31 oct. 2013

Serge Hureau : "la chanson est un objet qui rassemble"



(c) Pascal Lafay
On se souvient de ses excellents spectacles « Gueules de Piaf », « Au bon petit Charles » « Les habits du dimanche »…Des habits, Serge Hureau en a endossé quelques-uns depuis ses débuts : chanteur, comédien, professeur au Conservatoire National d’Art Dramatique où il enseigne la chanson, metteur en scène, fondateur en 1990 du « Hall de la Chanson »… Depuis que ce dernier s’est installé, au printemps, dans le Pavillon du Charolais à la Villette, il est devenu le dirlo, comme il se nomme lui-même, de ce théâtre de 140 places consacré à la chanson, du Moyen Âge à nos jours. Au programme : spectacles, concerts, installations sonores, conférences chantées… mais aussi des stages de formation, en partenariat avec l’Education Nationale. « Les musiques actuelles ont un avenir et un passé » confie-t-il. « Il y a quelques jours, nous avons proposé un spectacle sur  la chanson et Jean Cocteau, qui était fou de jazz. Il a écrit pour Marianne Oswald, « l’ancêtre » des slameurs ! ». Et ce sont toutes ces références et anecdotes sur le patrimoine qu’il connaît si bien qui font le régal des jeunes de l’Ecole Supérieure de Musique qui viennent ici. A découvrir, dès le 11 novembre,  « Parade Fauve », une création sur les chansons de la Grande Guerre. « Des textes intimes des poilus qui parlent du manque d’hygiène et d’amour, du désir, de la peur… ». Toujours en novembre, Mona Heftre et Michel Hermon interpréteront en alternance des titres de Léo Ferré. Des spectacles appelés à tourner dans toute la France.
« Nous, ce que l’on veut, c’est apporter un point de vue, un angle, un regard » ajoute Serge Hureau. Ainsi, il rappelle le sort peu enviable des femmes dans les chansons réalistes, la récupération par le folklore enfantin de morceaux pour adultes comme « Ah, vous dirais-je maman » ou encore le fameux «  Malbrough s’en va-t-en guerre ». «Une chanson adorée des enfants, qui parle de mort et de deuil. Mais qui a, en ce sens, une fonction éducative ». Et d’ajouter : «  la chanson est un objet qui rassemble. Elle est l’illustration d’une époque, d’une génération. D’ailleurs,  les anglais ne disent pas patrimoine, mais héritage ! »
(c) Pascal Lafay
Un héritage qu’il s’attache à transmettre et partager, avec une esthétique contemporaine, en insistant sur l’importance du métissage « Plus nous sommes mélangés, plus nous sommes cultivés !  Il faut des Peter Gabriel à la chanson française ! »
Annie Grandjanin

Le Hall de la Chanson, Pavillon du Charolais, Parc de la Villette, 211, av. Jean-Jaurès 75019 Paris. Infos et réservations : 01.53.72.43.01. Par mail : reservation@lehall.com 
site : www.lehall.com 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire