29 sept. 2021

Brassens, la mauvaise herbe: un spectacle joyeusement macabre

(c) Nabil Boutros

Toujours soucieux de transmettre leur passion pour le patrimoine de la chanson, Serge Hureau et Olivier Hussenet, qui signent la mise en scène de "Brassens, la mauvaise herbe" ( sous la direction musicale de Clément Caratini) ont choisi cette fois de faire revivre les chansons du poète sétois, dont on célèbre le centenaire de la naissance... dans un cimetière !

Un clin d'oeil facétieux que n'aurait sans doute pas désavoué l'auteur de "Trompe la mort". Au fil des tableaux, on croise des employés des pompes funèbres, un brin philosophes, une femme portant des ailes d'ange, dressée sur une stèle et des personnages plus insolites comme une mariée. Accompagnés par un trio de musiciens (Clément Caratini, Lionel Privat et Richard Dubelski) les chanteurs et comédiens Alexandra Lacour, Lucie Durand, Arthur Goudal, Baptiste Chabauty, tous très inspirés et volontiers lyriques, nous invitent à les suivre entre et sur les tombes pour (re)découvrir quelques  trésors comme "Les funérailles d'antan", "Pauvre Martin", "Supplique pour être enterré à la plage de Sète", "Tempête dans un bénitier"... tout en déterrant quelques couplets oubliés.  

(c) Nabil Boutros

Le répertoire tourne évidemment autour du thème de la mort et son cortège de fossoyeurs, d'enterrements, de corbillards, de curés...  que l'on retrouve dans un certain nombre de chansons de Brassens. On se souvient du Testament où il confessait: "S'il faut aller au cimetière, j'prendrai le chemin le plus long, j'ferai la tombe buissonnière, j'quitterai la vie à reculons, tant pis si les croque-morts me grondent ...".  Nous, ce n'est pas à reculons que nous vous conseillons d'aller applaudir ce spectacle joyeusement macabre.

Du 30 septembre au 21 octobre 2021, à 20h, mat. dim. à 16h, au Hall de la Chanson, Parc de la Villette (derrière la Grande Halle), 211, avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris. Tél.: 01.53.72.43.00. 

- D'autres spectacles sont proposés dans le cadre du centenaire de la naissance de Brassens , à la Villette et dans les 14ème, 15ème et 19ème arrondissements. Infos sur le site www.lehalldelachanson.com

- Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 

23 sept. 2021

Si La Fontaine m'était chanté...




 La Fontaine avait déjà inspiré des compositeurs comme Offenbach, Gounod ou Lecocq. Cette fois, pour le projet "La Fontaine Superstar", ce sont des artistes de la scène jazz, variété, folk, hip-hop... qui ont retrouvé leur âme d'enfant pour mettre ses fables en musique. 

Un projet qui célèbre à la fois les 400 ans de la naissance de Jean de La Fontaine (1621-1695) et l'ouverture, le 29 septembre prochain, de la Philharmonie des Enfants. Un nouvel espace de 1000 m2, décidé au jeune public, de 4 à 10 ans, au sein du bâtiment de la Philharmonie de Paris.

Olivia Ruiz

Dès demain, les 6 épisodes de cinq minutes, réalisés par David Unger, sur des dessins de Romain Ronzeau et produits par Le Grizzly (en coproduction avec la Philharmonie des Enfants), seront mis en ligne. Des chansons originales composées et interprétées par Ibrahim Maalouf ("Les loups et les brebis"), Birds On A Wire ("Le loup et le chien"), Catherine Ringer ("Le lièvre et les grenouilles"), Olivia Ruiz ("Le lion et le moucheron"),  Kery James ("La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf") et enfin Jeanne Cherhal ("La poule aux oeufs d'or").

" J'avais appris deux ou trois fables en primaire. Mais pas La poule aux oeufs d'or". C'est pourtant celle qui m'a inspirée pour ce projet que je trouve à la fois pédagogique et artistique. L'important était de veiller au rythme et à la musicalité" confiait Jeanne, lors du tournage. 

Catherine Ringer
Et au respect du texte qui, malgré certaines expressions en usage au XVIIème siècle, est joliment remis au goût du jour grâce aux mélodies imaginées par ces artistes de la scène actuelle.

 "Moi, j'ai grandi en écoutant Patrick Topaloff qui reprenait des fables de La Fontaine et je dansais dessus !" se souvient le réalisateur  David Unger. Ici, on a essayé de travailler avec des artistes variés. Chacun a choisi sa fable, parmi une trentaine de propositions". 

Nul doute que ce "La Fontaine Superstar" devrait séduire petits et grands. 


-  Intégralité des épisodes disponible dès le 24 septembre sur les sites www.lumni.fr, https://live.philharmoniedeparis.fr, les réseaux sociaux, YouTube...

- Philharmonie des Enfants, ouverture officielle le 29 septembre 2021, à la Cité de la Musique, 211, avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris. Tél.: 01.44.84.44.84.

- Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 

20 sept. 2021

Romain Didier: "j'aime me souvenir et le plaisir que cela me procure "


(c) Jean-Baptiste Millot

Dix ans après "De loin on aurait cru des oies", Romain Didier annonce la sortie de "Souviens-moi" (le 24 septembre prochain),  enregistré en partie sous confinement, avec un solide quintette de musiciens (le guitariste Thierry Garcia,  Thibault Niobé, basse et Doudou, Kentin Juliard, batterie et programmation, Catherine Petit aux violons et Niobé, oudou et bugle). On se souvient de "Promesses, promesses", "Amnésie", "Vague à l'homme" ou "L'aéroport de Fiumicino", des chansons qui ont marqué la carrière de cet artiste inspiré par  la nostalgie, l'enfance, le temps qui passe... A l'écoute des douze titres de ce nouvel opus, on tombe encore et toujours sous le charme du compositeur et poète qui s'interroge sur les pensées de "La goutte d'eau", évoque les amours qui s'étiolent ("Si on ne s'aime plus"), confesse sa préférence pour la part féminine chez l'homme ("La femme qui sommeille") ou nous emmène en voyage sur "Une chanson de Sylvie Vartan". 

- Dix ans entre deux albums, c'est un peu long, non ?

Plus on écrit de chansons et plus on se demande pourquoi on écrit ! Je repousse sans cesse la page blanche. Chez moi, la musique est resté un outil très affuté. Je passe ma vie à composer et cela ne me pose aucun problème. Pour le texte, je dois me remettre en état, trouver des idées pour reparler de quelque chose. Je crois que je serais incapable de sortir un album tous les trois ans.

- Dans l'argumentaire qui accompagne "Souviens-moi", vous dites : "Je suis entré dans la chanson par la musique, j'y suis resté par le texte" ?

C'est vrai. Dans mon tout premier album, il n'y avait que des textes de  mon complice Patrice Mithois. Dans le second, il y en avait 7 ou 8  de moi. Quand j'ai eu la chance de rencontrer le public, j'ai eu envie de raconter des choses qui ne passaient pas par le filtre de quelqu'un d'autre. Mais j'ai toujours laissé la porte ouverte à certains auteurs. 

- Et le plaisir de la scène ?

Il est resté intact. C'et là qu'on justifie ces semaines et ces mois à écrire des chansons de 3 minutes ! J'aime aller sur scène pour raconter mes histoires aux gens.

- Le confinement a-t-il influencé votre inspiration ?

La période que nous vivons est évidemment particulière mais, à moins que les martiens déboulent sur terre, les sujets ne sont pas nouveaux. Je ne me suis pas dit, je vais faire de l'introspection ou de l'auto-analyse. On se pose peut-être davantage de questions, on voit les planètes qui tournent et on se sent toujours au milieu de l'infini.

- Avec "Merci d'être venus", la première chanson de l'album, vous évoquez votre public ?

 C'est un peu comme le fait de vous avoir au téléphone aujourd'hui pour parler de mes chansons. La rencontre est une chance !

(c) Jean-Baptiste Millot
- Comme celle qui vous a amené à croiser la route d'Allain Leprest ?

Cette rencontre a débouché sur un véritable compagnonnage. Allain était l'un des plus grands auteurs francophones. Il a eu la reconnaissance de ses pairs qui l'ont encensé comme Claude Nougaro ou encore Jean d'Ormesson (NDLR: il le citait comme le Rimbaud du XXème siècle). C'est quelque chose d'un peu fou quand on sait que, tout comme moi, il n'était pas un grand vendeur de disques.


- Vous avez également une belle complicité avec Jean Guidoni pour qui vous avez signé les musiques de l'album "Paris-Milan"?

Jean est un artiste flamboyant et un formidable interprète. J'ai toujours aimé composer pour les autres, faire des orchestrations et des arrangements. J'ai pris cette chance au vol car elle m'a permis de faire plein de choses dans ce métier. Je crois que la seule fois où j'ai écrit pour un autre artiste, c'était avec Julien Lepers avec qui j'ai signé une chanson pour Guy Marchand. 

- Pouvez-nous parler d' "une chanson de Sylvie Vartan" ?

Là, il s'agit surtout d'une ambiance, d'une époque. Je me vois dans une voiture, avec changement de vitesses au volant, sans ceinture à l'avant, peinant dans les côtes du Morvan en sifflant une chanson de Sylvie Vartan...

- Avec "Une aberration" vous dressez un constat amer sur une mélodie plutôt légère ?

J'évite de rajouter du bleu sur du bleu ou du noir sur du noir. On peut être réaliste sans adopter un ton triste pour dire les choses. 

- Vous revendiquez une certaine sensibilité dans "La femme qui sommeille" ?

La part masculine des hommes ne m'intéresse pas. Je n'aime pas ceux qui ont envie d'aller écraser le voisin. Donnons le pouvoir aux femmes ! Vivement le jour où on n'aura plus besoin de taper du poing sur la table pour se faire entendre. 

- Les textes de ce nouvel album sont empreints d'une certaine nostalgie ?

J'aime me souvenir et le plaisir que cela me procure. J'aurais pu l'appeler "Souvenez-vous avec moi"...


- Album "Souviens-moi" (Label EPM/Distribution France: Universal), disponible le 24 septembre 2021.

- Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 





Premier week-end d'humour à Méjannes-le-Clap

En cette période difficile pour le spectacle vivant, l'annonce d'un nouveau festival est évidemment  une bonne nouvelle. Et quand, en plus,  il propose de placer cette rentrée sous le signe de la bonne humeur, on ne peut qu'applaudir. 

A l'affiche de cette première édition des "Méjannes du rire": un spectacle musical, du théâtre, du cinéma, un atelier "sketch'p" animé par Xavier Fahy... Avec la participation d'humoristes tels que Les Frères Jacquard proposant une analyse critique et drôle de la musique populaire à travers les âges,  Anthony Joubert, la Compagnie du Pelousse Paradise dans "Le dîner de cons"... Sans oublier Tex, parrain de l'évènement, qui présentera un one man show inédit, intitulé "Résiste".

Vous hésitez encore à placer  Méjannes-le-Clap sur la carte de France ? Sachez qu'il s'agit d'un charmant village du département du Gard où, entre deux spectacles, vous pourrez également visiter  les Gorges de la Cèze ou la Grotte de la Salamandre.

 Les 24, 25 et 26 septembre 2021. Infos et réservations au 04.66.24.42.41 et sur www.mejannesleclap.com

 

16 sept. 2021

"Où est passé l'homme à la moto ?": une passionnante enquête musicale

(c) Xavier Cantat



Elle a joué au théâtre, au cinéma, à la télévision et, avec des albums comme "Folies ordinaires", "Je marche au bord" ou le récent "Attendue", Céline Caussimon a imposé sa plume tendre et mordante en évoquant les petits et grands tracas du quotidien. Des chroniques dans l'air du temps qui font la part belle à un sens aigu de l'autodérision.

Pour "Où et passé l'homme moto ?", créé cet été à Barjac, au Festival Chansons de Paroles, elle change totalement de registre ! Sur une idée pour le moins inattendue, et sous le regard complice d'Yves Javault, elle endosse l'imperméable de l'Inspecteur Mélodie de la B.A.C. (Brigade d'activités dans la chanson) pour tenter de résoudre un véritable Cold-case : l'affaire de l'homme à la moto ! Souvenez-vous, à la fin de la chanson interprétée par Edith Piaf, on ne retrouve que sa culotte, ses bottes, son blouson de cuir noir avec un aigle sur le dos, mais plus rien de la moto et plus rien de ce démon qui semait la terreur dans toute la région... Persuadée qu'il se cache dans la chanson française, la chanteuse-enquêtrice part donc sur ses traces, accompagnée de son fidèle accordéon (parce que c'est lui qui prend les notes !). 

(c) Xavier Cantat
Une investigation qui, selon les informations fournies par ses indics, la mène sur les Champs-Elysées, chez des vendeurs de motos, dans la salle du bar-tabac de la rue des Martyrs, à la recherche de la petite amie du nom de Marie-Lou... L'occasion pour Céline d'interpréter des succès de Joe Dassin, Serge Gainsbourg, Alain Souchon, Hugues Auffray,  ou encore Nino Ferrer. Les cheminements  pour débusquer d'éventuels témoins ne sont pas toujours évidents mais il est vrai que l'affaire remonte à plus de soixante ans ! Rappelons toutefois qu'elle dispose d'un solide indice pour identifier le disparu:  un tatouage avec un coeur bleu sur lequel on peut lire "maman je t'aime".

Pour ménager le suspens et vous inciter à aller applaudir Céline Caussimon, on n'en dira pas davantage, mais sachez que cette enquête musicale est aussi originale que  passionnante.

Chaque jeudi à 19 heures, jusqu'au 25 novembre 2021, au Théâtre Le Guichet Montparnasse, 15, rue du Maine, 75014 Paris. Réservations au 01.43.27.88.61. et sur le site www.guichetmontparnsse.com

- Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com   

15 sept. 2021

Un voyage tendre et cocasse dans l'univers de "Salvador & Monsieur Henri"

Juliette Pradelle et Anne Cadilhac (c) Bénédicte Fossey

Pour certains Henri Salvador incarnait l'amuseur du petit écran qui prenait un gourmand plaisir à raconter (et mimer) les mésaventures de "Minie Petite Souris" ou les chevaleresques interventions de "Zorro est arrivé". Pour d'autres il demeure le génial compositeur d'"Une chanson douce",  de "Syracuse" (paroles de Bernard Dimey) ou de "Compagnon des mauvais jours", sur un texte de Jacques Prévert. Quant à la nouvelle génération, elle retiendra sans doute le touchant interprète de la chanson "Le jardin d'hiver" de Keren Ann et Benjamin Biolay.

 Pour ceux qui se sont penchés sur sa longue carrière, il était tout cela à la fois: un artiste sensible, drôle et attachant,  qui cultivait avec un égal talent une passion pour le jazz, la poésie, le farniente, la rigolade et la pétanque ! 

(c) Norbert Gabriel
A l'image du spectacle "Salvador & Monsieur Henri", imaginé par Anne Cadilhac et mis en scène par Yann de Monterno, qui aborde les différentes facettes de ce personnage haut en couleurs, dont personne n'a oublié le rire tonitruant.

 "J'ai été bercée par ses chansons à différents moments de ma vie. Dans ce grand répertoire, il y a de véritables pépites comme  "Les voleurs d'eau" ou "Ça n'a pas d'importance. C'était un homme d'instinct qui ne se prenait pas au sérieux. Il y avait chez lui quelques chose de relié à l'enfance. Cela m'a toujours touchée" confie Anne qui, avec sa complice Juliette Pradelle, parcourt ainsi un demi-siècle de chansons connues et moins connues. 

Avec pour seul décor un grand piano et quelques accessoires (des coiffes de gaulois, un cheval en tissu pour camper la fière monture de Zorro, un aspirateur...)., elles nous embarquent dès les premières notes. Et le moins qu'on puisse dire est qu'elles laissent libre cours à leur imagination ! Que ce soit pour prendre les intonations de Serge Gainsbourg et Jane Birkin, offrir une version rock déjanté de "Syracuse", imiter une petite souris, se donner des allures de dames patronnesses entonnant "Maladie d'amour" ou adopter des poses sexy sur l'énergique "J'aime tes genoux".  Le tout agrémenté de quelques anecdotes et de belles sonorités jazz.

"Faut rigoler" chantait Salvador. Il faut aussi rêver, faire " des feux de joie avant qu'il neige"... et c'est bien le pari réussi de ce tendre et cocasse voyage dans l'univers de Monsieur Henri. 

 Chaque mercredi à 19 heures, jusqu'au 29 décembre 2021, au Théâtre de l'Essaïon, 6, rue Pierre au Lard, 75004 Paris. Tél.: 01.42.78.46.42. www.essaion.com

- Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 


 

9 sept. 2021

Prisca Demarez, une star en roue libre !

(c) Maïna Salmon





Elle arrive au milieu du public en interprétant "Let Me Be Your Star" (extrait de la série "Smash"), vêtue d'une veste de smoking, de bas résille et d'un chapeau claque avant de retrouver sur scène ses deux musiciens : John Florencio (au piano) et Erwan Le Guen (au violoncelle). Une scène dont elle s'empare dès les premières minutes avec une époustouflante assurance. Il faut dire que Prisca Demarez est loin d'être une débutante ! Elle a déjà joué Shakespeare, Marguerite Duras, Molière, Marivaux ou Marcel Aymé au théâtre avant de mettre ses talents de chanteuse et comédienne au service de comédies musicales à succès comme "Avenue Q", "Blanche Neige", "Titanic", "Cabaret", "Oliver Twist, le Musical"... Elle a même interprété le rôle de Grizabella dans "Cats", au Théâtre Mogador et prêté sa voix à la Reine Iduna dans "Frozen 2", le dernier Disney.

(c) Maïna Salmon

Mais le chemin qui mène à la célébrité est pavé d'embuches, comme elle le raconte dans "Vraie !", un spectacle (mis en scène par Papy) entre stand-up et chansons. Dotée d'un humour ravageur  et sans filtre,  Prisca évoque ainsi la course aux castings, les tours de chant dans les bars des palaces où personne ne l'écoute, les répétitions dans sa chambre de bonne qui lui attirent les foudres des voisins et quelques noms d'oiseaux comme celui de "rossignol des gouttières", les cases dans lesquelles les producteurs aimeraient la faire entrer... 
Bien malin, celui qui se lancerait dans l'aventure car cette artiste aux multiples facettes bouscule allègrement les étiquettes. Maîtrisant l'art de jongler avec les émotions, elle nous fait passer en quelques secondes de situations totalement déjantées à des moments plus graves et émouvants.  Ceux où gommant toute trace de maquillage, elle tombe le masque pour révéler une femme avec ses espoirs, ses désillusions, ses faiblesses. 

Quant à ses musiciens, ils l'accompagnent dans ses délires avec une évidente complicité. Que ce soit lorsqu'elle improvise sur des chansons de Mylène Farmer ou Vanessa Paradis, fait le pari de glisser une phrase salace dans une chanson de Dalida, revisite le fameux "Supercaligragilisticexpialidocious" de Mary Poppins, reprend des succès de Céline Dion ou nous scotche littéralement sur notre siège avec son interprétation de "Memory".

Tout cela en confessant son romantique penchant pour le beau Bradley Cooper (le réalisateur de "A Star Is Born" et partenaire de Lady Gaga, dans le film) qui, c'est certain, sera un jour dans la salle et fera d'elle une star.



Un show qu'elle termine avec une touchante version d'"Au revoir et merci". Une chanson dans laquelle Nicole Croisille évoquait les jours difficiles de la vie d'artiste et la fragilité des bravos.

 Après une standing ovation du public (largement méritée),  on se dit que le rêve avoué de Prisca Demarez de voir son nom briller un jour au fronton de l'Olympia, n'est peut-être  pas si loin... 

- Du 30 septembre 2021 au 14 janvier 2022, les jeudis et vendredis, à 20 h, à l'Archipel, 17 boulevard de Strasbourg, 75010 Paris. Réservations au 01.73.54.79.79 et points de vente habituels. www.larchipel.net

- Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com  


8 sept. 2021

Catherine Ringer, Carla Bruni, Kendji Girac, Claudio Capéo... à l'affiche de l'Estival 2021

 C'était le rendez-vous de la rentrée puisque depuis plus de trois décennies, la ville de Saint-Germain-en-Laye accueillait ce festival réunissant têtes d'affiche et découvertes (qu'il n'était pas rare de retrouver en vedette les années suivantes). Au total, pas moins de 2000 chanteuses, chanteurs et groupes ont ainsi fait swinguer l'Ouest Parisien. Dans l'édito consacré à cette 34ème édition, on sent la tristesse, la déception... 

Mais que les fidèles se rassurent, pas question pour les organisateurs de baisser les bras. Ils ont même retroussé leurs manches pour offrir  un programme à la hauteur des précédentes éditions. Rebaptisé tout simplement "L'Estival", il se tient désormais dans les villes de Poissy, Le Pecq et Achères.

Dès le 17 septembre, c'est le très populaire Kendji Girac qui essuiera les planches avant de céder la place à Catherine Ringer "chante les Rita Mitsouko" (un concert gratuit à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine), Claudio Capéo, Maxime Le Forestier, au trio corrézien Trois Cafés Gourmands, Alain Schneider, Manu Galure avec un spectacle à destination du jeune public, Frédéric Zeitoun, Kosh & Zapata, (Alf & Bg (Arthur Le Forestier et Bruno Guglielmi), Antonius et son orgue de Barbarie... jusqu'au concert de clôture de Carla Bruni dont la première partie sera assurée par Valentin Vander (un artiste remarqué notamment dans "Les Goguettes en trio")

Pour la première fois, l'Estival proposera de la danse avec SOFIN' Hip Hop Danse. Autre rendez-vous incontournable "Les vitrines découvertes de l'Estival" (le 25 septembre au Sax à Achères) qui présenteront des artistes venus de Suisse, de Belgique, du Québec...

L'Estival réécrit son histoire... mais la passion pour la chanson francophone est la même !

Du 17 septembre au 3 octobre 2021. Infos sur le site www.lestival.fr



7 sept. 2021

Les belles envolées pop-folk de Laughing Seabird

(c) Frédérick Malahieude

Sa voix ne vous est sans sans doute pas étrangère puisque Céline Mauge (son vrai nom) double l'actrice américaine Sienna Miller ou encore Ellen Pompeo, alias Meredith Grey, dans la version française de la célèbre série Grey's Anatomy sur TF1. Au théâtre, elle a incarné le personnage de  Madame pour "Les Bonnes" de Jean Genet, celui de Mathilde dans "Les Coquelicots des Tranchées", une pièce mise en scène par Xavier Lemaire, récompensée à Avignon par le Prix Public 2014 puis par le Molière 2015 du Théâtre Public. Elle a également joué Molière, Musset, Pinter, Jean-Luc Lagarce... et un certain Karol Wojtyla, connu sous le nom de Jean-Paul II pour "La Boutique de l'Orfèvre". 

Il est temps maintenant de découvrir la chanteuse qui se produit sous le nom de Laughing Seabird. Après un premier album  "And I Become" (en 2016), elle confirme ses talents d'auteur, compositeur et guitariste avec  "The Transformation Place". Un univers pop-folk lumineux dans lequel son timbre envoutant nous embarque au fil de titres comme "I Feel Fat", "Vivre", "Les filles sages et les autres", "Le somptueux règne des absents", "My Shell"... délicatement arrangés par Emmanuel Heyner. Des chansons qui parlent de liberté, de rêves à réaliser, de doutes aussi. En  bonus, deux superbes reprises aux accents celtiques: "Sailor Song" de Rickie Lee Jones et la ballade traditionnelle anglaise "Scarborough Fair", popularisée par Simon and Garfunkel.

