18 mai 2021

Clémentine : Avec "Quel temps fait-il ?", je sors de mon confort".


(c) Solita Durin
En France, lorsqu'on parle de clémentine, on pense tout d'abord à la saveur délicieusement acidulée du fruit. Mais, au Japon, il évoque une véritable star aussi populaire que le Mont Fuji ! Une chanteuse française qui a vendu là-bas plus de 4 millions d'albums en trente ans de carrière.
Après un premier 45 T  "Absolument Jazz", sorti à la fin des années 80 et un album "Mosaïques" qui n'a pas vraiment rencontré son public, Clémentine s'est lancée dans une nouvelle aventure en France: un album  intitulé  "Quel temps fait-il ?" (dans les bacs le 28 mai prochain). 
De "Cresoxipropanediol en capsule", "Le mambo du légionnaire" de Jean Yanne à  "La fille qui fait Tch Tch" de Serge Gainsbourg en passant par "Souviens-toi des flonflons du bal" une chanson de Michel Vaucaire et Charles Dumont, immortalisée par Edith Piaf,  "Frou frou" ou "Relaxez-vous", en duo avec Jean-Claude Dreyfus, Clémentine revisite, en compagnie de ses musiciens sud-américains,  quelques refrains plus ou moins connus du répertoire. Des pépites qu'elle pare d'un nouvel éclat et de jolies couleurs latinos.
Rencontre avec la plus parisienne des stars au Pays du Soleil-Levant, qui vit toujours dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés.

- Comment a débuté votre carrière au Japon ?
Je venais de sortir "Absolument jazz" chez CBS France. Lors d'une visite des représentants de CBS Japon, ils m'ont proposé d'enregistrer un album car ils adoraient ma voix. Je suis donc partie là-bas, en compagnie de mes parents. 
- Le premier d'une longue série de vols... et d'albums ?
Je fais au moins deux aller-retour par an et j'ai enregistré 38 albums. Au Japon, contrairement à la France, il ne se passe pas plusieurs années entre deux sorties de disques. Je me souviens que pour le premier, j'ai assuré un mois de promotion du matin au soir.
- Mais vous vivez toujours à Paris ?
Oui. Dans mon appartement à Saint-Germain-des-Prés. Pour les japonais, j'incarne l'image qu'ils se font d'une parisienne, ce qui n'évite pas certains clichés. Je chante en français et ils n'a jamais été question que je me présente habillée en kimono.
Comment vous êtes-vous adaptée à la culture japonaise ? 
Une fois que l'on a compris que l'essentiel est dans la suggestion plutôt que dans la démonstration, c'est plutôt facile. Je me souviens d'une interview où la traductrice a volontairement omis de retranscrire certains de mes propos parce qu'ils étaient jugés un peu trop directs !
- Il paraît que vos chansons accompagnent même certaines publicités ?
Cela fait beaucoup vendre au Japon, d'autant plus que sur les affiches, on mentionne le nom de l'artiste et de la chanson. J'ai notamment fait un carton avec une publicité pour une bière... sans alcool !
- Vous avez aussi chanté dans des temples bouddhistes ?
J'avais enregistré un album de chansons japonaises en français, accompagnée par un orchestre de musiques traditionnelles. Nous avons fait une tournée dans les temples bouddhistes. J'ai été frappée par la beauté et la jeunesse des moines qui se déplacent chaussés de baskets.
- Comment s'est passé le duo avec Jean-Claude Dreyfus ?
Tout simplement. Il est venu parce que l'idée l'amusait beaucoup. 
- Vous êtes également la marraine du festival Tandem Tokyo consacré à la chanson française ?
Il s'agit d'un tremplin pour les artistes de la nouvelle scène française. D'une manière générale, les japonais n'aiment pas vraiment les chanteuses à grosse voix ou celles qui sont dans la provocation. Ils sont très curieux de ce qui se passe en France. Mon manager japonais, par exemple, adore Albin de la Simone. 
- Quels sont les artistes français populaires au Japon ?
Sylvie Vartan, Enzo Enzo, Serge Gainsbourg ou encore Zaz que les japonais considèrent comme la nouvelle Piaf.
- En France, votre album "Mosaïques" n'avait pas rencontré le succès escompté ?
On peut dire qu'il n'a même pas rencontré un succès d'estime ! Sony France voulait que j'enregistre des chansons japonaises pour la France. C'était voué à l'échec et cela s'est confirmé.
- Avec "Quel temps fait-il"qui sort simultanément en France et au Japon, vous avez fait le choix d'une certaine légèreté, dans un contexte difficile ?
A un moment, je me suis dit ou je vais consulter un psy, ou je fais un album ! Avec "Quel temps fait-il ?", je sors de mon confort. C'est une véritable thérapie.  J'espère me produire bientôt en concert. Cela dépendra de l'accueil..


- album "Quel temps fait-il ?" (Music Box Publishing/Wagram Music), disponible le 28 mai prochain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire