21 janv. 2019

Lulu Gainsbourg : la musique en héritage

(c) Thomas Braut
Avec son premier album "From Gainsbourg to Lulu", il avait rendu un éclatant hommage à son père en reprenant quelques-uns de ses titres, entouré d'artistes comme Marianne Faithfull, Iggy Pop, Rufus Wainwright, Johnny Depp, Vanessa Paradis, Scarlett Johansson... Une manière d'asseoir sa filiation, pour couper court aux sempiternels "fils de" ! 
Après "Lady Luck" (écrit en anglais), Lulu Gainsbourg a sorti en février dernier "T'es qui là ? "  (enregistré à New York en une seule prise). Un opus personnel puisqu'il a signé toutes les mélodies sur des textes de sa compagne Lilou.  Du rock aux ballades en passant par la valse ou le funk, l'artiste diplômé du prestigieux Berklee College of Music de Boston flirte harmonieusement avec différents styles. "J'avais envie d'un petit ensemble musical, d'un combo dans la vibe des enregistrements des années 70" confie-t-il.
Lors de son récent concert au Café de la Danse, entouré de solides musiciens et de deux choristes (qui assuraient honorablement la première partie sous le nom de "Pur-Sang") Lulu Gainsbourg était manifestement dans son élément derrière les claviers.
Après une grisante "Téquila", il a invité le public à danser sur "Le bal des infidèles" avant d'offrir quelques belles chansons comme "Destiny" composée pour son père, "Planète bleue" ou "Love Is The Key", clin d'oeil à John Lennon.
On passera sur les textes parfois légers comme celui de "Salade de fruits" pour se laisser embarquer par l'univers musical de ce compositeur inspiré. Car, même si bambin,
il n'a partagé la vie de son papa que durant cinq ans, on sent que ce
dernier n'est jamais loin.
Pour preuve, cette émouvante "Javanaise" chantée en choeur avec les spectateurs et cette anecdote, confiée lors d'une interview :  alors qu'il posait la voix sur le titre "Lucien", dans l'appartement du 5 bis rue de Verneuil, le réveil de son père s'est mis à sonner. Un son que
l'on peut entendre sur l'album...
Venu tardivement à la chanson parce qu'il se considère avant tout comme un musicien, Lulu Gainsbourg se présente plutôt comme "le reflet d'une partition". Celles à venir devraient réserver encore quelques belles surprises.

Le 21 janvier, le 18 février et le 25 mars 2019, à 20 heures,
au Café de la Danse, 5, Passage Louis-Philippe, 75011 Paris. Loc. points de vente habituels.
http://www.cafedeladanse.com/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire