20 janv. 2013

Les délires musicaux d'Alain Bernard

Dans les années 80, il avait notamment fait les beaux soirs du Tintamarre avec "Phèdre à repasser" et "Le cave habite au rez-de-chaussée" puis accompagné Smaïn au piano. Cette fois, avec "Piano Rigoletto", l'humoriste et musicien Alain Bernard endosse le costume d'un professeur pour un cours très particulier (mis en scène par Pascal Légitimus) sur l'histoire de la musique, de la préhistoire à nos jours.
 En 1h15, jonglant avec virtuosité entre piano et casio, (avec boîte à rythmes intégrée), ce trublion se fend d'un cours magistral sur la chanson de geste, Chopin, Bob Marley, les artistes Rive Gauche, les castrats, les affres du musicien de piano-bar ou de l'animateur de baloche, les génériques de pubs et de séries télé...Entre deux citations de Nicoletta et même de Nietzsche, Alain Bernard enchaîne, sans temps morts, caricatures et délires devant un auditoire conquis par cette approche pas franchement académique de l'histoire de la musique. Un spectacle hilarant qui se termine par une jolie note de tendresse lorsqu'il interprète "La valise", une chanson composée par son papa, pour Bourvil.
Annie Grandjanin

Théâtre des Déchargeurs, salle Vicky Messica, 3, rue des Déchargeurs 75001 Paris. Tél.:01.42.36.00.50. Du mardi au sam. à 21h30, jusqu'au 31 janvier. Prolongations du 6 au 23 mars, du mar. au sam. à 19h30.  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire