31 janv. 2020

Le palmarès 2019 de l'Académie du Jazz

" Il n'y a, au vrai, rien de plus anti-académique aujourd'hui que cette Académie du Jazz: pour n'être chargée d'aucun dictionnaire, elle n'en dit pas moins franchement ses choix sur quelques noms propres, portée par cette camaraderie égalitaire où s'annulent les gloires et les titres de chacun au moment de jeter le vote dans le chapeau qui lui sort d'urne..." explique François Lacharme (Président) dans la "Petite et grande histoire de l'Académie" racontée sur le site.

Voici les noms des lauréats sortis du chapeau, lors de la fête qui s'est déroulée lundi soir au Pan Piper...

                                                   
 - Prix Django Reinhardt (musicien français de l'année): Hugo Lippi
- Grand Prix de l'Académie du Jazz (meilleur disque de l'année) : Yes ! Trio, "Groove du Jour" (Jazz&People/Pias)
- Prix du Disque Français (meilleur disque enregistré par un musicien français): Laurent Coulondre "Michel On My Mind" (New World Production/L'autre Distribution)
- Prix du Musicien Européen (récompensé pour son oeuvre ou son actualité récente): Daniel Erdmann
- Prix du Meilleur Inédit : Barney Wilen Quartet "Live In Tokyo '91" (Elemental Music/Distrijazz)
- Prix du Jazz Classique: Albert Ammons "Complete Work Albert Ammons (1907-1949 Boogie Woogie King"
- Prix du Jazz Vocal: Leïla Martial "Warm Canto" (Laborie Jazz/Socadisc)
- Prix Soul: Mavis Staples "Live In London" (Anti-/Pias)
- Prix Blues: Jontavious Willis "Spectacular Class" (Kind Of Blue Music/www.jontaviouswillis.com)
- Prix du Livre de Jazz, ex-aequo: Nicole Bertolt &Alexia Guggémos "Boris Vian 100 ans" (Éditions Heredium), Christelle Gonzalo & François Roulmann "Anatomie du Bison - Chrono-biographie de Boris Vian " (Éditions Des Cendres).

Site: http://www.academiedujazz.com/

27 janv. 2020

Le souffle triomphal de "Vive la vie"

Ovationnée un peu partout lors de sa tournée internationale (Chine, Jordanie, Maroc, Tunisie, Martinique, Roumanie, La Réunion...), saluée par les critiques à Avignon en 2018 et 2019, la troupe Interface (ancrée en Suisse et en Valais) arrive enfin à Paris avec "Vive la Vie".
Précédé de telles éloges et récompenses (Trois prix au Festival International Liberal Theater de Amman en Jordanie), on attendait évidemment beaucoup de ce spectacle dont le titre sonne comme une promesse !
D'autant plus que le sujet traitant de l'évolution des mentalités et de la cellule familiale, face au progrès et au bouleversement de l'environnement, nous laissait vaguement songeurs.
Mais, dès les premiers tableaux on se laisse littéralement emporter par le souffle de vie, l'intensité et la pertinence du propos, l'incroyable énergie des danseurs, le chant hypnotique de la mezzo-soprano Florence Alayrac (en alternance avec Fabrice Di Falco) sur la musique originale de Johanna Rittiner et André Pignat.
Sur scène, tandis qu'une symbolique ampoule s'allume et s'éteint par intermittence, la troupe nous fait partager ses doutes, son appréhension et son fol espoir d'une vie meilleure avec l'arrivée de l'électricité, de l'eau et des nouvelles technologies. L'un des artistes conseille même de ne jamais fermer les robinets de peur que l'eau ne cesse de couler...
Il y a là, un paysan viscéralement attaché à ses racines, se laissant convaincre par les arguments de son fils, des jeunes filles qui rêvent de balancer leurs tabliers, un jeune homme jonglant avec des sphères entre les mains... Bref, tout un monde à la fois curieux et craintif, animé d'une même envie de changements.
Jamais didactique, le spectacle joue sur toute une palette d'émotions, de sensations, en créant un langage universel entre le chant, la danse, le théâtre et la musique. Au fil des scènes, les corps s'allègent et se dénudent, le rythme s'accélère.
Orchestrés et réglés avec une redoutable efficacité par la chorégraphe Géraldine Lonfat (qui co-signe la mise en scène avec André Pignat) les ballets illustrent parfaitement les tensions entre le passé et le futur, l'enracinement et l'intarissable soif de liberté.
"Aujourd'hui, vous en voulez toujours plus mais pour quoi faire ?" interroge le père.
Dans cette course folle, on ne sait qui sortira vainqueur. Et si c'était tout simplement la vie...

Jusqu'au 30 mars 2020, le lundi à 20h, le mardi à 19h, e samedi à 17h et le dimanche à 20h30, au Théâtre de la Gaîté Montparnasse, 26, rue de la Gaîté, 75014 Paris. Tél.: 01.43.20.60.56. 
Places: de 14 à 28 € (carré or à 32 €). http://www.gaite.fr/

24 janv. 2020

La douce folie des Dézingués du vocal

(c) Didier Pallagès
Le tout nouveau spectacle de ce groupe, créé en 2012, s'appelle "Sans faux col et bien tassé".
Mis en scène par le clown et musicien Fred Robbe, il reprend les recettes de ses débuts: des chansons humoristiques entrecoupées de sketches franchement farfelus.
C'est d'ailleurs ces débuts et les épreuves qui attendent les jeunes artistes en quête de producteur que Sophie Jolis, Sophie Kaufmann, Guillaume Nocture (chant, guitare) et Guillaume Ménard (au piano) ont choisi de raconter ici, avec un répertoire de chansons originales.
Voilà pour le fil conducteur... qui s'entortille assez vite lorsqu'on tente de suivre la douce folie du quatuor. De la demoiselle qui cherche son prince charmant sur internet à la parodie de Mireille Mathieu (avec l'accent !) en passant par des morceaux sur les cannibales, les fils de..., l'humour échevelé de la scène chez le coiffeur ou le cours sur le mauvais usage des liaisons, on comprend vite que les chanteurs n'ont que faire des partitions. Même lorsqu'ils proposent de s'attaquer à une oeuvre majeure du répertoire.
Cela donne un spectacle assez décousu mais les qualités vocales et la fantaisie débridée de ces "Dézingués" emportent l'adhésion. 

Jusqu'au 2 mars 2020, tous les lundis à 21 heures, au Théâtre Essaïon, 6, rue Pierre au Lard, 75004 Paris. Tél.: 01.42.78.46.42. http://www.essaion.com/

20 janv. 2020

Tim Dup "Qu'en restera-t-il ?"

Timothée Duperray, alias Tim Dup n'aura pas attendu plus de deux ans pour donner une suite à sa "Mélancolie heureuse". Et on s'en réjouit car le jeune artiste donne un nouveau visage à la chanson française. Il ne faut évidemment pas se fier à sa bouille de gamin et à sa dégaine d'ado car Tim fait preuve d'une surprenante maturité dans l'écriture et la composition. Dans l'inspiration aussi car il est rare, à 25 ans, de se pencher avec autant d'acuité et de sensibilité sur l'impermanence des gens et des choses.
Des réflexions qui nourrissent les textes de "Qu'en restera-t-il", un second opus écrit et composé (avec la complicité de Damien Tronchot et Renaud Létang) après un long voyage à travers l'Europe et au Japon.
Dans le livret qui accompagne l'album, Tim cite ces mots de Barbara :"Les voyages... Qui mûrissent nos coeurs, qui nous ouvrent au bonheur. Mais que c'est beau les voyages...".
De ce long périple en solitaire, l'auteur, compositeur et musicien a rapporté des chansons, comme autant d'instantanés, qui parlent d'Aventure, de Songes, de Refuge ou de la Porte du soleil (en duo avec Gaël Faye, co-auteur du texte), d'enfants trop jeunes et déjà cabossés, d'ellipses et d'atolls en exil... et nous ramènent du côté du quartier République, le temps d'une émouvante chanson intitulée "Place espoir". Treize titres, parfois slamés, parfois parlés qui font la part belle au piano, avec ici et là quelques sonorités électro.
Au fil de phrases que l'on imagine griffonnées sur une feuille au bord d'une route, face à l'océan ou sur la banquette d'un bus, on se laisse emporter par la veine poétique de ce magnifique bourlingueur qui, entre sombres présages et déclarations d'amour, nous laisse entrevoir le ciel "comme une fenêtre ouverte"...

- Album "Qu'en reste-t-il ?" (Columbia/Sony Music), disponible depuis le 10 janvier 2020.
En concert: le 7 mars 2020 à Sérignan (La Cigalière), le 12 mars à Oberhausbergen(Le PréO), le 13 mars au Festival "A Travers Chant" de Saint-Saulve, le 14 mars à Épinal (La Souris Verte), le 20 mars à Fontaine (La Source), le 21 mars à Genève, le 22 mars au Festival French Connexion de Lyon, le 27 mars à la Cigale...

17 janv. 2020

La joyeuse célébration des Michel's

Combien de chansons connaissez-vous sur des airs de Michel ? Combien de dialogues, de sketches, de personnages fictifs ou réels portant ce prénom vous ont fait rêver, bouger, danser ?
Partant de ce postulat, assez simple, il faut bien l'avouer, Sophie Jolis, Guillaume Nocture et Michel Goubin proposent un spectacle intitulé... "Les Michel's" !  Hélène Darche qui a signé la mise en scène a notamment travaillé pour le théâtre sur des textes de Stefan Zweig, Blaise Cendrars ou Jean-Paul Sartre. Autant dire qu'elle s'offre ici une récréation. Et nous aussi. Car, sans autre prétention que celle de flatter notre goût pour les ritournelles populaires, les mélodies de Legrand ou les répliques impérissables d'Audiard ou Michel Colucci, le trio nous fait passer un bien joli moment.
De "Pour un flirt" à "Love me please love me" en passant par "La maladie d'amour", "Les vacances au bord de la mer","la groupie du pianiste"...  les chanteurs et musiciens (piano et guitare) balayent avec une énergie communicative tout un pan de la variété française. Ils s'accordent même une petite virée Outre-Atlantique avec "Billie Jean" ou "La complainte du phoque en Alaska" et Outre-Manche pour l'incontournable "Michelle" des Beatles. Ancienne élève du Conservatoire de Paris, option chant baroque, Sophie Jolis s'amuse dans tous les registres, n'hésitant pas à s'attaquer avec ses complices au fameux "S.O.S d'un terrien en détresse". Un choix téméraire si on ne possède pas son pesant d'octaves. Mais le résultat est plus qu'honorable, tant les Michel's ont le sens des harmonies. Au point de se lancer dans un exercice tout aussi périlleux en se donnant la réplique avec des chansons différentes.On passera sur la scène du pique-nique, un peu longue, pour se régaler avec la délicieuse version du "Cake d'amour" de Peau d'Âne.
Inévitable, le clin d'oeil à la célèbre comptine de notre enfance n'apporte toujours pas de réponse à la Mère Michel mais le trio, lui, ne devrait pas avoir de mal à trouver son public.

Jusqu'au 3 mars 2020, tous les mardis à 21 h  (relâche le 10 février), au Théâtre Essaïon, 6, rue Pierre au Lard, 75004 Paris. Tél.: 01.42.78.46.42.  http://www.essaion.com/



15 janv. 2020

35ème cérémonie des Victoires de la Musique: moins de catégories et plus de live !

Nouvelles résolutions, en ce début d'année, pour la grand-messe de la musique qui sera diffusée le 14 février prochain sur France 2 et France Inter, en direct de la Seine Musicale, à 21h05.
Afin d'être "plus lisible pour le public", comme l'a expliqué Romain Vivien, nouveau Président des Victoires de la Musique, lors de la conférence de presse qui s'est tenue lundi dernier au Casino de Paris, le palmarès s'allège de plusieurs catégories (rock,  musiques urbaines,  rap, musiques du monde et musiques électroniques) et passe ainsi de 13 à 8. Quant au collège des votants  ( initialement fixé à 600) il a été revu à la hausse pour atteindre le chiffre de 900, dont 200 non professionnels.
Autre nouveauté, un troisième tour de vote ouvert au grand public, jusqu'au 14 février, sur internet, concernant les catégories "chanson originale", "concert" et "création audiovisuelle"
Et enfin, une attention particulière apportée au décor et à la mise en scène qui seront entièrement renouvelés.

Pour cette 35ème cérémonie, les nommés sont:
- Artiste masculin: Philippe Katerine, Lomepal, Alain Souchon
- Artiste féminine: Angèle, Clara Luciani, Catherine Ringer
- Album: "Âmes fifties" (Alain Souchon),"Confessions" (Philippe Katerine),"Jeanine" (Lomepal)
"Les étoiles vagabondes : expansion" (Nekfeu), "Panorama" (Vincent Delerm)
- La Chanson originale: - "Allez reste" Boulevard des Airs feat. Vianney, "Ça va ça vient" Vitaa & Slimane, "Nue", Clara Luciani, "Presque" (Alain Souchon), "Stone avec toi" (Philippe Katerine)
- Le  Concert:  "Both sides", Jeanne Added,  "Brol Tour", Angèle, "Le grand petit concert", M
- Création audiovisuelle: - "Au DD", PNL (réalisateur QLF)
- "Balance ton quoi", Angèle (réalisatrice Charlotte Abramow)
- "Live Les Vieilles Canailles", Les Vieilles Canailles (réalisateur Serge Khalfon)
- Révélation scène:  Hoshi,  Aloïse Sauvage, Suzane
- Album Révélation: "Les failles" Pomme,"Maëlle" Maëlle,"Tempéraments" Malik Djoudi.

On peut évidemment regretter que l'institution ne mette plus en avant des artistes en perpétuelle évolution dans les catégories supprimées. Mais la bonne nouvelle de la soirée (qui promet d'être moins longue)  est que tous les nommés interpréteront leur titre en live. 

Les cultures urbaines investissent le Théâtre du Châtelet

C'est un évènement et non des moindres !
Pour la première fois de son histoire, le Théâtre du Châtelet va accueillir la finale du championnat de France de danse hip-hop et de breakdance (créé en 2000).  Une belle reconnaissance pour des pratiques culturelles et sportives, nées dans la rue, qui auront ici les honneurs de la grande salle.
Sur scène, une centaine de danseurs se livreront à une battle en règle pour tenter de remporter le titre de champion de France. Ultime étape avant la finale mondiale qui se déroulera le 13 septembre prochain à l'AccorHotels Arena à Paris.

Le 8 février 2020, à 16 h, au Théâtre du Châtelet, 1, Place du Châtelet, 75001 Paris. Réservations sur http://www.chatelet.com/ et points de vente habituels. Tarifs: de 15 à 23 €. http://www.battle-pro.com/

14 janv. 2020

Barbara Hendricks, marraine du Festival "Au fil des voix"

Qui mieux que Barbara Hendricks, une citoyenne du monde dont la voix de soprano s'est élevée sur toutes les scènes et lors de nombreuses actions humanitaires, pouvait mieux incarner l'esprit de ce festival ?
Depuis sa création "Au fil des voix" a accueilli plus de 237 groupes, 1000 musiciens représentant plus de 65 pays et régions.
Parrainée par la célèbre cantatrice, cette 13ème édition permet, une fois de plus, à des artistes venus de tous horizons de briser les frontières entre traditions et modernité, dans un métissage culturel toujours festif. De quoi réchauffer le coeur des parisiens. Coup d'envoi à la Cigale, le 20 janvier prochain, sous le signe du fado avec deux stars du genre: Antonio Zambujo et Misia.
Misia (c) C.B.Aragao
A l'affiche également, le blues du Sahara de Tikoubaouine,  Macha Gharibian Trio dans un répertoire jazz, world et pop, la multi-instrumentiste, chanteuse et danseuse ivoirienne Manou Gallo, l'andalou Luis de La Carrasca, considéré comme la référence du flamenco, le camerounais Conti Bilong qui a joué notamment au sein du Soul Makossa Gang de Manu Dibango, le groupe Qalam & Adil Smaali, réunissant des musiciens originaires du Languedoc-Roussillon et un chanteur et musicien marocain ou encore Daara J Family, groupe phare de la scène hip-hop africaine, mené par les chanteurs Faada Freddy et Ndongo D.
A cette occasion, le 360 Paris Music Factory, nouveau lieu dédié à la musique et à la création, ouvrira ses portes...et sa scène pour une vingtaine de concerts.

Du 20 janvier au 7 février 2020, à la Cigale (120, Bd de Rochechouart, 75018 Paris), au 360 Paris Music Factory (32, rue Myra, 75018 Paris) et au Trianon (80, Bd de Rochechouart).
Infos et billetterie sur le site http://www.aufildesvoix.com/

13 janv. 2020

Clara Ysé: de l'ombre à la lumière

(c) Sylvain Gripoix
Sur sa courte biographie, on apprend qu'elle a débuté le violon à l'âge de 4 ans, le chant  à 8 ans et qu'elle a été bercée par les voix de Maria Callas, Janis Joplin, Barbara et Mercedes Sosa. Après avoir étudié la philosophie à la Sorbonne, le langage scénique à l'École du Jeu, elle aurait développé son goût pour l'image en observant son père (peintre) dans son atelier...
Mais pour tenter de percer l'univers singulier de Clara Ysé, il faut évidemment écouter les chansons de son EP "Le monde s'est dédoublé". Six titres écrits et composés après la perte de sa mère, la philosophe et psychanalyste Anne Dufourmantelle, disparue après avoir sauvé un enfant de la noyade, en juillet 2017.
"Regarde derrière les nuages, il y a toujours le ciel bleu azur qui, lui, vient toujours en ami te rappeler tout bas que la joie est toujours à deux pas..." chante-t-elle dans ce mini album à feuilleter comme un journal intime, avec ses codes, ses allégories, ses tourments, ses élans amoureux... Subtile alchimiste, la jeune artiste de 26 ans maîtrise l'art de transformer les ombres en éclaircies, de transcender l'absence. Que ce soit avec le vibrant "Libertad", l'émouvant "Mama", les hypnotiques "Fées magnétiques",  le timbre lyrique et puissant de Clara,  qui passe harmonieusement du grave à l'aigu,  nous embarque (en français, en anglais et en espagnol) pour un étrange "Voyage équinoxial".
L'osmose est si palpable qu'il serait bien réducteur de parler d'accompagnateurs pour évoquer les instrumentistes dont elle s'est entourée: Yulian Malaj, co-auteur et co-compositeur de 2 titres et seconde voix sur le CD, le batteur et percussionniste d'origine iranienne Naghib Shanbehzadeh, le pianiste Camille El Bacha et le bassiste Marc Karapétian. Des virtuoses qui habillent magnifiquement les mélodies de sonorités orientales et latino-américaines.
En concert, Clara Ysé nous offre également une belle et troublante version de la chanson de Dominique A "Immortels" qui fut également reprise par Aain Bashung. Comme un mantra...


Les 14 janvier (concert complet), 11 février et 17 mars 2020, à 19h30, à La Boule Noire, 
120, boulevard de Rochechouart, 75018 Paris. Loc. points de vente habituels. Prix: 17 €.
- EP "Le monde s'est dédoublé (Tomboy Lab/Believe)

7 janv. 2020

Tryo en showcase à la Fnac Bercy Village

Pour célébrer ses 25 ans de carrière, Tryo annonce la sortie, le 24 janvier prochain, d'un double album baptisé "XXV". Le groupe y revisite quelques-uns de ses succès en duo avec Véronique Sanson, M, Alain Souchon (et ses fils), Bernard Lavilliers, Renaud, Hubert-Félix Thiéfaine, Zaz, Vianney, Bigflo & Oli...
Avant de fêter cet anniversaire sur la grande scène de l'AccorHotels Arena (le 13 mars), il offrira à ses fans un mini-concert à la Fnac Paris-Bercy Village, le 25 janvier 2020, à 16 heures. Évènement gratuit, dans la limite des places disponibles.

49/53, Cour Saint-Emilion, 
Centre Commercial Bercy Village, 
75012 Paris

Reprise du spectacle "Le son d'Alex"... pour cause de succès !

Présenté dans le cadre intimiste du République , il y a tout juste quelques semaines, ce stand-up musical a séduit un nombre grandissant de mélomanes et de curieux (voir le 16 octobre 2019 sur ce blog).
Il faut avouer qu'Alex Jaffray, en véritable passionné, n'a pas ménagé les anecdotes, démonstrations et autres secrets de fabrication de tubes pour nous faire partager "son" histoire de la musique.
Un spectacle drôle et généreux auquel on pouvait juste reprocher un format bien trop court !
Bonne nouvelle, "Le son d'Alex" s'exporte au Lucernaire, pour une série de représentations supplémentaires.

Du 6 février au 25 avril 2020, les jeu., ven. et sam. à 21h30 (relâches exceptionnelles les 20, 21, 22 fév. les 20, 28 mars et le 11 avril), 
au Lucernaire (Théâtre Noir), 53, rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris. 
Tél.: 01.45.44.57.34. Places: de 10 à 28 € 
http://www.lucernaire.fr/