26 janv. 2022

Le label PeeWee! se met sur son 31


L'histoire n'est pas banale et inhabituelle dans le monde de la musique: au printemps dernier, après deux décennies d'hibernation, le label Pee Wee Music renaissait sous le nom de PeeWee! Renouant avec un mode de fonctionnement "à l'ancienne": accompagnement et écoute des artistes, temps accordé pour la maturation et la réalisation des albums, volonté affichée de faire entendre des univers différents... la maison de disques a sorti ou réédité quelques pépites comme  l'album "Dibiye" de Francis Bebey, Biréli Lagrène en solo ou la suite des aventures du collectif Kartet.

Le 31 janvier prochain, PeeWee! organise (en co-production avec le Théâtre des Nouveautés) une "Jazz Night" exceptionnelle réunissant des artistes de son prestigieux catalogue: Biréli Lagrène, Simon Goubert, Andy Emler, Patrick Bebey, Sophia Domancich, Mathias Lévy, Phil Reptil, Kartet (Benoît Delbecq, Guillaume Orti, Hubert Dupont, Samuel Ber) qui se produiront dans des formules inédites.

Au Théâtre des Nouveautés, le 31 janvier 2022, à 20 heures,  24, boulevard Poissonnière, 75009 Paris. Tarifs: de 10 à 30 Euros. Billetterie: 01.47.70.52.76. www.theatredesnouveautes.fr

 

24 janv. 2022

Acid Cyprine: décalage immédiat !

(c) AF&C - Jean-Baptiste Loiseau - Ulysse Picture - Festival Off Avignon

Proposé par la Compagnie Sapiens Brushing, le spectacle est sous-titré "Un tourbillon tragi-comique pour s'interroger sur les femmes... et les autres". On pourrait aussi parler de  bourrasque tant cette création collective, mise en scène par Alexandre Pavlata,  est décoiffante. 
Sur l'air de libérée, délivrée, la fameuse chanson du film d'animation "La reine des neiges",  Stéphane Dupéray, Claire Dosso (en alternance avec Inès Lopez), Clara Marchina et Pauline Woestelandt se présentent sur scène en baskets et robes de princesse. Elles confient alors leurs rêves de jeune fille et de prince charmant qui sera évidemment beau, intelligent, riche, doté d'abdos en forme de tablette de chocolat.... 
Mais le conte de fée vole vite en éclats car ces drôles de suffragettes balancent robes et diadèmes pour aborder, sans tabou,  des thèmes comme l'horloge biologique des femmes, le machisme, les diktats de la mode et de la minceur, les principes et les limites de la liberté, les liposuccions à répétition, le viol...

(c) Ivanoel Barreto


Les comédiennes se mettent alors à nu  (ou presque !) puisque c'est en sous-vêtements ou en femen qu'elles mettent à mal les stéréotypes de notre époque. Tout en s'attendrissant sur la pornographie qui a fait tant de mal aux hommes et ceux victimes d'un bouleversement hormonal parce qu'ils ont choisi de partager les taches ménagères. 
Puis elles endossent des tenues de martiennes (ou d'amazones) dont la mission est d'éradiquer les hommes sur terre. On se perd un peu dans les degrés en terme d'humour mais ce qui est sûr c'est que ce turbulent quatuor ne ménage pas les effets pour torpiller les clichés.

Arrivées en princesses, elles finissent dans des combinaisons gonflables en forme de pénis ! La mine faussement déconfite, l'une des demoiselles regrette que tout cela manque un peu d'amour. Et si, en fait, Acid Cyprine ne parlait que de ça ?

Tous les jeudis, à 21h, jusqu'au 24 février 2022, au Café de la Gare, 41, rue du Temple, 75004 Paris. Tél.:01.42.78.52.51. Loc. points de vente habituels et sur le site www.cdlg.org

Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 


23 janv. 2022

Les Wriggles n'ont pas pris une ride !

(c) Pidz

Créé en 1995, disparu en 2009, le groupe des Wriggles s'est reformé en 2018. Et, à l'évidence, les mecs en rouge n'ont pas pris une ride ! On peut même dire qu'ils se sont bonifiés avec les années. Pas question pour autant de surfer sur les acquis puisque, comme l'affirme le titre de leur nouveau spectacle, ils ont choisi de se mettre en quatre pour ces retrouvailles avec le public. Dans la salle on devine les fans de la première heure mais aussi des spectateurs nettement plus jeunes qui devaient encore biberonner à l'époque de "Justice avec les saucisses" (leur premier album).

Arrivant du fond de la salle, une bougie à la main, en entonnant un sage "Notre père qui êtes aux cieux...", Stéphane Gourdon, Antoine Réjasse, Emmanuel Urbanet et Fabien Marais déboulent sur scène en proposant une "Barbeuc Party". L'ambiance est à la fête mais, en tendant l'oreille, on réalise que même si elle vante le plaisir de se retrouver entre potes, la chanson parle aussi de réchauffement climatique, de CO2... 
Puis ils rangent chaises pliantes, parasol et caleçons pour célébrer "Sixtine", belle comme un Michel Ange, se saisissent de colliers de fleurs pour un retentissant "Welcome" qui, loin des clichés de vacances, nous rappelle le sort des humiliés dans le pays des droits de l'homme, avant de nous conter l'histoire d'amour entre un lapin et une belette, de nous faire partager "la révolte des rennes" menaçant de se syndiquer pour obtenir le statut d'intermittents... A mots couverts, ils abordent également les violences conjugales pour parler de cette femme qui vit toute seule avec un chien.

Fidèles à leur réputation, les Wriggles jonglent entre tendresse, humour grinçant et satires sociales dans des chansons savamment mises en scène par  Sébastien Lalanne, tout en s'accompagnant à la guitare, au ukulélé, au beat-box. 


Sur l'affiche on aperçoit un nez rouge mais s'ils aiment faire les clowns, les Wriggles possèdent l'esprit frondeur de chansonniers des temps modernes et un indiscutable talent pour appuyer là où ça fait toujours un peu mal...


Tous les mardis, à 21h, jusqu'au 22 février 2022, à la Scène Libre, 4, boulevard de Strasbourg, 75010 Paris. Location au 01.42.38.97.14. , points de vente habituels et sur le site www.le-theatrelibre.fr

- Prolongations tous les mardis jusqu'au 26 avril 2022

Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 




22 janv. 2022

"Lawrence d'Arabie": une impressionnante mise en scène


(c) A. Vinot

Molière du meilleur spectacle de théâtre privé en 2016 pour "Les cavaliers" (une adaptation du roman de Joseph Kessel) Eric Bouvron s'est attelé à un autre projet d'envergure en mettant en scène "Lawrence d'Arabie",  co-écrit avec Benjamin Penamaria, sur des compositions et musiques live de Julien Gonzales, Raphaël Maillet et Cecilia Meltzer. 

Etonnement, on n'entre pas tout de suite dans le spectacle. Est-ce le choix de la salle ou le parti-pris théâtral, bien éloigné de la grande fresque hollywoodienne de David Lean ? Au-delà de l'impressionnante et inventive mise en scène, des belles lumières d'Edwin Garnier, du jeu des comédiens, on a le sentiment que le spectateur doit constamment faire appel à son imaginaire. Pour preuves, les malles métalliques qui se transforment en pierres ou en train, le tapis beige censé remplacer le sable du désert... sans oublier les costumes et accessoires tels que casque à pointe, fez, djellabas, uniformes britanniques permettant de deviner dans quel camp se situent les protagonistes puisque les mêmes acteurs, (Kevin Garnichat, Alexandre Blazy, Mathias Chebel, Stefan Godin, Slimane Kacioui, Yoann Parize, Julien Saada et Ludovic Thievon) jouent une soixantaine de personnages. 

(c) Aurore Vinot

On connaît l'histoire de la révolte arabe qui entraîna la chute de l'Empire Ottoman et celle de Thomas Edward Lawrence, devenu Lawrence d'Arabie. Ancien étudiant à Oxford, passionné d'archéologie, sa connaissance des cultures du Moyen-Orient, l'amènera à servir l'armée britannique comme officier du renseignement et de liaison avec les tribus arabes. Bien malgré lui, il deviendra complice d'une trahison orchestrée par les français et les anglais. 

 Sur scène, la tension dramatique des combats et de certains tableaux est contrebalancée par le facétieux assistant de Lawrence baptisé Dahoom, qui semble tout droit sorti d'une comédie de Molière ou l'acteur imitant un chameau dont les grimaces et décrochements de mâchoire provoquent de francs éclats de rires dans la salle. 

Quant à l'ambiance musicale,  elle est assurée par deux instrumentistes ( percussions, accordéon, violon...) et les vocalises de Cecilia Meltzer, seul élément féminin de la troupe (que l'on devine également sous les voiles d'un danseuse du ventre). 

Présenté avec succès à Avignon, l'été dernier, dans le cadre du Festival Off, ce spectacle apporte un autre regard sur l'épopée de Lawrence d'Arabie.

Jusqu'au 27 février 2022, du mercredi au samedi à 21h, mat. le dimanche à 17h, au Théâtre Le 13e Art, (grande salle) 30, Place d'Italie, 75013 Paris.  Places: de 25 à 45 Euros. Loc. points de vente habituels et sur le site www.le13emeart.com

Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 


17 janv. 2022

Marion Pouvreau: une malicieuse et vivifiante impertinence

(c) Fabienne Rappeneau

Trois ans après "On dirait ton père", une comédie dans laquelle elle évoquait le poids des bagages familiaux, Marion Pouvreau revient avec "Mais t'as quel âge ?!", mis en scène par Yannick Bourdelle. Un spectacle qui a reçu le Prix du Meilleur Espoir au Festival Off d'Avignon 2021. 

Auteur, comédienne formée aux Cours Simon et Florent et bretonne, comme elle le précise dans le programme, elle se penche cette fois sur cinq générations d'une même famille: l'ancêtre Papy Jean classé parmi les "silencieux" nés avant 1945, Alain issu du fameux baby-boomer (entre 1945 et 1963), puis les catégories X, Y et Z incarnées par Nathalie qui doit son prénom à la fameuse chanson de Gilbert Bécaud (1964-1979), Emilie (1980-1995) et la petite dernière Juliette (1996-2010). 

En quelques traits, accessoires en papier à l'appui, elle dessine le portrait de ces personnages avec un humour ravageur et une impertinence aussi vivifiante que bienveillante. Chacun des spectateurs peut ainsi se reconnaître (ou retrouver ses parents) dans les petits travers dépeints avec malice et sans aucune méchanceté par la comédienne. Que ce soit l'ancêtre pour lequel on éprouve une infinie tendresse, même s'il s'obstine à faire ses courses le samedi, Alain, fâché avec l'anglais et les nouvelles technologies dont le temps se partage entre vélo, jardinage et osthéo, la largement trentenaire débordée par l'organisation des activités des enfants qui cherche la sérénité dans le yoga, l'alignement des planètes et les librairies indépendantes, au rayon développement personnel, l'ado, écouteurs vissés dans les oreilles, la mine lasse et renfrognée... 

(c) Fabienne Rappeneau

Le tout agrémenté de considérations plus ou moins moqueuses sur les mérites comparés d'applications telles que whatsApp ou Snapchat,  suivant les générations. 
Et, lorsque Marion prend sa guitare pour chanter le temps qui file, on se surprend à regretter que ce seul en scène ne dure qu'un peu plus d'une heure... 

Tous les jeudis à 21h, jusqu'au 28 avril 2022, à La Folie Théâtre, 6, rue de la Folie Méricourt, 75011 Paris. Réservations au 01.43.55.14.80. www.folietheatre.com

En tournée: le 22 janvier 2022, Le Louverot (39), Les 28, 29 et 30 janvier à Conflans St Honorine (78), le 11 mars à Fretin (59), le 13 mars à Cavaillon (83), Les 15 et 16 mars à Saint-Martin Boulogne (62), le 19 mars à Montgermont (35), le 22 mars à Gières (38), le 6 mai à Montauban de Bretagne (35)... et en juillet au Festival Off d'Avignon (Théâtre Arto).

Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com 


Blønd and Blōnd and Blǒnd: sans filtre !

(c) Pascalito

Après avoir tourné un peu partout en France (dont 5 années de suite à Avignon) et à l'étranger avec leur irrévérencieux "Hømåj à la chønson française" Mår, Glär et Tø, des soeurs et frère réunis sous le nom de Blønd and Blōnd and Blǒnd, reviennent avec leur spectacle "Mariåj en chønsons", mis en scène par Jean-Claude Cotillard.
Pour l'occasion, ils ont revêtus leurs plus beaux costumes (imaginés par Sarah Dupont) afin de faire honneur à l'union de Magnus, leur ami d'enfance, avec la française Gwendoline.
Une cérémonie dont ils assurent évidemment l'animation. Sur scène, une table est dressée pour recevoir les convives, désignés parmi les spectateurs.


Dès les voeux de bonheur et les compliments qui tournent à l'aigre, on comprend que les noces vont très vite partir en vrille. D'autant que la décapante fratrie puise avec délectation dans les recettes qui ont assuré son succès. A savoir le détournement de refrains populaires qu'ils interprètent avec un humour sans filtre. Des "Champs-Élysées" devenus "Auchan-Vélizy" aux imitations de Vincent Delerm et Benjamin Biolay, en passant par "Djobi Djoba" à la manière de Christine and The Queens ou "Joe le taxi" en marche militaire... le trio est franchement désopilant. Dotées d'un timbre qui leur permet de jouer sur tous les registres: rock, lyrique, pop, rap et même le scat, les demoiselles assurent le show. Tout comme le frère avec son côté pince-sans-rire.  

(c) Pascalito


Un bémol pourtant lorsqu'ils cèdent à leur penchant pour les blagues potaches et l'humour trash comme la reprise du succès de Carla Bruni transformé en "caca m'a dit" ou les images d'abattoir accompagnant l'arrivée d'une tête de veau sur un plateau.
Au final, ils choisissent de remiser la traditionnelle danse des canards pour former un petit train sur l'air de "Libertine".  

Pas sûr qu'après un tel torpillage, les jeunes mariés songent encore à partir en lune de miel...

Tous les mardis à 21h30, du 1er février au 29 mars 2022, à l'Européen, 5, rue Biot, 75017 Paris. Tél.:01.44.51.93.26. Loc. points de vente habituels. www.leuropeen.paris

Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com