.
Pour des raisons logistiques et stratégiques, le festival est reporté fin juin 2020, au même endroit. Les billets achetés sont valables pour cette date. Pour celles et ceux qui ne pourront être là, ils sont également remboursables auprès des partenaires billetteries.


Le 22 septembre 2019, de midi à minuit, Stade Jean Bouin, 75016 Paris. 
Loc. points de vente habituels.
Infos et réservation sur le site http://revolution.hiya.fr/