26 mars 2021

Doudou Morizot: "si le public n'est pas au rendez-vous, il n'y a pas d'artiste"

(c) DR
Pour l'état civil, il s'appelle Roger Morizot mais pour le monde du spectacle, il est Doudou. Celui qui, durant plus de trente ans, fut le régisseur de l'Olympia. Chaque jour ou presque, il a soigneusement consigné sur des cahiers le trac des grands soirs et les
 lendemains difficiles, les blagues de potaches dans les coulisses, les colères des divas et les moments de franche amitié  avec certains artistes...  Autant d'anecdotes et de souvenirs qu'il raconte, avec la complicité d'Emmanuel Bonini, dans  "Je les ai tous vus débuter".
A plus de 90 ans, Doudou a conservé le regard malicieux et le franc-parler d'un titi de Paname,  qui donnent une saveur supplémentaire à l'ouvrage. Parfois tendre, souvent truculent, il n'hésite pas, au passage, à égratigner quelques idoles. 
En bonus, une précieuse annexe avec la programmation de l'Olympia de février 1954, date de son ouverture, jusqu'à 1979 (année du décès de Bruno Coquatrix) ainsi que des photos auprès de Piaf, Brel, Aznavour, Bécaud, Barbara, Michel Simon, Hallyday, Vartan, James Brown, Liza Minnelli, Jerry Lewis... Sans oublier la belle préface de Jean-Michel Boris (ancien directeur de l'Olympia), disparu en novembre dernier.

- Il y a déjà eu des livres sur l'Olympia mais celui-ci est vraiment vu des coulisses ?

C'est sûrement pour ça que j'ai de bons retours. A mon âge, je ne pensais pas donner autant d' interviews ! Ce livre n'aurait peut-être pas marché il y a quelques années. Il est sorti au bon moment. J'ai même appris qu'on prévoyait des tirages supplémentaires.

C'est vrai que l'idée vient de Bruno Coquatrix?

 Il me disait toujours: "vous êtes le seul à pouvoir le faire. Observez, écoutez et prenez des notes".

- Des notes dont le volume doit être impressionnant. Comment avez-vous procédé avec Emmanuel Bonini ?


 Après notre première rencontre, il m'a demandé de lui apporter tout ce que j'avais. Il a tout remis en ordre et a proposé de commencer en racontant mon enfance.

- Des années de galères à la tournée mondiale en compagnie des Platters, vous avez parcouru un sacré chemin ?

C'est vrai que ce n'était pas gagné ! D'autant plus qu'à une époque, j'étais un vrai voyou.  J'ai fréquenté des malfrats, des clodos et j'ai dû faire plein de petits boulots pour survivre. 

- Mais vous avez croisé la route de deux hommes providentiels ?

 Le premier était Joseph Bouglione. Il m'avait engagé au Cirque d'Hiver. Bruno Coquatrix qui cherchait du personnel pour la salle qu'il comptait remettre en état est passé voir son copain Joseph. Ce dernier lui a dit: "je peux te prêter mon décorateur pendant 8 jours". Je suis resté 34 ans !

- Vous ne cachez pas votre affection pour Edith Piaf et Jacques Brel ?

Comme moi, Edith avait connu des débuts difficiles et modestes. Cela nous a évidemment rapprochés. Elle m'avait surnommé "ma p'tite gueule". Nous avons partagé tellement d'émotions avec elle. A son enterrement, j'ai jeté dans sa tombe un petit bout du rideau de l'Olympia que j'avais découpé pour elle. Quant à Brel, je peux dire avec fierté que nous étions amis. Il était d'une incroyable timidité mais il pouvait aussi pousser de grands coups de gueule. Après, il s'excusait toujours en disant que c'est lui qui avait été mauvais. Un soir, par exemple, il est sorti furieux parce qu'il avait chanté deux fois le même couplet. Je crois que le public ne s'en était même pas aperçu. La grande peur de Brel c'était la fausse note. Il vomissait avant chaque concert. J'ai été impressionné mais pas vraiment surpris lorsqu'il a décidé de tout arrêter parce qu'il n'avait plus rien à dire. Avec Piaf et Brel, j'avais l'impression de partager les mêmes valeurs.

- Vous êtes nettement moins tendre avec Claude François ?

Il n'a pas su gérer le succès. Il s'emportait très vite et pour un rien. Je me souviens que la seule personne qu'il craignait c'était Bécaud ! Dans ce métier, il y a toujours l'angoisse du désamour car si le public n'est pas au rendez-vous, il n'y a pas d'artiste ! 

- Dans le chapitre sur Brassens, on perçoit un sentiment de tristesse ?

Le petit père !  Il souffrait de coliques néphrétiques depuis plusieurs années. En 1962, c'était devenu infernal mais, par amitié pour Coquatrix,  il avait accepté de se produire une nouvelle fois à l'Olympia. Chaque soir, après la piqure du médecin, il serrait les dents et me broyait les mains avant de monter sur scène. Après le spectacle, une ambulance le ramenait à l'hôpital. Lorsque je passais le voir dans sa chambre, il ne se plaignait jamais. Il me demandait juste des nouvelles de ses chats. Cela a duré trois semaines !  



- Vous avez regretté  l'époque de la vedette anglaise, américaine, du numéro de music-hall... ?

Bien sûr. La mode du récital a commencé avec Aznavour. Certains artistes estimaient que les premières parties étant trop chères  ils ne pouvaient pas augmenter leurs cachets. Brel trouvait ce raisonnement assez con. Il  disait qu'il ne ferait jamais un truc pareil. Et son manager Charley Marouani était d'accord avec lui.

- Vous avez aussi connu les grands soirs de premières  ?

    Ça avait de la gueule tout ce monde en robe longue et smoking.  Je ne sais plus de quel spectacle il s'agissait mais je n'oublierai jamais l'arrivée de Liz Taylor, au bras de Richard Burton !

- "Je les ai tous vus débuter", Editions de l'Archipel, février 2021. Prix: 20 Euros. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire