26 déc. 2021

Weekend Affair: un élégant duo de pop-électro aux accents mélancoliques

 

(c) Die Frau

Après un premier album en anglais "Welcome To Your Fate", sorti en mars 2015, suivi trois ans plus tard par "Du Rivage",  le chanteur Louis Aguilar et le batteur Cyril Debarge, réunis sous le nom de Weekend Affair, ont sorti le 27 novembre dernier "Quand vient la nuit", écrit et composé à quatre mains (avec la participation de Jean Sylvain Le Gouic sur trois mélodies). 

Un bel opus de pop-électro, baigné d'une délicate et élégante mélancolie, dont le côté parfois sombre est contrebalancé par des mélodies enlevées. A l'image de titres comme le single "Fini de jouer", "Les enfants de la fatigue", "Juste un rêve"... Entre deux enregistrements, ils ont également collaboré avec des artistes comme Albin de La Simone, Julien Doré, Rubin Steiner, Pomme... Rencontre avec le très inspiré duo lillois, de passage à Paris.

- Il paraît que votre duo est né dans un café à Lille ?

Louis: Nous venons de deux univers différents. Cyril était notamment le batteur du groupe électro-pop "We Are Enfant Terrible" tandis que moi, j'étais dans la mouvance folk. Nous nous sommes rencontrés, comme par magie,  dans un café de Lille où j'avais donné mon premier concert, à l'âge de 15 ans. 

- Cyril, vous étiez ingénieur dans l'agro-alimentaire, ce n'est pas le plus court chemin pour faire de la musique ?

Cyril: C'est vrai que je n'étais pas dans la même énergie. Mon père me disait toujours de voir la musique comme une passion.

- C'est d'ailleurs dans le grenier familial que vous avez découvert un synthé analogique du début des années 70 ?

Cyril: Je l'ai rangé depuis, mais il y en a un de la même époque que l'on peut entendre sur l'album.


(c) Nicolas Djavanshir

- Le duo, c'est la bonne formule pour vous ?

Louis: Tout-à-fait. Lorsque Cyril vient chez moi pour me faire écouter des musiques, si ça provoque un texte, cela donne naissance à une chanson. Nous faisons tout nous-mêmes. Cela nous permet d'avoir une grande liberté artistique. Aujourd'hui, nous sommes plus efficaces car nous nous connaissons bien. Chaque morceau est un nouveau petit laboratoire. Comme beaucoup de créatifs, je me suis parfois reposé sur la facilité, j'ai perdu du temps. Mais paradoxalement, c'est ce temps perdu qui me permet d'avoir du recul.

- Il est souvent question de temps dans cet l'album ?

Louis: Sans doute parce que j'ai le sentiment de ne jamais avoir assez de temps pour faire le choses. J'ai beaucoup vécu la nuit, un thème que vous avons abordé dans notre précédent album. A présent, j'ai deux enfants et je dois me réveiller le matin pour les emmener à l'école.

- J'ai entendu dire que le duo pourrait devenir un trio sur scène ?

Louis: Il s'agit de Jonathan Cagne qui joue de la basse et des claviers. Il nous permet de nous alléger de certaines contraintes. Avant je jouais de la basse et je chantais en même temps. J'avais parfois le sentiment que je devais séparer mon cerveau en deux. John sera probablement dans l'aventure sur scène.


- Dans une interview, vous avez confié que vous vous considériez comme des "débroussailleurs de musique" ?

- Cyril: J'imagine la pop comme un grand jardin avec des barrières et j'essaie de trouver différentes approches pour les déplacer. J'aime le mélange de musiques urbaines et de chansons françaises. Il y a toujours des endroits qui n'ont pas encore été explorés. 

- Chanter des textes mélancoliques sur des rythmes plus enlevés,  c'est un parti-pris ?

Louis: Je suis d'une nature mélancolique. Il faut parfois aller au fond de la tristesse pour être capable de remonter. Les musiques de Cyril ont ce pouvoir. Cet album est arrivé durant une période particulière. Le précédent était de la fiction avec des ambiances assez cinématographiques. Là, on est davantage dans l'introspection. Je me souviens avoir lu une interview de Leonard Cohen confiant qu'il mettait toute sa noirceur dans ses chansons afin de s'en libérer...

- album "Quand vient la nuit" (Pil Records/Les Airs à Vif), disponible depuis le 27 novembre 2021.

Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 

André Manoukian: une brillante et savoureuse leçon de musique



Pianiste, compositeur, chroniqueur sur France Inter, ex-juré de l'émission Nouvelle Star sur M6... André Manoukian est aussi réputé pour son lyrisme verbal et son goût pour des apartés aussi savantes que savoureuses. Des qualités que l'on retrouve dans "Les notes qui s'aiment", un seul en scène truffé d'anecdotes dans lequel il évoque pêle-mêle sa jeunesse à Lyon, ses rencontres avec des chanteuses comme Liane Foly ou Michèle Torr,  ses racines arméniennes, Mozart, Beethoven, le jazz...
Entouré d'un clavier et d'un piano dont on aperçoit le mécanisme, il s'installe pour jouer, dos au public et sans partition,  avant de confesser "Je me suis tellement caché derrière les chanteurs !".  
Des chanteuses principalement car ce grand sentimental s'épanouit volontiers dans le rôle de Pygmalion. Revenant sur certaines ruptures,  il compare d'ailleurs la douleur à celle de la coupe du cordon ombilical avec une hache rouillée, sans anesthésie ! 
Entre deux savantes explications sur le bon usage "des notes qui s'aiment", il tord le cou à quelques idées reçues pour affirmer que la naissance du jazz se situerait à Paris, plus exactement dans les jardins des Tuileries où le peuple fêtait la mort de Robespierre (le 28 juillet 1794) et la fin de la terreur en exécutant le fameux "Quadrille des Tuileries" qui prendra plus tard le nom de cake-walk en Louisiane.
Il raconte ensuite l'histoire de "La lettre à Elise" de Beethoven qui s'adressait en fait à Thérèse, nous offre un résumé très personnel de Phèdre, la tragédie de Racine, rappelle que le pianiste Arthur Rubinstein fut le premier a être invité à se produire en Chine, sous Mao, nous montre comment modifier un son à l'aide d'une carte de crédit, cite le philosophe Gilles Deleuze... avant de nous résumer l'improbable lien entre le périnée d'une chanteuse et la transpiration dans la moustache du pianiste !
"Un compositeur, c'est quelqu'un qui entend ce que disent les notes" explique encore André Manoukian. Et, à n'en pas douter, ce dernier s'y entend pour rassembler néophytes et mélomanes autour d'une brillante et savoureuse leçon de musique.

- Le 27 décembre 2021, à 20h, au Théâtre de l'Oeuvre, 55, rue de Clichy, 75017 Paris. Tél.:01.44.53.88.88. www.theatredeloeuve.com.
En tournée: Les 12, 13, 14 janvier 2022 à Coppet (Suisse), le 21/01 à Livry-Gargan, le 28/01 à Wissou (91), le 29/01 à l'Arbresle (69), le 4/02 Le Locle (Suisse), le 13/03 à Avignon (84), les 16 et 17/03 à Montélimar (26)... et durant une semaine en septembre 2022 à l'Européen (5 rue Biot, 75017 Paris).

Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 

15 déc. 2021

"Titanic": une comédie musicale riche en rires et émotions

(c) Editions Austreales

Dès l'entrée, le capitaine et une partie de son équipage, en tenue de gala, accueillent les spectateurs en leur souhaitant une belle traversée. On imagine qu'en 1912, les propos étaient sensiblement les mêmes... sauf que cette histoire du Titanic, revue en version comédie musicale, est loin d'être un naufrage ! Même si le célèbre paquebot coule quand même à la fin...

Ecrit et ingénieusement mis en en scène  par Axel Drhey, sur des musiques originales de Jo Zeugma, le spectacle qui navigue entre vaudeville et comédie burlesque avec, ici et là, quelques beaux moments d'émotions, nous embarque dès le largage des amarres. 
Sur le pont,  neuf comédiens-chanteurs et trois musiciens issus de la troupe des Moutons Noirs dont on a pu apprécier notamment le formidable travail sur Ruy Blas.  Il y a là un capitaine littéralement submergé par les évènements, un prêtre tourmenté par la fragilité de sa foi, une femme confrontée à un mariage arrangé, une aviatrice féministe, le représentant empoté de la White Star Line, le couple Jack et Rose immortalisé par le film de James Cameron... Hormis quelques meubles et accessoires, pas de décors somptueux à l'instar de ceux qui ornaient le fleuron de la flotte britannique.

 
(c) Editions Austreales

De la salle des machines aux coursives en passant par les salons et le pont de troisième classe, les tableaux se succèdent sur un rythme effréné, entrecoupés de belles scènes de danses et de chants.
Coup de chapeau (ou de casquette !) à la mythique scène du couple Rose et Jack, à la proue du bateau, assez délirante, tout comme les tribulations de ce lapin perdu au milieu des passagers. 

Au-delà de l'histoire traitée ici de manière loufoque et décalée, le spectacle est aussi l'occasion d'évoquer la place des femmes dans la société de la fin du XIXème et du début du XXème , la scission entre les classes, les injustices qui perdurent.

(c) Editions Austreales

Clin d'oeil symbolique, les musiciens continuent à jouer sur scène, tandis que les spectateurs,
manifestement conquis, quittent la salle...


Du 14 au 23 janvier 2022, à 20h30, le samedi à 14h30 et 20h30, le dimanche à 14h30 (le vendredi 21 janvier à 14h30 et 17h30), au Théâtre Traversière, 15 bis, rue Traversière, 75012 Paris. Tél.:01.43.46.65.41.  www.theatre-traversiere.fr

Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 

8 déc. 2021

Festival Solidays: offrez un Pass pour Noël !


Vous avez encore un peu de place dans la belle chaussette accrochée à votre sapin ou devant la cheminée ? Et si vous y glissiez un Pass ( ou plusieurs !) pour le Festival Solidays qui rassemblera les spectateurs, l'été prochain,  autour du  thème "Love is Back". 

Pour la première fois,  la billetterie ouvre avant Noël avec une offre exceptionnelle. Dès le 14 décembre prochain, à 14h, 25 000 Pass 3 jours seront mis en vente à partir de 39 Euros. Il faudra évidemment faire vite car les premiers noms promettent une belle affiche pour l'édition 2022:  le nouveau maître du "rap game" français Orelsan, Damso pour son unique date parisienne, les californiens Black Eyed Peas, le duo électro-rock Justice, le DJ Boris Brejcha, le chanteur nigérian CKay, porté par le  succès de son tube "Love Nwantiti", le rappeur PLK, -M- qui fera son grand retour à Longchamp, la fanfare techno Meute, l'électron libre de la scène électro-chanson Suzane ou encore les irrésistibles dandys du rock Feu! Chatterton.

Du 24 au 26 juin 2022, Hippodrome de Longchamp. Infos et réservations sur www.solidays.com

Caroline Montier: un sensuel et malicieux hommage à Juliette Gréco

(c) Matthieu Camille Colin

Lorsqu'elle ne se produit pas avec ses pétillantes et virevoltantes complices les Swinging Poules, Caroline Montier se pose au piano (ou prend son ukulélé) , le temps de rendre hommage à des icônes de la chanson française. 

Après son sensible et élégant récital consacré à Barbara en avril 2017, elle a troqué  sa tenue noire contre une longue robe rouge. Une couleur qui sied bien au sensuel et malicieux spectacle "Juliette Gréco, La Femme". Avec la collaboration artistique de Caroline Loeb, accompagnée à la contrebasse par Stephen Harrison ou Sylvain Dubrez (en alternance), Caroline donne, une fois encore, la mesure de son talent dans un exercice toujours périlleux. 

(c) Matthieu Camille Colin

Formée au lyrique,  sa voix s'adapte comme un gant à des chansons qui portent pourtant l'empreinte de leurs interprètes. Mais, comme pour son précédent spectacle, la chanteuse nous emmène avec intelligence et une évidente gourmandise dans des sentiers moins fréquentés. 

Ainsi, entre quelques citations de celle qui chantait si bien les poètes et des versions inspirées de "Jolie môme" ou "Déshabillez-moi"  on  (re)découvre les refrains de "La Lelluia" de Maurice Fanon, "Ta jalousie" de Jean-Loup Dabadie, "A la mort de Juju" d'Henri Tachan... 

Un tendre et joli moment de grâce..

Jusqu'au 25 janvier 2022, les lundis et mardis, à 21h à l'Essaïon, 6 rue Pierre au Lard, 75004 Paris. Tél.:01.42.78.46.42. www.essaion.com

Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 

4 déc. 2021

Amina: "je me considère comme une nomade des temps modernes"





Personne n'a oublié la chanson "C'est le dernier qui a parlé qui a raison", qui l'avait propulsée à la première place, ex-aequo avec la Suède, au concours de l'Eurovision en 1991. Une subtilité du règlement n'avait pas permis à Amina de remporter cette distinction. Mais elle en a eu bien d'autres ! Dès son premier album "Yalil" (en 1990), elle s'était imposée comme une pionnière de la fusion des cultures orientales et occidentales, du jazz, du reggae, du rap... Le disque sera d'ailleurs classé 5ème dans le prestigieux magazine Billboard. Un succès confirmé, deux ans plus tard, avec "Wa di yé", co-produit par Wasis Diop. Parallèlement, on découvre ses talents d'actrice dans des films de Lelouch, Bertolucci, Maïwen... tandis qu'elle prête sa voix pour la BO de "IP5" de Jean-Jacques Beinex.

Plus de 20 ans après "Annabi",  paru en avril 1999, elle présente "La lumière de mes choix". De magnifiques variations sur le thème de l'amour, réalisées et composées par Léonard Lasry sur des textes d'Elisa Point, dont Amina a signé les deux chansons en arabe "Radwoi" et "Taffi Nari". 

Rendez-vous  pour un entretien qui reprend comme si nous l'avions interrompu la veille... Avant de la retrouver sur la scène du Café de la Danse, en "Guest" lors du concert de Léonard Lasry,  le 9 décembre prochain. 

- Ce nouvel album est tout en douceur et retenue vocale. On vous a connue plus rebelle ?

J'étais plus jeune ! Avec l'âge on arrondit les angles. Ici, je suis dans le registre d'une actrice qui chante. Chaque morceau est comme un petit film et j'adore ça. J'aborde toutes les facettes de l'amour: la séduction, la passion, la trahison...

- C'est d'ailleurs l'amour qui vous a fait quitter la France ?

J'ai suivi un grand viking en Suède ! Nous habitions une cabane en bois au milieu des forêts. Là-bas, j'ai chanté avec des lapons,  par moins 25 degrés, sur des tapis de cérémonie. J'ai découvert combien les femmes étaient libres dans ce pays. Tout est organisé autour d'elles. J'ai aussi appris cette phrase: "n'attends pas la liberté, prends-la". Quand on est comme moi une chanteuse originaire du Maghreb, c'est un véritable dépaysement. J'ai aussi enregistré un album. 

- En fait, vous n'avez jamais cessé de chanter ?

J'ai donné des concerts en Chine, au Qatar, dans des clubs de jazz à New York...

- Et dans un opéra à Vienne ?

J'ai été contactée per le metteur en scène Luc Bondy. Il voulait que je chante dans l'opéra "Helena" au Burgtheater de Vienne. C'était une expérience totalement inédite pour moi, d'autant plus qu'il m'a également demandé d'écrire les parties pour les chanteurs alors que je ne sais pas lire une note ! Il voulait quelque chose de moderne et il a été tellement persuasif que j'ai accepté.  J'aime trouver le point de rencontre entre les cultures.

- Vous avez été une des pionnières dans ce domaine ?

C'est vrai que j'ai ouvert la porte et je  ne l'ai jamais laissée se refermer sur moi. Je ne m'autorise pas à m'ennuyer dans la vie. Je me considère comme une nomade des temps modernes. 

(c) Fabienne Carreira

- Quels ont été les arguments de Léonard Lasry pour vous convaincre ?

Cela n'a pas été très compliqué. J'avais adoré un court-métrage dont il était le compositeur. Je suis quelqu'un de spontané. J'ai dit à Léonard que j'aimais beaucoup ce qu'il faisait et que j'aimerais travailler avec lui. Nous avons échangé nos numéros de téléphone. 

- Votre collaboration a démarré de manière insolite , non ?

Il m'a contactée pour une publicité destinée à la Maison Cartier. Il s'agissait de la chanson "Radwoi" qui figure sur l'album. Un peu avant l'heure du rendez-vous, je me suis retrouvée à la porte de chez moi, sur le palier et en robe de chambre. Je n'avais plus le temps d'appeler un serrurier. J'ai donc demandé à une voisine de me prêter des foulards et des boucles d'oreilles et je suis partie comme ça !

- Comment avez-vous travaillé pour ce nouvel album ?

- J'avais très envie de chanter à nouveau en français. J'ai réalisé à quel point la poésie de cette langue me manquait. Léonard a travaillé comme un grand couturier qui crée une robe sur mesure. Il sublime le féminin et vous guide, l'air de rien, vers le beau et la lumière.  Dans notre duo sur "On est prié de se plaire", j'ai eu le sentiment qu'il épousait ma voix. Il a aussi révélé ma fragilité.

- Dans la chanson "Quand Jeanne M elle aime", vous rendez un bel hommage à Jeanne Moreau ?

- Je l'avais rencontrée sur un plateau de télévision et nous avons chanté ensemble dans un grand théâtre en Belgique. Nous avons partagé une belle complicité. 

- C'était une femme indépendante.  Un peu comme votre mère et votre grand-mère ?

Je suis professeur de yoga depuis 25 ans. Ma mère l'était également. Elle a été l'une des premières à l'époque. Quant à ma grand-mère, elle jouait du Oud et dansait le charleston en bas résilles ! Je me souviens que lorsque nous allions la voir pour nous plaindre de choses sans gravité, elle répliquait: "qui est mort ?" 

(c) Kilian Thomas

- C'est vous qui avez choisi le titre "La lumière de mes choix" ?

Oui parce que je trouve qu'il me ressemble. Une culture, une religion peuvent vous enfermer. Ce n'est pas un hasard si les pays guerriers empêchent les femmes de chanter. J'enseigne le yoga du son. Mon chant, c'est ce qui me relie aux étoiles et à la terre. Je pense que cet album nous élève. C'est important d'aller vers le rêve et de vivre en paix...


- Album "La lumière de mes choix" (29Music/Kuroneko), disponible depuis le 22 octobre dernier.

- Sur scène, lors du concert de Léonard Lasry, le 9 décembre 2021, à 20 heures, au Café de la Danse (5, Passage Louis-Philippe 75011 Paris).

Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 


3 déc. 2021

Les vies multiples de Léonard Lasry

(c) Kilian Thomas

Quand on se penche sur son parcours, on a du mal à réaliser qu'il n'a pas encore fêté ses quarante ans ! Boulimie artistique ? Peur du vide ? Et si Léonard Lasry était tout simplement un passionné dont les compositions intemporelles sont justement dans l'air du temps ? Il a imaginé ses premières mélodies à 10 ans, enregistré son premier disque "Des illusions" à 24 ans. Après avoir monté son propre label "29 Music", il s'est associé avec son frère pour lancer une marque de lunettes "Thierry Lasry", s'est attelé au projet "L'Exception", une performance vidéo autour du cinéma des années 60, a travaillé avec la photographe et styliste Maripol avec qui il a enregistré quelques chansons... Et lorsqu'il avait encore un peu de loisir, il a composé les bandes-son de collections de mode (Hugo Boss, Valentino, Dior...), animé "Les mercredis de Léonard Lasry" chez Castel et assuré la production du titre "Strip-Tease-moi" pour le Crazy Horse, un cabaret où a d'ailleurs été l'un des rares artistes masculins à se produire.

Récemment, il a également composé cinq chansons sur le dernier album de Sylvie Vartan, persuadé  Amina de rompre un long silence discographique pour "La lumière de mes choix" dont il a signé la réalisation et les mélodies et, le 19 novembre dernier, il a réédité son opus "Au hasard cet espoir" dans lequel on trouve notamment un beau duo avec Charlotte Rampling sur "Via Condotti". Rencontre avant son concert parisien au Café de la Danse, le 9 décembre prochain.

- En découvrant votre biographie, on a le sentiment que vous avez déjà vécu 2 ou 3 vies ? 

Mon premier album est sorti il y a tout juste 15 ans. Depuis, il y a eu des envies, des rencontres avec artistes que j'aime beaucoup et des projets qui ne se refusent pas. C'est mon moteur. Là, je suis en train de terminer un cycle.

- Dans l'album "Au hasard cet espoir", vous ne parlez que d'amour ?

Essentiellement ! Mais pas les aventures passagères. L'idée était plutôt de parler du grand amour. Celui qui laisse des traces, des empreintes. La chanson "Les archives du coeur" par exemple est auréolée de mystère, entre fiction et réalité.

- C'est-à-dire ?

J'habite Square Récamier et j'avais sur ma commode le livre "Croire au merveilleux" (de Christophe Ono-dit-Biot) qui a justement remporté le Prix Récamier du roman en 2017. Je l'ai emporté en vacances et un homme que j'ai croisé là-bas m'a indiqué qu'il avait été écrit exactement à l'endroit où je me trouvais. Le dernier chapitre s'intitule "Les archives du coeur" qui est également le titre d'une exposition de Boltanski, présentée au Grand Palais. Cet ouvrage m'a bouleversé et troublé. Il a joué un rôle dans ma vie.

- Comment s'est passé la rencontre avec Charlotte Rampling  ?

Je savais qu'elle avait déjà chanté sur un album d'Alain Chamfort. Je pensais souvent à elle. Lors d'une discussion avec un ami qui me demandait quel était mon top 4 des actrices que j'aimerais faire chanter, j'ai cité Charlotte Rampling.Peu de temps après, il m'a indiqué qu'elle aimait ce que je faisais. Ensuite, tout s'est passé assez simplement: mon téléphone a sonné et c'était elle. Elle a une vraie conscience du micro. Quand je l'ai entendue, je me suis dit que la chanson avait rencontré sa voix.

- Et avec Sylvie Vartan ?

J'ai eu le sentiment de réaliser l'un des rêves de ma mère qui allait la voir en concert. Je trouve que la discographie de Sylvie Vartan  n'est pas assez estimée. Elle a de très belles chansons. Quand on m'a contacté, je suis parti sur une veine intimiste qui est assez naturelle pour moi. J'ai eu un retour dix minutes après l'envoi des titres. Elle était très enthousiaste. 

- Comment avez-vous persuadé Amina d'enregistrer un nouvel album en France, plus de 20 ans après "Annabi" ?

J'avais fait chanter Gabrielle Lazure et je l'ai rencontrée à cette occasion. Là aussi, les choses se sont passées simplement. Je voulais que l'album soit joyeux, positif et solaire. Même les mélodies un peu mélancoliques sont tournées vers la lumière. Ce sont des valeurs que je partage avec Amina.

(c) Wahib Chehata

- Musicalement, vous semblez inspiré par des décennies que vous n'avez pas vraiment connues ?

Parce que j'aime mon regard sur ces périodes que je trouve intemporelles. Je pense que mes chansons sont faciles d'accès, mais je n'ai jamais le sentiment de cultiver quelque chose de rétro. Pendant une dizaine d'années, j'ai surtout écouté de la musique classique puis j'ai glissé progressivement vers la pop internationale et la variété. Lorsque j'aime un artiste, j'achète toute sa discographie ! J'ai travaillé avec Marie-France car il y a chez elle un truc qui me fascine. J'aimerais bien rencontrer Vanessa Paradis, par exemple.  J'adore son timbre et je pense qu'il collerait bien avec mes musiques.

- Vous avez également publié sur votre label les trois derniers albums de l'artiste suédois Jay-Jay Johanson ?

Et j'ai un certain nombre de projets avec de jeunes artistes. Ce label me permet de disposer d'une grande liberté.  J'ai été surpris et fier quand Jay-Jay Johanson a choisi de quitter une major pour travailler avec moi.

- Vous avez ressenti la même fierté lorsque Madonna vous a contacté pour vous acheter des lunettes ?

Au départ, nous avons cru avec mon frère qu'il s'agissait d'un faux mail ! Elle demandait des codes d'accès pour consulter la collection. Très rapidement, elle a commencé à porter les modèles "Thierry Lasry" et cela a beaucoup contribué à faire connaître la marque à ses débuts.

- Avec l'auteur Elisa Point, vous avez trouvé votre alter ego ?

Nous travaillons ensemble depuis dix ans et nous formons un vrai tandem.  Un peu comme Julien Clerc et Etienne Roda-Gil ! Elisa est assez plurielle dans son écriture.  Nous travaillons parfois en simultané. Elle commence à écrire, ses mots m'inspirent une mélodie et... à la fin il y a une chanson ! 
 



- Réédition de l'album "Au hasard cet espoir" (29Music/Kuroneko), disponible depuis le 19 novembre dernier.

- En concert, le 9 décembre 2021, à 20h, au Café de la Danse, 5, Passage Louis Philippe, 75011 Paris. Tél.: 01.47.00.57.59. Loc. points de vente habituels et sur le site www.cafedeladanse.francebillet.com

- Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 

1 déc. 2021

"Les eaux sauvages": un voyage intimiste dans le vaste univers d'Anne Sylvestre

(c) Camille Gaspar

Lors de sa création en 2017, Anne Sylvestre avait assisté à ce spectacle qui puisait dans son immense répertoire , pas moins de 600 chansons (sans compter les fameuses Fabulettes) pour faire émerger une quinzaine de textes sur le thème de l'eau.  

Un an après sa disparition (le 30 novembre 2020) Olivier Hussenet, interprète et metteur en scène et son complice Vladimir Médail (guitare et arrangements), ses "petits marins" comme elle s'amusait à les appeler,  nous invitent à embarquer, pour un autre périple à la découverte du concert-spectacle "Les eaux sauvages", sous titré "Chansons  hydrophiles d'Anne Sylvestre". 

"Aujourd'hui, le désir de la chanter, de contribuer à porter une petite part de cette œuvre magistrale, est très fort, pour contredire sa disparition, pour la conjurer, la dissoudre..." explique Olivier. 


(c) Camille Gaspar

Avec pour seul décor, une bâche bleue, dont les plis évoquent le mouvement des vagues, le chanteur et comédien, pieds nus,  entame ce récital avec le bouleversant "Pour aller retrouver ma source", datant de l'année 2000, passe allègrement "Le Pont du nord", avant de remonter le courant et les années pour  "La chanson de toute seule" (1959),  "T'en souviens-tu la Seine" (1964), "La Rochelle par la mer" (1965), "Le pêcheur de perles" (1967)...  

Après une belle escale,  le temps de nous offrir une sensible interprétation du "Partage des eaux", Olivier Hussenet termine  par les vers de "Porteuse d'eau": "Quatre saisons filant sans bruit, le jour et puis un jour, la nuit, la mort et puis que la terre me prenne. La la la la la"...

Un voyage intimiste dans le vaste univers d'Anne Sylvestre.

Jusqu'au 19 décembre 2021, les vendredis 3, 10 et 17 à 20h, et les dimanches 5, 12 et 19 à 16h, au Hall de la Chanson, Parc de la Villette, 211, avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris. Tél.: 01.53.72.43.00. Infos complémentaires sur le site www.lehalldelachanson.com

Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com