D'où vient votre nom de scène ?
Dans mon précédent appartement boulevard de Charonne il y avait des mouettes qui volaient au-dessus de ma tête. Je cherchais un truc générique et j'ai pensé à la mouette rieuse. C'est le genre de nom que l'on donne à la naissance aux indiens. Il fait aussi référence à mes origines bretonnes. J'aime le symbole de ces oiseaux qui lorsque nous sommes perdus en mer,  annoncent que la terre est proche.
Comment avez-vous décroché le doublage d'un des rôles principaux de la série Grey's Anatomy ?
J'ai passé des essais et j'ai été retenue. C'était il y a 18 ans et ça dure encore puisque nous avons enregistré la 17ème saison. 
Vous avez écrit "On ne sera jamais invincible, mais on peut devenir indivisible, unifié ". Vous faites référence à la situation actuelle ?
 Quand j'ai écrit ça, j'avais l'impression d'être éparse. Parfois, il suffit juste de verbaliser les choses pour aller mieux.
- Comment est venue l'idée du personnage plutôt rock'n roll de "Karmen KéroZen" ?
J'ai eu une espèce de fulgurance. C'est une chanson que je ne pensais pas mettre dans l'album. Elle n'avait d'ailleurs pas été enregistrée. C'est le réalisateur Christian Monnier qui m'a dit qu'il souhaitait la mettre au générique du film "Ça tourne à Saint-Pierre et Miquelon" (dont la sortie est prévue en mai 2022) dans lequel je joue le rôle d'une actrice. 
Pourquoi remerciez-vous Paul McCartney sur le livret de l'album ?
J'étais déjà fan des Beatles à 8 ans. J'ai même replongé mon père dans leur musique. A 13 ans, je suis allée voir McCartney à Bercy.  L'écouter me rend forte et heureuse. Il est l'homme de ma vie !
Vous pouvez nous parler de votre complice Emmanuel Heyner ?
Pour mon premier album, j'avais travaillé avec Michel Peteau, un ancien de La Fiancée du Pirate. Je cherchais un nouvel arrangeur et guitariste. Des amis m'ont parlé de Manu et le courant est passé tout de suite. Nous avons les mêmes goûts. C'est lui qui m'a présenté Stéphane Edouard qui joue de la batterie avec nous.
- Vous jouez vous-même de la guitare ?
J'avais commencé à 15 ans mais le théâtre avait pris beaucoup de place dans ma vie et elle était restée dans son étui. Lorsque j'ai joué et chanté dans l'opéra-rock "La Nuit du Rat", de Boris Bergman, je ne me sentais pas vraiment légitime. J'ai donc commencé les cours de chant et repris ma guitare. C'est une grande liberté de savoir jouer d'un instrument. Il y a trois mois, je me suis mise également au piano.
Et le théâtre ?
J'ai moins envie d'y jouer. Au théâtre, j'étais protégée et aussi un peu contrainte par le personnage. Il y a davantage de prise de risque et de liberté dans la musique. J'aime l'idée de casser le 4ème mur pour me retrouver face au public. 
Lorsque vous chantez les filles sages et les autres. Vous vous placez dans quelle catégorie ?
Je ne pense pas être une fille sage.
Vous ne visez donc pas le paradis promis dans la chanson ?
Pour moi le paradis c'est ici et maintenant.

Album "The Transformation Place" (Ad Libertam/L'Autre Distribution), disponible depuis le 28 mai dernier.
En concert le 16 septembre 2021, à 21h, au Studio de l'Ermitage, 8 rue de l'Ermitage, 75020 Paris. Tél.: 01.44.62.02.86. 
Prix: 15 Euros et tarif réduit à 12 Euros. Infos sur le site www.studio-ermitage.com
- Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 

Jazz pour les kids !



Chaque année, après l'achat des cahiers, des gommes et des crayons, revient le même casse-tête: trouver des activités pour occuper nos chers bambins. Une organisation encore compliquée par le contexte sanitaire. Pas de panique puisque le Sunset fait également sa rentrée avec la 14ème saison de  "Jazz & Goûter". 
Chaque dimanche,  à 15h et 17h, le jeune public ( à partir de 2/3 ans) est invité à découvrir des artistes et des thématiques autour du jazz, de la pop, de la variété, des dessins animés, d'Halloween ou des chants de Noël. 
Coup d'envoi, le 26 septembre prochain, avec un programme consacré à Miles Davis.  A venir: La Reine des Neiges, Michael Jackson, Frank Sinatra, The Beatles, Ray Charles, Billie Holiday, Walt Disney, Nina Simone...
Un rendez-vous ludique et éducatif, à partager en famille, car la qualité des intervenants (Leila Olivesi, Pierre-Yves Plat, Margeaux Lampley, Stéphanie Lemoine, Matthieu Boré...) devrait séduire les parents qui retrouveront ainsi leur âme d'enfant, tout en révisant leurs classiques.

Du 26 septembre au 26 décembre 2021, à 15h et 17h, au Sunset-Sunside, 60, rue des Lombards, 75001 Paris.  Tél.: 01.40.26.46.60. Tarif unique à 12 Euros. Durée: 60 minutes sans pause. Réservation conseillée sur le site www.sunset-sunside.com