6 mars 2020

Térez Montcalm "J'aime faire le show"

Térez Montcalm (c) Laurence Labat
Est-ce son timbre rauque et puissant qui rappelle celui d'une artiste entrée dans la légende ? Son jeu de guitare ? L'énergie avec laquelle elle s'empare de la scène ? On dit volontiers que Térez Montcalm est la plus rock des chanteuses de jazz. "Cela tient sans doute à mon timbre. C'est vrai que j'aime le rock. Mais ce que j'aime surtout, c'est faire le show" confie la chanteuse, musicienne, compositrice et auteure (comme on l'écrit dans son Québec natal).
On peut donc s'attendre à vivre un moment d'exception pour le concert de clotûre de "Women In Jazz". Un festival 100% féminin qui célèbre les 65 ans de Jazz Magazine. Une revue créée par Eddie Barclay, reprise par Daniel Filipacchi et Franck Ténot, et en 2014 par Edouard Rencker, qui est devenue au fil des années "la" référence du genre. "Quand j'étais adolescente, je me précipitais pour l'acheter dès sa sortie" se souvient Térez.
Durant trois jours et dans deux salles parisiennes, Le Bal Blomet et l'Alhambra, "Women In Jazz" (cinquième édition du "Jazz Magazine Festival") accueillera des têtes d'affiche et de belles découvertes.  Le 19 mars: Natascha Rogers, Abraham Reunion (une fratrie réunie autour de la chanteuse Cynthia Abraham) et des guests pour une soirée aux chaudes couleurs des Caraïbes. Le lendemain, rendez-vous avec la nouvelle scène réunissant Leïla Martial en trio avec Baa Box et Anne Paceo en quintette ("Bright Shadows").
Quant au show promis par Térez Montcalm, le 21 mars à l'Alhambra, il devrait réserver de belles surprises puisqu'elle a invité la saxophoniste Géraldine Laurent et la chanteuse Lou Tavano. Outre un best of de ses succès, elle offrira au public parisien la primeur d'un titre inédit de l'album qu'elle enregistre actuellement chez nous. Des compositions originales (et deux ou trois reprises) dans l'esprit de la Motown, le fameux label dont on fête aussi l'anniversaire (le 60ème). "Je tombe bien mais je ne l'ai pas fait exprès !" s'amuse Térez qui ajoute: "l'influence jazz sera toujours là au niveau de la rythmique, mais on pourrait parler de "New Motown".
Un opus qui succède à "Quand on s'aime", dans lequel elle "électrisait" quelques classiques de la chanson française comme "La belle vie" de Sacha Distel", "Les feuilles mortes" de Prévert et Kosma, "Black Trombone" de Serge Gainsbourg, "Que reste-t-il de nos amours" de Trénet et bien sûr "Quand on s'aime" de Michel Legrand...
Ceux qui ont eu la chance de la voir sur scène à cette occasion n'ont sûrement pas oublié la formidable énergie insufflée à ces pépites du patrimoine. Tout comme son incandescente version (en français) du célèbre "Fever" de Peggy Lee.
Pour le nouvel album, dont la sortie est prévue à l'automne, elle hésite encore entre deux titres:  "This Is The Day" ou "Step Out" (inspiré par "Step Out Of The Dark"), mais la balance penche en faveur du second: "J'aime bien cette idée de sortir de l'ombre pour entrer dans la lumière" confie-t-elle.
En ce qui la concerne, il y a quelques années déjà que Térez Montcalm illumine la scène jazz...

Le 19 mars 2020 au Bal Blomet, 33, rue Blomet, 75015 Paris, les 20 et 21 mars 2020 à l'Alhambra, 21, rue Yves Toudic, 75010 Paris. Réservations dans les points de vente habituels et sur les sites http://www.balblomet.fr/ et http://www.alhambra-paris.com/


1 commentaire: